Jacques Chanut :
- © C.BOULZE / Le Moniteur

Jacques Chanut : "Madame la ministre, vos propos sont scandaleux"

le 19/03/2020  |  FFBJacques ChanutCoronavirusFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
FFB
Jacques Chanut
Coronavirus
France
Valider

Suite aux propos de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, sur le manque de civisme des entreprises de BTP, le président de la FFB réagit vertement et rappelle que les entreprises de BTP n'ont d'autre choix que de fermer.

Madame la Ministre,

Les propos que vous avez tenus ce matin, sur LCI, au sujet du supposé manque de « civisme » des entreprises de bâtiment sont scandaleux. Je vous l’écris avec gravité.
Aucune de nos entreprises, aucun de nos artisans, ne se sont mis dans une position de tire-au-flanc face à la situation actuelle ! C’est la mort dans l’âme que nombre d’entre eux ont dû  cesser leur activité et mettre leurs salariés à l’arrêt : ils n’ignorent pas les conséquences désastreuses de cette décision pour leur structure mais ils font ce sacrifice en conscience et responsabilité.

Envisager que certains d’entre eux aient pu le faire pour profiter des éventuelles largesses de l’Etat en matière de chômage partiel est insultant. Le Bâtiment est une profession qui a toujours su répondre présent pour soutenir l’emploi, l’apprentissage, l’insertion professionnelle et qui, encore récemment, a intégré parmi ses effectifs de nombreux migrants, naufragés du conflit syrien. Nous n’avons pas de leçon à recevoir : nous mesurons parfaitement le sens de l’épreuve. Le mépris affiché à notre égard depuis hier par les pouvoirs publics, dans le contexte que nous traversons, est d’une déloyauté sans nom. Il est aussi sans précédent.

Comment prétendre que les entreprises « ne joueraient pas le jeu » alors que dès le début de la crise sanitaire, nous avons multiplié les contacts avec le Ministère de l’Economie et les partenaires de la profession, notamment les négociants, pour tenter de maintenir les circuits de production ? Comment prétendre que nous ferions preuve de « défaitisme », alors que jusqu’au bout nous avons été à l’initiative ?

Mais aujourd’hui : la fourniture de matériaux s’interrompt dans de nombreux endroits, les forces de l’ordre enjoignent à nos salariés de quitter les lieux, les clients refusent l’accès aux chantiers et - c’est le plus important au final - nos salariés sont légitimement inquiets pour leur santé. Impossible dans cette situation d’assurer un fonctionnement normal de nos activités. Nombre de nos entreprises ont d’ailleurs été réquisitionnées pour fournir leurs éléments de protection (masques et lunettes) aux hôpitaux de la région et elles l’ont fait avec évidence.

Les entreprises de bâtiment ne désertent pas le front : elles n’ont pas d’autres choix que de fermer ! Personne ne pourrait comprendre que les milliers de salariés du bâtiment n’aient pas le droit au chômage partiel par principe. Le chantage exercé par les DIRRECTE auprès de nos fédérations locales depuis plusieurs jours est inqualifiable. De qui se moque-t-on ?! Ce n’est pas en laissant entendre aujourd’hui que nos compagnons seraient des salariés de second ordre, que nous résoudrons la crise du recrutement une fois cet épisode passé.

Nous demandons à l’Etat de faire preuve de responsabilité comme nous le ferons, en tant qu’acteur économique, pour maintenir nos chantiers chaque fois que ce sera -réellement- possible et pour poursuivre les interventions d’urgence. Mais pour cela, comme nous le faisons depuis 48 heures maintenant, nous réitérons notre demande d’une réunion d’urgence avec les services de votre ministère, la médecine du travail et les syndicats pour définir ensemble les procédures de protection sanitaire de nos compagnons acceptées par tous. A ce stade, cette situation n’est pas réglée et pour nos entreprises, la confusion est totale. Plutôt que de jeter l’opprobre sur tout un secteur, en l’accusant dans les médias de désertion, efforçons-nous de trouver ensemble une ligne claire et cohérente. Et vite.

Dans l’attente -urgente- de votre réponse, je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l’assurance de ma parfaite considération.

Commentaires

Jacques Chanut : "Madame la ministre, vos propos sont scandaleux"

Votre e-mail ne sera pas publié

nascimento

19/03/2020 16h:27

je dis simplement bravo car comme dirais notre président nous devrons défendre" coûte que coûte" nos droits.La direccte est là pour nous rappeler souvent nos obligations et là elle se defosse.Par ailleurs les syndicats qui se révoltent souvent contre le patronat ,que font ils?Là ils sont silencieux?

Votre e-mail ne sera pas publié

Oibaf

19/03/2020 16h:30

adhésion totale à vos propos l'entreprise a une obligation de résultats en matière de santé de ses salariés. on ne peut faire l'impasse sur leur sécurité sanitaire.

Votre e-mail ne sera pas publié

Nicolf

19/03/2020 17h:35

Merci pour votre intervention chère Président, j’avais peur que cette outrage reste sans réponse

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierre

19/03/2020 18h:41

Tout le monde doit etre au meme niveau de solidarite Pour mettre le BPT de cote ? Je demande l egalite pour tous

Votre e-mail ne sera pas publié

ga

19/03/2020 19h:35

Excellente réponse de Monsieur Chanut Bravo Bon courage

Votre e-mail ne sera pas publié

Lionel

19/03/2020 19h:48

Bravo Mr le Président. Une réponse à la hauteur de l'insulte de la ministre qui ne comprend vraiment rien de la situation actuelle. Pitoyable et digne d'un "dégage" pourtant d'un autre temps mais qu'elle incarne totalement.

Votre e-mail ne sera pas publié

Elisa

19/03/2020 20h:48

Tout est dit !

Votre e-mail ne sera pas publié

Bertrand

20/03/2020 10h:01

Bonjour,Je suis dirigeant d'un cabinet de Maîtrise d'Œuvre, et je suis tout à fait d'accord avec la réaction de M. Jacques Chanut. Il est impossible de respecter les consignes de confinement sur un chantier, quelle qu'en soit sa taille.Visiblement en France, l'argent passe avant la santé. Madame Pénicaud n'a visiblement pas la même notion du terme "confinement" que notre ministère de la santé.Bonne continuation,Bertrand COMTE

Votre e-mail ne sera pas publié

G de PREMESNIL

20/03/2020 10h:07

Madame La Ministre, Vous ne pouvez pas laisser la situation en l'état. Nous ne pouvons pas mettre en danger la santé de nos entreprises. Les gestes barrières sont justes inadaptés à la vie d'un chantier. Tout le secteur doit être traité à la même enseigne.

Votre e-mail ne sera pas publié

Negociant

20/03/2020 13h:37

Merci pour votre intervention. Nous, négociants ne sommes pas des profiteurs, ni des tire aux flancs. Nous avons appliqué les mesures de confinement dans l'intérêt de nos salariés et de nos clients. Nous n'avons pas les moyens techniques pour instaurer les barrières sanitaires nécessaires, y a-t-il 2 poids et 2 mesures? Confinement general, ou pas? Les direcctes porterons la responsabilité de leurs decisions hatives et inconsidérées.

Votre e-mail ne sera pas publié

Nan Anna

20/03/2020 15h:36

Je crois que le message est clair! Vous avez les tenants et les aboutissants Mme La Ministre.. !

Votre e-mail ne sera pas publié

Picasso

20/03/2020 21h:08

J'approuve, petit fils de Poilu, mon Grand père a défendu la France durant la Première, il ne serait jamais monté au front sans arme, où sont les protections. ??? On veut-on décimer nos salariés sous notre responsabilité ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Picasso

20/03/2020 22h:53

Bravo Jacques, l'union fera la force de vaincre le Covid-19, l'après sera difficile mais nous serons là...

Votre e-mail ne sera pas publié

ebeno

21/03/2020 01h:39

merci pour votre message Mr le President quelle incohérence entre Mme la Ministre et le corps médical qui voudrait renforcer le confinement pour le bien etre de la population et arreter au plus vite la propagation du virus Plus vite on arrete l’épidémie plus vite on reprend le boulot en pleine forme a vous de voir cher gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

Macnoc

21/03/2020 11h:21

Je vous remercie pour votre réaction car en effet, j'ai bien peur que les milliards annoncés ne profitent qu’à de très grosses structures qui ont d'ailleurs réagit dès l’annonce pour fermer les unités de productions (PSA, Renault, St Gobainpour Point P. et autres mastodontes) qui peuvent se permettre des services juridiques démesurés par rapports aux petits artisans que nous sommes. Dans mon entreprise, les ouvriers souhaitaient poursuivre l’activité mais avec des clients méfiants et faute de matière première cela n’a pas été possible. Merci On compte sur vous T. P. le Gérant

Votre e-mail ne sera pas publié

gladmen

21/03/2020 11h:24

le batiment est depuis trop longtemps dénigré, ces salariés ont autant le droit que les autres de protéger leur santé; ils ne sont pas une population a "sacrifier" pour une raison d'économie. Le secteur batiment ne fait pas parti des professions nécessaires et vitales en cette période de pandémie alors pourquoi ne pas les protéger comme les salariés du tertiaire ? Je pense que tout ce secteur est indigné et encore une fois ces salariés ont la sensation de ne pas être reconnus ! Comment dans ces conditions attirés les jeunes vers cette profession ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Bruno

02/04/2020 19h:18

Merci Monsieur Chanut, 19 ans comme salarié et 24 ans comme artisans. Je n'ai jamais entendu un ministre ou une ministre tenir des propos aussi choquant envers notre profession. nous faire passer pour des tire au flanc alors que la moyenne pour un artisan est de 60h/semaine et les week end a faire les devis, facturation, et souvent pour des salaires qui ne sont pas ceux d'un ministre... Nous sommes une corporation silencieuse pas comme certaines autres... Donc Madame la ministre quand vous verrez un maçon ou une autre corporation du BTP dite lui "Tire au flanc" mais tenez vous a bonne distance ....

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur