Le moniteur
ISH 2019 : la ventilation double-flux décentralisée résout bien des problèmes
- © Pascal Poggi

ISH 2019 : la ventilation double-flux décentralisée résout bien des problèmes

PASCAL POGGI |  le 21/03/2019  |  EnergieTechniqueVentilationDéveloppement durable100 % eau et énergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Artisans
Technique
Ventilation
Développement durable
100 % eau et énergie
Valider

Les solutions de ventilation double-flux pièce par pièce se multiplient. Initialement conçu pour la rénovation des logements existants, elles se développent en tertiaire et en construction neuve.

Dnas les allées du salon ISH 2019 qui s’est tenu à Francfort du 11 au 15 mars, le rapide développement de la ventilation double-flux décentralisée frappait. Ces appareils ventilent une seule pièce et se posent à travers un mur extérieur, après un carottage. On voyait aussi de manière croissante des installations où le caisson double-flux décentralisé traverse le mur, mais la fente de prise et de rejet d’air extérieure se trouve dans l’embrasure de la fenêtre, avec un coude à 90° noyé dans l’épaisseur du mur ou entre le mur et l’(isolation extérieure.

Assurer la qualité d’air intérieur et protéger le bâti


Ces caissons de ventilation ont été développés pour résoudre un problème de ventilation lors de rénovations avec changement de fenêtres. Dans les logements  dépourvus de ventilation mécanique, une ventilation parasite était assurée par les défauts d’étanchéité des menuiseries. Un apport supprimé par la pose de nouvelles fenêtres. Si le renouvellement d’air n’est pas traité, des désordres apparaissent rapidement : développement d’humidité sur les murs, accompagné de champignons et moisissures diverses. Le tout conduit à une baisse de la qualité d’air intérieur, mais peut aussi compromettre l’intégrité du bâti. Le remède est simple : il faut ventiler. Il n’est pas toujours possible dans l’existant de passer les gaines d’air associées à une ventilation centralisée. De plus, le marché allemand a largement sauté l’étape de la ventilation simple flux en faveur du double flux avec récupération de chaleur.

Les pionniers sont peu à peu rachetés par de grands groupes


Du coup, plusieurs constructeurs allemands ont développé, il y a déjà presque 30 ans, des solutions de ventilation double-flux décentralisées : un caisson par pièce. Les classiques spécialistes de la ventilation n’étaient pas du tout convaincus de l’intérêt de solutions. Ces pionniers ont prouvé qu’ils avaient tort. Ils ont en réalité inventé un nouveau marché en ventilation et répondu à un vrai besoin avec des solutions élégantes et simples. Depuis, les grands industriels de la ventilation tentent de rattraper leur retard, notamment en rachetant les inventeurs de ce nouveau marché. LTM, par exemple, créé en 1992, a développé toute une offre de caissons double flux décentralisés avec récupération de chaleur pour les logements existants, dont les débits varient de 10 à 60 m3/heure. Puis il a découvert un second nouveau marché : celui des salles de classes, réfectoires et autres salles de réunion non- ou mal ventilés. Pour les traiter, conservant la même idée de caisson double flux indépendants, il a développé la gamme LTM Dezent, dont les débits vont de 100 à 870 m3/heure. Il est d’ailleurs possible d’en installer plusieurs dans une même salle pour bien balayer tout le volume et de les piloter tous ensemble grâce à une structure de régulation maître/esclave. Les caissons LTM Dezent et tous ceux que les concurrents de LTM ont développé depuis, s’installent sous plafond dans la salle à traiter, contre un mur extérieur et sont raccordés par deux gaines de prise et de rejet d’air qui traversent le mur. En 2018, Stiebel Eltron a racheté LTM. bluMartin, autre pionnier, a été acheté par Swegon en 2016. Meltem qui produit des caissons décentralisés depuis 200 demeure une entreprise familiale.

Petits débits, mais grande performance


Très tôt, les fabricants de caissons double flux décentralisés ont parié sur la qualité. Plusieurs d’entre eux ont fait certifier leurs caissons par le Passivhaus Institut de Darmstadt, arbitre de la qualité des composants du bâtiment, depuis l’isolation jusqu’à la ventilation. Sur le site du Passivhaus Institut, on trouve aujourd’hui 8 caissons certifiés. Leurs débits d’air varient de 10-60 à 20-85 m3/heure. Leur rendement de récupération de chaleur n’est jamais inférieur à 75% et le modèle freeAIR100 (20-50 m3/heure) de bluMartin établit un record avec un taux de récupération de chaleur de 87% qui n’a pas grand-chose à envier à ceux des groupes double flux centralisés de tailles plus imposantes. Certains fabricants utilisent même des échangeurs enthalpiques qui permettent de récupérer aussi une partie de l’humidié de l’air extrait : 45% pour le M-WRG-II E de Meltem Wärmerückgewinung et jusqu’à 64% pour le ComfoAir 70 de Zehnder. Il existe deux grandes familles techniques de groupes double flux décentralisés. Ils sont soit équipés de deux ventilateurs et d’un échangeur avec deux flux d’air croisés permanents. Soit, ils ne possèdent qu’un seul ventilateur qui, toutes les 30 secondes en général, inverse son sens de rotation et renverse son flux d’air. En mode extraction, il charge un accumulateur placé dans la veine d’air. En mode insufflation, l’air traverse cet accumulateur et se réchauffe avant d’entrer dans la pièce.

Plus de 20 marques à ISH


AU salon ISH 2019, on croisait une bonne vingtaine de marques de caissons double-flux décentralisés. Parmi eux, les spécialistes comme Meltem, LTM, bluMartin, Lunos, getAir, ROOS, Ventomax et Inverter ; mais aussi des convertis comme Maico, Aerex, Komfovent, Helios ou Vallox. Tous les industriels du chauffage s’y sont mis aussi : Viessmann, Buderus, Bosch, Wolf, Stiebel Eltron, Dimplex, Vaillant, … Viessmann qui envisage de commercialiser ses solutions de ventilation en France en 2020 devrait même introduire d’abord son caisson décentralisé Vitovent 200-D qui revendique jusqu’à 90% de taux de récupération de chaleur à son débit nominal de 50 m3/heure.

Commentaires

ISH 2019 : la ventilation double-flux décentralisée résout bien des problèmes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Dicobat

Dicobat

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur