Isolation thermique par l'extérieur : quels critères de choix ?
Hirsch Isolation

Isolation thermique par l'extérieur : quels critères de choix ?

Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer |  le 25/09/2020  |  100 % gros œuvre Isolation thermique par l'extérieurStoWeberFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % gros œuvre
Isolation thermique par l'extérieur
Sto
Weber
France
Valider

Quels critères prendre en compte pour choisir une solution d’isolation thermique par l’extérieur ? Trois industriels – Sto, Myral et Saint-Gobain Weber France – nous livrent leurs recommandations.

Ration économies/performances

« Le bilan carbone de l’isolation thermique par l’extérieur (ITE) questionne les maîtres d’ouvrage. Or la comparaison entre les matériaux est complexe face à un large panel : du polystyrène, le plus répandu, jusqu’à la fibre de bois, à l’impact environnemental a priori réduit. Les Fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) sont un outil d’évaluation qui peut être incomplet si elles n’intègrent pas le critère de fin de vie d’un bâtiment. En attendant, une ITE se choisit d’abord par son ratio économies/performances, en faveur du polystyrène qui présente un bon bilan carbone (production peu énergivore et matériau recyclable). La sécurité incendie pousse de plus en plus la laine de roche, en mixité ou non avec le polystyrène. Chez Sto, nous avons constaté que 97% de nos clients applicateurs attendent des solutions réduisant leur impact environnemental, dans une démarche RSE et de développement durable. Améliorer nos composants d’ITE traditionnelle sur le plan environnemental et proposer des alternatives est clairement inscrit dans notre feuille de route. »

Thorsten Schnelle, responsable marketing produit chez Sto

Finesse, légèreté, esthétique

« Plusieurs critères pour une évaluation globale du produit doivent être pris en compte. La notion d’efficacité de l’ITE se définit avec un lambda très faible pour atteindre les objectifs de résistance thermique sans augmenter de manière importante l’épaisseur du système. Si un artisan applique un enduit mince sur un isolant d’épaisseur importante, le bâtiment perd en apports solaires gratuits et en confort. De plus, la finesse et la légèreté d’un isolant ont moins de conséquences environnementales, dans toutes les phases de production, de transport et de livraison. Il faut aussi proposer des solutions esthétiques pour les rendre attractives. Ensuite, une solution, pour qu’elle soit durable, doit assurer beaucoup d’économies d’énergie sur un temps long afin de compenser son empreinte environnementale. La première piste est de proposer des produits éco-conçus ou biosourcés, et la seconde de travailler à leur recyclabilité en fin de vie. Enfin, une ITE doit être économique pour être accessible auprès des particuliers. Tous ces critères sont majeurs afin de répondre à l’objectif prioritaire de massification de la rénovation énergétique. »

Julien Bagnard, responsable études et développement chez Myral

Faible empreinte carbone

« Quel que soit le système d’ITE, travailler avec un fournisseur qui fabrique de manière locale réduit l’empreinte carbone. Ensuite, pour atteindre un faible bilan total, sous enduit, les deux principales solutions sont le liège, 100 % biosourcé, ou la fibre de bois d’origine naturelle, plus standard. Sur ce marché, le polystyrène reste cependant une valeur sûre, 100% recyclable et avec des solutions à moindre empreinte carbone, comme celui que nous proposons avec Hirsch Isolation. Tous apportent une réponse, mais nécessitent un compromis. Avec le polystyrène, les poseurs restent dans la traditionalité. Les clients sensibles aux produits d’origine naturelle s’orientent vers la fibre de bois. Ceux en attente d’une solution 100% biosourcée aux performances importantes optent pour du liège. La RE 2020 nous pousse vers une plus faible une empreinte carbone des bâtiments. Mais la décision finale reste celle du client. Ainsi, certains préfèrent la laine de roche pour son aspect très perspirant et surtout pour son critère de sécurité incendie bien qu’elle nécessite beaucoup d’énergie pour être produite… »

Romain Pierron, responsable de Gamme ITE et Organique chez Saint-Gobain Weber France

Commentaires

Isolation thermique par l'extérieur : quels critères de choix ?

Votre e-mail ne sera pas publié

gil73

26/09/2020 08h:36

Il existe un autre matériau d'isolation avec un impact carbone très faible: le chanvre et je suis étonné que vous n'en parliez pas. Mais il faut sortir de tout ce lobby industriel des "gros" fabricants. Pour rappel le chanvre est une plante peu énergivore à la production, renouvelable annuellement, très faible impact carbone à la transformation, et recyclable naturellement et avec une qualité d'isolation égale aux autres produits du marché, un temps de déphasage supérieur à beaucoup; le seul bémol serait la production pas forcément locale, mais on pourrait en produire partout sur le territoire... Cela reste dommage que vous n'en parliez pas assez...

Votre e-mail ne sera pas publié

fabien

28/09/2020 11h:45

Parmi les critères qui entrent en ligne de compte, il y a le fait de préserver la qualité architecturale des centres anciens. La "mode" de l'ITE conduit à effacer, en toute légitimité, tout ce qui participe à la charge historique et patrimoniale des sites anciens. La customisation du bâti ancien est une problématique d'autant plus perverse, qu'elle est poussée, argumentée, légitimée par l'élan de la vague verte qui tend à tout reléguer au second plan. L'isolation du bâti ancien est une démarche complexe qui ne peut se satisfaire d'une solution simple et facile comme l'ITE. Elle appelle à une analyse des systèmes constructifs pour choisir la solution la plus durable. Par ailleurs, il faut rappeler que même l'ITE, mal mis en œuvre peut générer des pathologies importantes notamment liés à une mauvaise gestion de la perspirance. Revenons à l'analyse et bannissons les fausses bonnes solutions

Votre e-mail ne sera pas publié

pacabreiz

28/09/2020 12h:02

Le choix du produit dépend aussi du bâtiment à isoler. Entre un pavillon, un immeuble de copropriété un ERP ou tertiaire. Certe il y l'isolant par lui même mais il ne faut pas oublier tous les accessoires qui en découlent.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire en pisé

Construire en pisé

Date de parution : 10/2020

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Utiliser la couleur dans un projet d'architecture

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil