En direct

Isuzu lorgne sur l’Europe
La marque est spécialisée dans les petits porteurs de 3,5 à 12 t - © © isuzu

Isuzu lorgne sur l’Europe

Gilles Rambaud |  le 04/10/2013  |  ParisEuropeInternationalTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Innovation
Paris
Europe
International
Technique
Valider

Le géant japonais, spécialiste des petits camions, affiche son ambition de conquérir l’Europe, seule partie de la planète où il n’est pas hégémonique.

Pour un Français le nom d’Isuzu n’évoque pas grand-chose. Mais celui qui a voyagé sait que ce logo orne des millions de calandres ailleurs dans le monde. Ce Japonais est un géant : 690.000 véhicules fabriqués l’année dernière, 13,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés en vendant des camions, des autocars, des voitures tout-terrain et des moteurs Diesel.

La marque s’est faite une spécialité des petits porteurs de 3,5 à 12 t, segment sur lequel elle est leader aux Etats-Unis, au Japon, en Australie, et dans d’autres pays d’Afrique et d’Asie. Pas chez nous. « Il y a une explication historique à cela, explique Roberto Brendaglia, président d’Isuzu France. Nos marchés traditionnels nous donnaient déjà beaucoup de travail et l’Europe était une zone très concurrencée ». Une sorte de « gentlemen agreement » s’était alors instauré entre les constructeurs asiatiques et européens, les uns n’allant pas chez les autres. Or, en 2005 l’allemand Daimler, déjà propriétaire de Mercedes, prend le contrôle de Mitsubishi Fuso Trucks and Buses (la division « poids-lourds » de Mitsubishi) et vient directement concurrencer Isuzu dans son pays natal. Parallèlement les accords liant le japonais à General Motors se sont effrités au fur et à mesure que la santé financière de l’Américain se dégradait, jusqu’à leurs disparition lors de son rachat par Fiat.

Isuzu se retrouve donc seul face à l’Europe, et cette situation lui convient. « Avec 276 000 camions fabriqués l’année dernière nous avons la taille suffisante pour nous lancer seul » tranche Roberto Brendaglia. Le fabricant a commencé par se doter d’une usine d’assemblage située en Italie et qui produit une gamme de 60 modèles de 3,5 à 12 t. Reste le point le plus compliqué : monter un réseau de concessionnaires digne de ce noms. Roberto Brendaglia promet une annonce importante sur ce point pour la fin de l’année. En attendant Isuzu présentera ses camions lors du prochain salon Batimat, à Paris, histoire de rendre la marque plus familière auprès des artisans du bâtiment.

Commentaires

Isuzu lorgne sur l’Europe

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur