En direct

« Je ne ferme pas le débat sur les tours a priori », Emmanuel Grégoire
- © Ateliers 2/3/4/ - Artefactorylab

« Je ne ferme pas le débat sur les tours a priori », Emmanuel Grégoire

Propos recueillis par Marie-Douce Albert et Nathalie Moutarde |  le 29/04/2021  |  Paris

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Urbanisme
Paris
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Après un tour d’horizon de ses principaux sujets d’actualité, de la révision du Plan local d’urbanisme à l’élaboration du Manifeste de l’esthétique parisienne, Emmanuel Grégoire évoque dans la troisième partie de l'entretien qu'il nous a accordé, quelques-uns des grands projets d’aménagement de la capitale.

Le projet de futur quartier Ordener-Poissonniers était critiqué par les écologistes. Vous êtes finalement parvenus à un accord. Sur quoi porte-t-il ?

Le projet Ordener-Poissonniers (XVIIIe arrondissement), sous maîtrise d’ouvrage d’Espaces Ferroviaires, vise à transformer l’ancien dépôt SNCF de La Chapelle en un quartier mixte et bas carbone. Les discussions ont permis d’aboutir à un projet moins dense et plus végétal. Il préfigure l’urbanisme que nous portons collectivement à l’aube du PLU bioclimatique : une densification raisonnée, une mixité sociale et une mixité d’usage, et un équilibre entre bâti et espaces verts de pleine terre. Cet accord montre que, contrairement à ce que l’on entend parfois, nous savons travailler avec les élus écologistes. Ils nous influencent positivement et j’ai la prétention de penser que la réciproque est vraie avec, comme résultat de ce dialogue, la mise au point de projets plus beaux, plus utiles socialement et écologiquement.

« Sur Bercy-Charenton, le vrai débat porte sur la volumétrie »

Pensez-vous également parvenir à un accord rapide sur la réorientation de la ZAC Bercy-Charenton ?

Je voudrais tout d’abord préciser un point. Il n’est pas vrai que nous modifions le projet Bercy-Charenton (XIIe arrondissement) sous l’influence de nos partenaires écologistes. En tant que tête de liste dans le XIIe arrondissement pendant la campagne des municipales, j’ai moi-même porté des ambitions d’évolution de l’opération d’aménagement et proposé des pistes d’amélioration pour en faire un projet encore plus vertueux, tant au plan environnemental qu’humain. Avec la maire EELV du XIIe arrondissement, Emmanuelle Pierre-Marie, nous sommes parvenus à un accord de méthode pour réfléchir à l’évolution du projet. En revanche un différend très fort persiste entre nous sur la question de l’articulation entre horizontalité et verticalité, que l’on ne peut pas simplement résumer à un débat sur tours ou pas tours. Le vrai débat porte sur la volumétrie. L’enjeu est d’en dégager une qui soit suffisante pour assurer un équilibre économique sur cette ZAC dont le foncier n’appartient pas à la Ville de Paris, qui doit financer de nombreux espaces et équipements publics, mais aussi permettre une intensité urbaine en y développant commerces et services autour de cette idée forte qu’est la « ville du quart d’heure ».

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« Je ne ferme pas le débat sur les tours a priori », Emmanuel Grégoire

Votre e-mail ne sera pas publié

JLP

29/04/2021 17h:27

EELV ont un problème avec les tours, ils ont trop regardé Dallas à la télé autrefois ça leurs est monté à la tête, là, il ne s'agit pas de refaire une ville américaine ni asiatique, mais de ponctuer ici et là autour de Paris de quelques tours emblématiques qui en aucun cas ne gâche l'architecture Parisienne, mais donne un coté nouveau et autre de la Capitale et permet avec une architecture verticale de dégager au sol de l'espace pour y créer des espaces verts

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil