En direct

« Je dénonce une situation absurde, qui empêche les jeunes de montrer leur talent et qui annihile le savoir-faire français », Marc Mimram
MIMRAM Marc, ingenieur et architecte DPLG français, photographié dans son bureau, à Paris - © HANNAH ASSOULINE
Interview

« Je dénonce une situation absurde, qui empêche les jeunes de montrer leur talent et qui annihile le savoir-faire français », Marc Mimram

Propos recueillis par Emmanuelle Picaud |  le 16/06/2021  |  Marc MimramArchitectesInfrastructuresPays de la Loire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Marc Mimram
Architectes
Profession
Infrastructures
Pays de la Loire
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Revenant sur le cas de l’attribution du marché du pont Anne-de-Bretagne, à Nantes, l’architecte s’insurge contre un contexte « kafkaïen » qui favorise les groupements de maîtrise d’œuvre internationaux. Selon lui, ce modèle s’avère non seulement dommageable pour les agences locales, mais aussi pour la pérennisation des compétences du BTP français.

Début juin, la métropole de Nantes a rendu publics les noms des trois équipes de maîtrise d’œuvre retenues pour répondre à la consultation organisée dans le cadre de l’attribution du marché pour la transformation du pont Anne-de-Bretagne, à Nantes.

Les trois groupements désignés devront proposer un avant-projet sur lequel le maître d’ouvrage s’appuiera en partie pour désigner le lauréat.

Les groupements retenus ont tous désigné des architectes internationaux au sein de leurs équipes. Une situation dont s’émeut l’architecte Marc Mimram, qui dénonce une situation ubuesque et défavorable pour les jeunes agences locales.


Pourquoi vous saisissez-vous du sujet de la présence d’équipes internationales de maîtrise d’œuvre dans les marchés publics ?

Je n’ai aucune raison de m’opposer à ce qu’il y ait des équipes internationales dans les marchés publics en France, puisque je construis moi-même des ouvrages à l’étranger.

Je ne cherche pas à faire de protectionnisme, ce n’est pas l’objet de mon propos. Mais il faut reconnaître que sur les projets sur lesquels je travaille hors de l’Hexagone, que ce soit sur le Danube en Autriche ou à Guangzhou en Chine, nous avons toujours été en partenariat avec des maîtres d’œuvres locaux dans nos groupements, et ces derniers restaient majoritaires.

Or, la situation actuelle dans laquelle s’inscrit l’attribution du marché du pont Anne-de-Bretagne à Nantes n’est, selon moi, pas acceptable. Nous assistons aujourd’hui aux dérives du mode de sélection des équipes de maîtrise d’œuvre tel qu’imaginé dans le cadre de la loi MOP ou des PPP.

Si le décisionnaire privilégie des équipes internationales au détriment d’équipes locales, alors cela signifie soit qu’il n’existe pas de compétence "architecte et ouvrage d’art" en France, ou alors que nous ne souhaitons pas encourager cette compétence. Par conséquent, nous n’invitons pas les jeunes équipes à montrer leur talent et nous n’entretenons pas notre savoir-faire.

Il me semble que, compte tenu de ma position - et parce que je suis privilégié - je devais me saisir de ce message. Si je ne le fais pas, qui le fera ?

Sur le même sujet A Nantes, trois groupements sélectionnés pour transformer le pont Anne-de-Bretagne

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« Je dénonce une situation absurde, qui empêche les jeunes de montrer leur talent et qui annihile le savoir-faire français », Marc Mimram

Votre e-mail ne sera pas publié

Guydegif(91)

16/06/2021 15h:57

Oui, Bravo pour cette réaction salutaire M.Marc Mimram !!! Evitons de brader nos gros projets et intégrons de facto des équipes locales compétentes aux Équipes de Maîtrise d’Oeuvre ! Comme selon ses exemples cités : des compétences locales en majorité AVEC des équipes étrangères ! A réfléchir et méditer ! A bons entendeurs, Salut ! Salutations GuydeGif(91)

Votre e-mail ne sera pas publié

Michel REMON

16/06/2021 16h:45

Bravo Marc. Cela doit être dit ! j'aime bien, en particulier, ta phrase qui dit : "... on m'a répondu que le choix des équipes avait déjà été fait"....

Votre e-mail ne sera pas publié

ER

16/06/2021 17h:22

Je ne suis ni architecte ni maître d’œuvre, cependant, non seulement je partage l'avis de M. MIMRAM, mais j'irais plus loin : si des pays comme la Chine ou l'Autriche appliquent un certain protectionnisme, pourquoi la France ne le ferait-elle pas? parce que la situation des architectes français est particulièrement brillante et qu'il est bien normal qu'ils laissent davantage de place aux architectes étrangers qu'on ne leur en laisse lorsqu'ils concourent à l'étranger? Cette logique bien française et qui fait des dégâts dans d'autres domaines est à revoir et je pense qu'il y a là un beau sujet de travail pour l'ordre des architectes.

Votre e-mail ne sera pas publié

JFE

16/06/2021 17h:25

Il ne faut pas s'en étonner - mais il faut s'y opposer, bien sûr - car cela participe du mépris ambiant actuel pour ce qui est notre pays. Tout le monde a le droit d'aimer son pays... sauf les français. Quant à l'architecture, elle est dans un trou noir depuis cinquante ans et plus, depuis que les Pouvoirs Publics ont la prétention de dicter l'architecture à tous (architectes compris), par le biais des règles d'urbanisme. Les architectes qui sont dans la niche des marchés publics ne s'en rendent guère compte, car ils interviennent, par définitions, sur des opérations marginales, qui ne reflètent pas notre époque.

Votre e-mail ne sera pas publié

cajef

17/06/2021 15h:18

Le problème, c'est que ce n'est pas nouveau .... A l'étranger, il est souvent très compliqué pour les Français d'obtenir des marchés à cause d'un protectionnisme dissimulé sous des prétextes plus ou moins justifiés, alors qu'en France c'est la porte ouverte aux "stars" internationales !!! Les collectivités locales et les grands donneurs d'ordre publics et privés se glorifient généralement de faire appel à des "pointures" étrangères, croyant justifier ainsi l'intérêt de leurs réalisations ... Le travail pour ce changement de mentalité est immense ....

Votre e-mail ne sera pas publié

RSH

18/06/2021 17h:05

Marc MIMRAM , Bravo pour cette réaction , j'irai plus loin l'argent public français aux Français en priorité, ce qui n'est pas du protectionnisme puisque le marché libre par définition est libre !La qualité de notre architecture a fait de la France le pays le plus attractif en tourisme en terme de venue (pas en terme de CA) ce qui est normal, en France on vient découvrir nos joyaux. Ce renoncement permanent à ce que nous sommes et avons été est juste stupide et dépourvu de culture , Faisons la promotion de nos archis ! ..Un économiste et maitre d’œuvre .

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil