Culture

«J’ai répondu à un concours pour les décors du spectacle de 1993 de Johnny Hallyday au Parc des Princes. J’étais le seul architecte !»

Mots clés : Architecte - Manifestations culturelles

De 1991 à 2003, Luc Delemazure, alors architecte à Lille, a travaillé sur les immenses décors de scène de Johnny Hallyday prévus notamment pour les stades. Il revient pour le Moniteur sur cette incroyable expérience avec le chanteur qui s’est éteint le mercredi 6 décembre à l’âge de 74 ans.

Vous avez, durant 12 ans, travaillé avec Johnny Hallyday sur ses décors de scène, comment un architecte se retrouve-t-il à inventer des décors pour un chanteur ?

Luc Delemazure: En 1991 la production a décidé d’organiser un concours pour imaginer les décors du spectacle des 50 ans de Johnny Hallyday au Parc des Princes. Spectacle programmé pour 1993. C’était la première fois qu’un chanteur français allait chanter dans un stade. La création des décors n’avait rien à voir avec celle d’une salle de spectacle classique, il fallait imaginer quelque chose de tout à fait nouveau qui permette de mettre l’artiste en valeur. Je connaissais quelqu’un dans l’entourage du producteur. J’ai décidé de répondre au challenge. J’étais le seul architecte à participer au concours ! J’ai imaginé un décor avec un pont qui a enthousiasmé la production qui m’a cependant dit que seul l’avis de Johnny Hallyday compterait. Mon projet l’a séduit et moi j’ai aussi j’ai accroché tout de suite avec lui, nous sommes de la même génération.

 

Ensuite, vous avez enchaîné les décors pour lui, jusqu’en 2003 ?

L. D.: Oui, j’ai fait les décors de Bercy deux ans plus tard. C’était une scénographie très urbaine, une ville avec des ascenseurs, des treuils métalliques avec des poutres de métro. Pour Johnny qui adorait la foule j’ai conçu la scène comme un chaudron avec 300 spectateurs présents dans la scène. Ensuite je me suis pris au jeu, j’ai fait les décors du Stade de France pour les spectacles de 1998. Ensuite on avait même imaginé pour son concert à Paris en 2000 un truc de folie avec une descente des Champs-Elysées jusqu’à la Concorde sur une scène mobile ! Tout était embarqué sur une plate-forme de lancement de fusées utilisée à Kourou ! Finalement les feuilles des arbres et la sécurité ont eu raison de ce projet et le concert a eu lieu à coté de la Tour Eiffel. Par la suite, j’ai imaginé les décors de toute la tournée des stades jusqu’en 2003. Une exposition de ces décors a été réalisée à Lille. Son inauguration a permis de réunir Pierre Mauroy et Johnny Hallyday, qui donnait un concert le soir même.

 

Pourquoi avoir arrêté ?

L. D.: Les décors ont aujourd’hui évolué vers beaucoup plus de lumières et d’écrans ce qui m’intéressait beaucoup moins. J’ai ensuite mis toute mon expérience du spectacle accumulée auprès de Johnny Hallyday durant toutes ces années dans le projet du Grand Stade (devenu le stade Pierre-Mauroy, NDLR). A la suite de l’attribution du projet à Eiffage, j’ai quitté le Nord, écœuré. J’espère que la procédure judiciaire ira au bout pour révéler comment ce projet nous a été «volé».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X