En direct

INTRODUCTION

le 02/03/2018  |  ParisFrance entière

Qu'est-ce que l'aménagement du territoire aujourd'hui ? Pour répondre à cette question, et aux nombreuses interrogations qu'elle sous-tend quant à son utilité et ses objectifs, la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable a créé en son sein un groupe de travail sur l'aménagement du territoire en mars 2016. Afin de délimiter son périmètre d'étude, le groupe de travail s'est concentré sur l'aménagement du territoire en France métropolitaine, sans méconnaître l'importance et la spécificité de ce sujet pour les territoires ultramarins. À l'issue d'un cycle d'auditions et d'une consultation publique, les travaux menés mettent en lumière les profondes mutations territoriales que notre pays a connues sur la période récente, ainsi qu'une attente forte mais non satisfaite d'aménagement du territoire.

Le Sénat, représentant constitutionnel des collectivités territoriales, se doit, sur ce sujet et face à de tels enjeux, d'être force de réflexions et de propositions.

L'aménagement du territoire est une exception française. Son objectif est d'assurer une répartition équilibrée des ressources, des activités et des hommes dans l'espace, afin de préserver durablement l'ensemble du territoire national comme lieu de vie et d'activité. Indissociable du principe d'égalité républicaine et d'un profond attachement à la richesse et à la diversité territoriale de notre pays, l'aménagement du territoire est une responsabilité première de la puissance publique.

Mise en œuvre après la Seconde guerre mondiale, dans le cadre de la reconstruction du pays dirigée par l'État, la politique d'aménagement du territoire fut consensuelle et jugée prioritaire jusqu'à la fin des années 70. Le ministre de l'Aménagement du territoire était même qualifié de « Premier ministre bis » au début de la Ve République.

Depuis les années 90, l'aménagement du territoire est devenu le « parent pauvre » des politiques publiques. Le modèle français tant vanté n'a pas survécu aux crises économiques successives, aux mutations de l'action publique, et aux rapports nouveaux au territoire et à l'environnement où rentabilité, aménagement, désertification et intérêt général s'opposent… Selon Roger Brunet, nous sommes passés d'un territoire à aménager à un territoire « à ménager ».

Si la politique d'aménagement du territoire a longtemps eu pour objectif de conjurer le risque d'un désert français au-delà de la capitale parisienne - « Paris et le désert français » disait-on -, la crainte est désormais de voir se développer les métropoles comme des îlots de prospérité et de modernité, séparés par des territoires au mieux instrumentalisés par la grande ville, au pire réduits à des espaces interstitiels et délaissés par les politiques publiques.

Le développement économique se concentre essentiellement autour de quelques pôles métropolitains. Par contraste, de nombreux territoires connaissent un sentiment d'abandon et de « décrochage ». Les raisons en sont multiples : la métropolisation de l'économie a conduit à polariser les emplois et la création de richesses dans le cœur des grandes agglomérations ; la crise des finances publiques s'accompagne d'une raréfaction des ressources budgétaires et, dans certains cas, d'un repli des pouvoirs et services publics ; la mondialisation entraîne une nouvelle division du travail et le dépérissement de certains sites industriels excentrés…

Aucune politique d'aménagement du territoire n'a été menée pour remédier à ces évolutions.

Une telle situation se traduit par une multiplication des comportements électoraux de rupture dans ces territoires, marquant un ressentiment grandissant à l'égard des grandes villes, de l'Europe, de la mondialisation et des mutations technologiques qui sont en train de redessiner nos façons de produire, de consommer, d'échanger… Les populations qui vivent dans ces territoires ont souvent l'impression d'être les oubliés de l'histoire et de la modernité : le monde qui change ne leur serait en rien bénéfique, il réduirait même pour eux l'horizon des possibles. L'arrivée de la candidate du Front national en tête du premier tour de l'élection présidentielle dans plus de 19 000 communes illustre l'ampleur de ce phénomène.

Dans le contexte de mutations territoriales que nous connaissons, la politique d'aménagement du territoire telle qu'elle a été pensée et conduite dans les grandes années de la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR) n'est certes plus adaptée. Mais la politique du « laissez faire », en s'en remettant à une « main invisible » territoriale, ne peut pas être une réponse. C'est pourtant ce que l'on constate : tous les gouvernements successifs depuis une vingtaine d'années ont été défaillants, faisant preuve à la fois d'un manque de vision et d'une volonté politique insuffisante. Le changement sémantique de la période 2012-2016 - le ministère de l'Aménagement du territoire devenant celui de l'Égalité des territoires - ne s'est pas traduit par davantage de volontarisme, d'ambition ou de réelles mesures en faveur des territoires. Que faut-il espérer du nouveau ministère de la Cohésion des territoires ?

Face à ce renoncement et à une aggravation de la situation dans de nombreux territoires, le groupe de travail veut donc affirmer sa conviction de l'impérieuse nécessité de repenser aujourd'hui l'aménagement du territoire, pour en faire à nouveau une priorité de l'action publique. C'est par une approche renouvelée qui suppose de redéfinir le rôle de l'État, des collectivités territoriales, et des autres partenaires publics et privés, que les lignes pourront bouger.

Il s'agit en effet de conjurer la fatalité d'une France à plusieurs vitesses et de donner une portée concrète aux principes républicains. Une vraie politique d'équilibre des territoires devra être porteuse d'équité, mais aussi de croissance et de bien-être.

L'objectif de ce travail est ainsi de montrer qu'une politique ambitieuse d'aménagement du territoire est non seulement possible mais également indispensable pour notre pays en ce début de XXIe siècle. Il faut en définir les priorités et se doter des moyens nécessaires pour les mettre en œuvre.

Commentaires

INTRODUCTION

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX