En direct

ITER : Encore du pain sur la planche
Les activités de construction pour les trois bâtiments du complexe Tokamak (360 000 tonnes) ont commencé en 2013. - © © Iter

ITER : Encore du pain sur la planche

Correspondant à Bruxelles d'Enerpresse |  le 06/09/2013  |  EuropeInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Europe
International
Valider

Réunis à Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône), les ministres des sept partenaires d’ITER ont décidé de donner un coup de pouce à un calendrier de construction qui « dérape ». Un calendrier « consolidé et réaliste » sera élaboré d’ici un an.

Dans un contexte de crise financière mondiale et de restrictions budgétaires, il était important pour les promoteurs d’ITER de rappeler son existence. Ce vaste projet de recherche destiné, à terme, à maîtriser « l’énergie des étoiles » accuse en effet des retards allant jusqu’à deux ans.
Le séisme et le tsunami du 14 mars 2011 au Japon ont affecté le calendrier de construction, repoussant d’un an la 1re échéance (obtention du 1er plasma) à novembre 2020, en vue du lancement des opérations de fusion en mars 2027. Cela paraît loin, mais la gestion de l’assemblage des millions de composants de cette machine très complexe est un défi quotidien pour l’agence d’ITER.

Dans la répartition des tâches entre les différents membres d'ITER, c'est l'Europe qui est chargée de construire la quasi-totalité des bâtiments de l'installation. Les membres d'ITER (UE, Chine, Inde, Japon, Corée, Russie et Etats-Unis) apportent l'essentiel de leur contribution (90 %) « en nature », c'est-à-dire qu'ils fournissent directement au consortium les bâtiments de l'installation et les éléments de la machine. L'Europe assume 45,5 % (soit 6 Mds€) du coût de la construction (dont 1,1 Md€ pour la France).

Depuis le début de la construction d’ITER à l’été 2010, les progrès sont notables : 82,17 % des marchés publics ont été octroyés et 92 % des échéances sur les éléments critiques et super critiques (bâtiments) sont respectées. Suite à 3 années de travaux d’aménagement routier sur 104 km, un convoi a déjà livré des bobines de conducteur chinoises en juin 2013. Un convoi-test arrivera le 20 septembre du port de Berre-L'Étang pour vérifier le dimensionnement physique et la résistance de l'Itinéraire avant l'arrivée des premiers éléments en 2014.

Mais les dirigeants de l’équipe intégrée d’ITER ont noté un risque de retard important pour la construction du Tokamak à cause des procédures d’attribution des marchés et d’approbation. Le directeur général d’ITER, Osamu Motojima, a donc proposé une « approche pragmatique » et réclamé la redistribution des ressources sur les éléments essentiels, une plus grande délégation de pouvoirs pour raccourcir les délais de décision et une meilleure intégration des circuits de décision pour reformuler les calendriers. Les hauts représentants ministériels ont avalisé les propositions de l’agence d’ITER pour améliorer le plan de gestion de la construction d’ITER, et à le mettre en oeuvre en collaboration étroite avec les agences nationales des sept partenaires.

Commentaires

ITER : Encore du pain sur la planche

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

L'instrumentation et la mesure en milieu nucléaire

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur