En direct

Isoroy va mieux
- ©

Isoroy va mieux

DEVIGE-STEWART Thierry |  le 24/09/2003  |  France IndustrieNégoceBoisBas-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Industrie
Négoce
Bois
Bas-Rhin
Immobilier
Hygiène
Valider

5 ans et 150 millions d’euros d’investissement ont été nécessaires pour que le groupe portugais Sonae Industria sauve Isoroy d’une faillite longtemps annoncée. En 1998, le numéro 1 de la distribution lusitanienne dans les secteurs alimentaire, informatique, bricolage et textile décide de se développer géographiquement, hors de la zone ibérique. Il rachète alors le groupe allemand Glunz, présent en France avec Isoroy. « Nous avons trouvé cette marque en mauvais état », confie Diogo Da Silveira, le directeur général d’Isoroy. « Dès lors nous avons décidé qu’il fallait qu’elle retrouve un outil industriel compétitif avec une stratégie commerciale claire et une vraie politique de service ».
Sonae Industria a donc rationalisé la production en fermant plusieurs sites de production et en investissant 150 millions d’euros dans ceux restants. Aujourd’hui, Isoroy dispose de l’une des offres produits les plus large du marché grâce à 12 usines, dont 2 spécialisées dans les panneaux de particules, 3 dans le MDF, 3 dans le contreplaqué (marque Plysorol), 1 dans l’OSB, 1 dans les panneaux de fibres isolants ainsi que 2 sites dédiés au replaquage et à l’emboutissage.

Des partenaires négociants-stokistes

Pour accompagner cette restructuration industrielle, Isoroy a mis en place une nouvelle politique commerciale organisée en trois entités : la première est dévolue au négoce ainsi qu’aux GSB. Elle est subdivisée en 2 services commerciaux, basée à Rungis pour la partie Nord de l’hexagone et à Bron pour la partie Sud. La deuxième entité est tournée vers l’industrie de la menuiserie industrielle, du meuble, de l’emballage, de l’automobile et du ferroviaire. Enfin, la troisième est un service export, basé à Strasbourg, et destiné à l’ensemble des pays européens. Notons que depuis janvier dernier, 6 chargés d’affaires dédiés à la prescription sont venus renforcer cette organisation.
Parallèlement, la nouvelle équipe dirigeante d’Isoroy a développé un service logistique « verrouillé » par des contrôles de qualité. « Nous avons multiplié ces indicateurs de service », expliquent Diogo Da Silveira. « Ils jouent un rôle majeur dans la rémunération de nos cadres, celle-ci étant désormais variable en fonction des résultats obtenus ».
La logistique Isoroy s’appuie enfin sur 48 partenaires négociants qui stockent l’intégralité de la gamme du fabricant. « Ce réseau a remplacé les 7 dépôts dont nous disposions et dont nous estimions qu’ils concurrençaient nos clients. Nous comptons le renforcer avec une douzaine de stokistes supplémentaires. Notre maillage géographique sera alors plus homogène ».
En 2004, Isoroy cherchera à regagner des parts de marché dans le négoce (actuellement 15%, le leader, Egger revendiquant 30%). Pour ce faire, la marque misera sur une offre produit plus équilibrée où le MDF est actuellement trop présent.

Thierry Devige-Stewart


Fiche d’identité d’Isoroy

Chiffres d’affaires : 350 millions d’euros dont 41% à l’export
Effectif : 1920 personnes
Sites de production : 12

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 07/2020

Voir

Traité de charpente et couverture

Traité de charpente et couverture

Date de parution : 06/2020

Voir

Maîtrise d’ouvrage publique et ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée

Maîtrise d’ouvrage publique et ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée

Date de parution : 06/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur