En direct

Intégrer les logiciels et les automates au cœur des installations de carrière

Gilles Rambaud |  le 29/11/2013  |  ÉvénementSaône-et-LoireFrance entière

Metso Minerals élargit son offre au pilotage des cribles et des concasseurs.

Comme si vous achetiez une voiture sans volant ni tableau de bord. Les fabricants d’installations de carrière fournissent des appareils de concassage, de broyage et de convoyage, mais pas les interfaces qui permettent de les contrôler. Ce cerveau est l’apanage d’électriciens spécialisés qui viennent se greffer sur le projet. « Une aberration », d’après Metso Minerals, le numéro 1 mondial des installations pour mines et carrières. Aussi a-t-il créé une division « automatismes » rattachée à la branche Metso Installations de broyage. Cocorico ! Le tout se situe en France, à Mâcon (Saône-et-Loire). « Nous sommes en train d’y créer un centre d’excellence qui va concentrer tout notre savoir-faire mondial en matière de concassage », explique Jack Marmet, vice-président de Metso Installations de broyage. Aux experts en chaudronnerie s’ajoute une équipe spécialisée en automatisation qui, épaulée par des sous-traitants tels Siemens et Comeca, conçoit armoires électriques, logiciels de pilotage et interfaces de commande. « Grâce à notre très bonne connaissance de l’industrie minérale, nous savons où innover », commente Jérôme Berthier, responsable de ce nouveau service, qui cite comme exemple la mise en place de variateurs de fréquences sur les moteurs électriques des concasseurs et leur modulation automatique selon le volume broyé. « On arrive ainsi à réduire la consommation électrique de 5 à 10 %. Notre paradigme, c’est le kilowattheure par tonne produite. C’est assez nouveau de réfléchir ainsi. » Metso a déjà vendu 60 installations complètes à travers le monde, réseau électrique et pilotage compris, dont 4 en France. Cette expérience est une force. « Nous décomposons les systèmes en sous-ensembles dont beaucoup sont réutilisables, qu’il s’agisse d’armoires électriques ou de parties des logiciels informatiques. Nous possédons maintenant une bibliothèque d’éléments tout prêts qui nous permet de nous concentrer sur ce qui fait la spécificité de chaque projet, sans avoir à repartir de zéro à chaque fois », se félicite Jérôme Berthier. Ce succès peut-il pousser Metso à arrêter la chaudronnerie pour se concentrer sur l’ingénierie ? « Certainement pas ! tranche Jack Marmet. 50 % de notre activité est constituée par la vente de pièces d’usure tout au long de la vie de l’installation. Développer des systèmes qui serviront à vendre les pièces de nos concurrents ne m’intéresse pas. »

PHOTO - 761020.BR.jpg
PHOTO - 761020.BR.jpg

Commentaires

Intégrer les logiciels et les automates au cœur des installations de carrière

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur