En direct

«Internet s'est banalisé»

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI, XAVIER FODOR |  le 14/12/2001  |  CommunicationMaîtrise d'ouvrageNumériqueNégoce

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Communication
Maîtrise d'ouvrage
Numérique
Négoce
Valider

Pascal Crétot, fort de son expérience dans le secteur, analyse les résultats de notre baromètre.

Le sondage traduit une banalisation d'Internet. Elle s'explique essentiellement par le coût peu élevé d'équipement et de connexion à Internet. Quant au retard du négoce, son explication tient peut-être au côté traditionnel du métier, mais aussi au faible taux d'équipement des petites structures du BTP, majoritaires dans le secteur mais non représentées dans ce sondage.

Création de site Web : un palier est atteint

Si les maîtres d'ouvrage - prescripteurs montrant habituellement la voie à suivre - poursuivent leur logique d'équipement, les chiffres de possession de site Internet et d'intention de création tendent à montrer qu'un palier est atteint. En moyenne, une entreprise sur deux possède déjà ou aura bientôt son site. Aujourd'hui, les acteurs du BTP attendent de voir la valeur que peut leur apporter cet outil. C'est un comportement que l'on a pu observer ailleurs, par exemple dans les télécoms et le commerce. Si l'importance est démontrée, elle entraînera un effet « boule de neige » en motivant les entreprises non équipées et en influant sur la fréquence d'utilisation d'Internet. Sur ce dernier point, les chiffres recueillis suivent logiquement la progression des taux d'accès à Internet.

Les entreprises communiquent encore peu...

Le premier score d'utilisation de tous les acteurs du BTP reste l'e-mail. Mais, curieusement, cette fonction élémentaire du Web n'est pas encore totalement banalisée. Elle est en moyenne employée par un internaute sur deux ! L'échange et le partage des données entre partenaires de chantier connaissent, en revanche, une belle progression, notamment chez les maîtres d'oeuvre et les entreprises de dix salariés et plus. Cette hausse symbolise l'engagement dans une logique d'utilisation d'Internet et des systèmes de gestion de projet en ligne, pour tendre entre autre vers l'amélioration de la productivité des chantiers. Il ne s'agit pas seulement de gain de temps, mais surtout d'utilisation d'outils permettant à l'encadrement de chantier d'être plus efficace dans son fonctionnement. Le jour où l'offre sera mieux structurée, l'e-construction aura franchi un pas significatif.

Internet, une mine d'informations

La recherche d'informations techniques, juridiques et réglementaires, est importante pour tous les acteurs du BTP. Internet revêt là un réel intérêt. Il permet d'accéder facilement à une masse d'informations utiles. Et, grâce aux moteurs de recherche et autres bases de produits, il simplifie le tri des données.

Enfin, concernant les achats en ligne, le BTP reste en retard par rapport à d'autres industries. A lui maintenant de faire de cette faiblesse un avantage en évitant les erreurs commises par les autres secteurs d'activité. Le tort est de se focaliser sur les achats de production, qui présentent peu d'intérêt hormis la pratique ponctuelle d'appels d'offres ou d'enchères en ligne. Le BTP pourrait tirer beaucoup de profit s'il utilise Internet pour les achats dits généraux, encore mal gérés et pourtant générateurs de gains.

Pascal Crétot, fort de son expérience dans le secteur, analyse les résultats de notre baromètre.

Le sondage traduit une banalisation d'Internet. Elle s'explique essentiellement par le coût peu élevé d'équipement et de connexion à Internet. Quant au retard du négoce, son explication tient peut-être au côté traditionnel du métier, mais aussi au faible taux d'équipement des petites structures du BTP, majoritaires dans le secteur mais non représentées dans ce sondage.

Création de site Web : un palier est atteint

Si les maîtres d'ouvrage - prescripteurs montrant habituellement la voie à suivre - poursuivent leur logique d'équipement, les chiffres de possession de site Internet et d'intention de création tendent à montrer qu'un palier est atteint. En moyenne, une entreprise sur deux possède déjà ou aura bientôt son site. Aujourd'hui, les acteurs du BTP attendent de voir la valeur que peut leur apporter cet outil. C'est un comportement que l'on a pu observer ailleurs, par exemple dans les télécoms et le commerce. Si l'importance est démontrée, elle entraînera un effet « boule de neige » en motivant les entreprises non équipées et en influant sur la fréquence d'utilisation d'Internet. Sur ce dernier point, les chiffres recueillis suivent logiquement la progression des taux d'accès à Internet.

Les entreprises communiquent encore peu...

Le premier score d'utilisation de tous les acteurs du BTP reste l'e-mail. Mais, curieusement, cette fonction élémentaire du Web n'est pas encore totalement banalisée. Elle est en moyenne employée par un internaute sur deux ! L'échange et le partage des données entre partenaires de chantier connaissent, en revanche, une belle progression, notamment chez les maîtres d'oeuvre et les entreprises de dix salariés et plus. Cette hausse symbolise l'engagement dans une logique d'utilisation d'Internet et des systèmes de gestion de projet en ligne, pour tendre entre autre vers l'amélioration de la productivité des chantiers. Il ne s'agit pas seulement de gain de temps, mais surtout d'utilisation d'outils permettant à l'encadrement de chantier d'être plus efficace dans son fonctionnement. Le jour où l'offre sera mieux structurée, l'e-construction aura franchi un pas significatif.

Internet, une mine d'informations

La recherche d'informations techniques, juridiques et réglementaires, est importante pour tous les acteurs du BTP. Internet revêt là un réel intérêt. Il permet d'accéder facilement à une masse d'informations utiles. Et, grâce aux moteurs de recherche et autres bases de produits, il simplifie le tri des données.

Enfin, concernant les achats en ligne, le BTP reste en retard par rapport à d'autres industries. A lui maintenant de faire de cette faiblesse un avantage en évitant les erreurs commises par les autres secteurs d'activité. Le tort est de se focaliser sur les achats de production, qui présentent peu d'intérêt hormis la pratique ponctuelle d'appels d'offres ou d'enchères en ligne. Le BTP pourrait tirer beaucoup de profit s'il utilise Internet pour les achats dits généraux, encore mal gérés et pourtant générateurs de gains.

Méthodologie du sondage BVA - « Le Moniteur »

« L'observatoire internet et construction », réalisé par BVA Online, a été effectué pour « Le Moniteur », du 18 octobre au 7 novembre 2001, auprès d'un échantillon de 900 acteurs de la filière construction (185 maîtres d'ouvrage, 305 maîtres d'oeuvre, 310 entreprises, 100 négociants). les entreprises de BTP, dont les réponses ont été retenues, emploient plus de dix salariés.

PHOTO : Notre expert Pascal Crétot, associé d'Accenture, en charge du secteur construction et de l'activité Supply-Chain (achats, gestion de projets, logistique)

Taux d'accès à Internet

TABLEAUX :

- Taux d'accès à Internet

- Possession d'un site Web

- Fréquence de connexion à Internet

- Utilisation d'Internet

- Principal intérêt d'Internet...

- Recherche d'informations juridiques ou réglementaires

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil