En direct

Isolation des fondations : quelles solutions pour un bâti performant ?
- © Adobe Stock
Publi-rédactionnel

Isolation des fondations : quelles solutions pour un bâti performant ?

le 22/02/2021  |  Matériaux de constructionFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

HIRSCH Isolation : les innovations durables et responsables
Matériaux de construction
France
Valider

Les fondations sont des zones d’importantes déperditions thermiques. Découvrez comment réaliser une isolation efficace sur ces parties, pour un bâti performant, sain et durable.

Vous vous lancez dans un projet de construction et avez prévu d’utiliser les sous-sols ? Cet espace supplémentaire, occupé par un garage, un lieu de stockage ou même une salle de sport ou un home cinéma, peut vous permettre d’exploiter une surface intéressante. Mais avez-vous prévu l’isolation de ces parois enterrées ? L’absence ou les défauts d’isolation sur ces zones peut entraîner des pathologies pour le bâtiment, faisant pâtir le confort des occupants.

Se poser certaines questions au moment de la conception vous permettra d’identifier les risques et de choisir la bonne isolation.

Pourquoi isoler les fondations ?

Une bonne isolation des parois enterrées et des soubassements va offrir plusieurs avantages. Le principal résidant évidemment dans le confort thermique des occupants, spécialement si le local de sous-sol a vocation à être occupé. L’isolation par l’extérieur présente l’avantage de traiter efficacement les ponts thermiques, notamment en liaison plancher-mur. Un traitement des ponts thermiques est crucial sur ces parois exposées au froid et à l’humidité, car tout défaut d’isolation pourrait créer des points de rosée côté intérieur, avec un risque accru de condensation et donc de moisissure (avec un impact négatif sur la qualité de l’air intérieur et la santé des occupants).

©2014 – De Villars
©2014 – De Villars - © AQC

Autre avantage : l’isolation extérieure – spécialement en panneaux – protège le support et le complexe d’étanchéité contre les agressions, préservant ainsi le bâti dans la durée.

Quel mur et quel local isoler ?

Le NF DTU 20.1 définit trois catégories de mur de soubassement :
• 1re catégorie : mur bordant des locaux utilisés où aucune trace d’humidité n’est acceptée sur sa face intérieure. Ces locaux sont réputés habitables et aménagés ;
• 2e catégorie : mur bordant des locaux pour lesquels l’étanchéité de la paroi n’est pas obligatoire et où des infiltrations limitées peuvent être acceptées par le maître d’ouvrage. Ces locaux peuvent inclure les garages ou les caves ainsi que les chaufferies ;
• 3e catégorie : mur n’assurant aucune fonction autre que la résistance mécanique.

Seules les deux premières catégories feront l’objet d’une isolation, mais elles différeront dans le traitement du risque d’infiltration et de suintement.

Ne tolérant aucune trace d’humidité, les murs de première catégorie devront faire l’objet d’une étanchéité (barrière à l’eau et à la vapeur). Les murs de seconde catégorie pourront quant à eux se contenter d’une imperméabilisation (étanche aux liquides uniquement, pas à la vapeur).

Dans les deux cas, la pose de l’isolant se fera impérativement par-dessus le complexe d’étanchéité ou d’imperméabilisation.
Pour les murs de première catégorie, on se référera aux recommandations professionnelles de la CSFE ‒ L’isolation thermique par l’extérieur des parois enterrées avec revêtement d’étanchéité, pour réaliser les travaux.

Quand faut-il prévoir un drainage ?

Le DTU 20.1 (partie 4) indique les cas où le drainage sera nécessaire :
• terrains en pente vers le bâtiment ou dans une cuvette ;
• terrains faiblement perméables (argile, limon…) ou à perméabilité douteuse ;
• autres cas laissés à l’appréciation du maître d’ouvrage.

Comme le recommande l’AQC dans sa fiche spécifique sur l’humidité des sous-sols, il est préférable de réaliser une étude de sol préalable. Cette étude aura pour but d’identifier la nature et la capacité du sol à accumuler de l’eau le long des parois.

Selon les résultats de cette étude, un drainage périphérique des parois pourra être prévu. L’objectif sera de diriger le ruissellement des eaux vers un drain situé en pied des fondations.

L’étanchéité seule ne peut remplir cette fonction, mais l’isolant pourra tout à fait jouer ce rôle de drainage vertical : des solutions existent en polystyrène expansé sous forme de panneaux, dotés d’une surface à plots et recouverts d’un géotextile, comme le Cellodrain® Ultra dans la gamme HIRSCH Isolation.

Paroi enterrée isolée par l'extérieur
Paroi enterrée isolée par l'extérieur

Pour toute conception, quelques bonnes pratiques permettront de prévenir des problèmes futurs :
• définir dès la conception, avec le maître d’ouvrage, la destination du local de sous-sol. Dans la mesure du possible, il est recommandé d’éviter d’aménager un local qui n’a pas été prévu pour cet usage ;
• veiller à la bonne ventilation du local ;
• lors de la pose de l’étanchéité, du drainage et de l’isolation, s’assurer que les points singuliers ont été correctement traités au regard du risque d’infiltration et de suintement.

La gamme HIRSCH Isolation pour les fondations : une solution pour chaque application

Au regard des éléments présentés ci-dessus, on peut déterminer trois fonctions principales pour les isolants dédiés aux fondations :
• L’isolation thermique ;
• La protection mécanique ;
• Le drainage.

HIRSCH Isolation propose des isolants en polystyrène expansé remplissant une ou plusieurs de ces fonctions, pour s’adapter à toutes les exigences de vos projets.

Pourquoi choisir le polystyrène expansé pour l’isolation des fondations ? Ce matériau inerte, non toxique, imputrescible et peu sensible à l’eau conserve toutes ses propriétés mécaniques et thermiques après asséchement.

Thermiquement performant, dimensionnellement stable (il ne se déforme pas sous l’effet de l’humidité ou des variations de température), sa résistance mécanique lui permet de trouver sa place même dans des ouvrages soumettant l’isolant à des charges importantes.

Autre argument en faveur du polystyrène expansé : il est 100 % recyclable et, découpé avec le matériel approprié (fil chaud, couteau thermique), il permet de garantir des chantiers propres. Enfin, c’est un isolant économiquement compétitif – notamment face au polystyrène extrudé – plus facile à coller et qui peut être enduit en partie apparente des soubassements.

La gamme HIRSCH Isolation s’articule autour de trois produits pour offrir une réponse à chaque chantier :

- Cellomur® Fondation : pour l’isolation thermique simple des parois enterrées (jusqu’à 4,3 mètres de profondeur d’enfouissement). Il est recommandé de recouvrir ces panneaux d’une nappe à excroissances pour les protéger des agressions mécaniques du remblai.

Cellomur® Fondation
Cellomur® Fondation

- Cellodrain® Ultra : ce nouveau panneau en polystyrène expansé graphité à hautes performances permet une isolation et un drainage vertical des eaux de ruissellement. Disposant d’une face à plots recouverte d’un géotextile et de bords feuillurés pour une continuité d’isolation optimale, Cellodrain® Ultra peut être mis en œuvre jusqu’à 3 mètres de profondeur.

Cellodrain® Ultra
Cellodrain® Ultra

- Cellocem® Ultra : ce complexe, composé d’une plaque fibres-ciment (incombustible et imputrescible) contrecollée sur un panneau de polystyrène expansé graphité, permet de réaliser en une seule opération l’isolation thermique, la protection mécanique et la finition des parties hors-sol des soubassements (jusqu’au départ de l’ITE). Avec sa finition lisse et esthétique, ce nouveau produit ne nécessite pas d’enduisage supplémentaire et protégera le pied de la façade des agressions mécaniques.

Cellodrain® Ultra
Cellodrain® Ultra

Pour conclure : une isolation à préparer dès la conception.

Vous l’aurez compris, l’étanchéité, l’isolation ainsi que le drainage des parois enterrées et du soubassement doivent être déterminés dès la conception du bâtiment, pour réduire le risque de désordres futurs.

Les éléments sélectionnés doivent être compatibles entre eux. La colle employée pour la fixation des isolants doit être compatible à la fois avec l’étanchéité et l’isolation. Ces éléments doivent également être adaptés au type de mur support (briques, parpaings, béton…). Consultez la documentation des fabricants de colle et les DTA/Avis Techniques des fournisseurs de complexes d’étanchéité pour confirmer la mise en œuvre.

Vous avez d’autres questions concernant l’isolation des parois enterrées ? Nos experts HIRSCH Isolation sont à votre disposition pour toute information et pour vous orienter dans votre projet. N’hésitez pas à nous contacter sur notre site Internet : https://hirschisolation.fr/nous-contacter/

Sources

• Recommandations professionnelles de la CSFE - L’isolation thermique par l’extérieur des parois enterrées avec revêtement d’étanchéité.
• Fiche pathologie bâtiment « Humidité en sous-sol des bâtiments » - AQC – 2019.
• NF DTU 20.1 « Ouvrages en maçonnerie de petits éléments - Parois et murs ».

Contenu proposé par HIRSCH

Commentaires

Isolation des fondations : quelles solutions pour un bâti performant ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil