En direct

« Intégrer l'acoustique le plus en amont des projets »

Propos recueillis par J.-F. D. |  le 24/11/2017  |  SantéTechniqueEnvironnementFrance entière

Pour ce spécialiste, l'enjeu consiste à faire appliquer l'arsenal réglementaire existant.

Entretien avec Laurent Droin, directeur du Centre d'information et de documentation sur le bruit (CIDB).

Quel est le fil rouge des 8es Assises de la qualité de l'environnement sonore que le CIDB organise ?

Cette édition réunit les acteurs de domaines aussi variés que l'urbanisme, les transports, la construction, la santé, etc.

Le premier objectif est de dresser un état des lieux sur ces thèmes, sur les plans technique et réglementaire, mais aussi en termes de pratiques, d'outils, d'innovations, etc. Le second est d'imaginer les environnements sonores de demain, thème général de ces Assises. Les évolutions sociétales, comportementales et technologiques induiront des modifications de notre cadre de vie. Quel environnement sonore laisserons-nous à nos descendants ? L'équilibre entre l'économie, le social et l'écologie sera aussi au cœur de nos échanges, avec pour fil rouge les ambiances sonores qui rythment nos vies. Occasion de parler développement durable selon la définition de René Dubos, « penser global, agir local », qui se prête parfaitement à l'acoustique !

L'acousticien est-il désormais clairement identifié au sein de la maîtrise d'œuvre ?

Le Cinov-Giac, syndicat professionnel des BET spécialisés en acoustique, existe depuis plus de vingt-cinq ans.

La profession est à présent connue et reconnue, et les acousticiens n'ont pas ménagé leurs efforts pour permettre l'intégration de la performance acoustique dans les projets au meilleur moment, c'est-à-dire en amont… Mais, dans cette discipline, le travail d'optimisation est trop souvent considéré comme une contrainte et un surcoût alors que, sur le terrain et dans la durée, le rapport bénéfice/coût est largement positif. Sur le plan humain, en termes d'usage, de santé et de sécurité, investir dans la qualité acoustique des espaces a évidemment du sens.

Quelles sont les évolutions législatives ou réglementaires attendues pour le BTP ?

Depuis une vingtaine d'années, la plupart des bâtiments sont réglementés sur le plan acoustique, au moins pour le neuf, de même en cas de travaux lourds de rénovation sur des bâtiments en zones exposées au bruit (décret 2016-798 du 14 juin 2016). Le bruit des chantiers est soumis, de son côté, à une obligation de moyens plus que de résultat. Seuls les locaux de sport, les crèches et les restaurants ne sont pas encore soumis à réglementation (un guide pour les restaurateurs sera d'ailleurs lancé à l'occasion des Assises).

L'actualité réglementaire porte principalement sur les lieux diffusant des sons amplifiés (décret du 7 août 2017, arrêté à paraître). Aujourd'hui, l'enjeu n'est plus d'étoffer l'arsenal existant, mais de le faire appliquer. Mais pour cela, un minimum de moyens est nécessaire… Il faut donc imaginer des règles de financement sur le principe pollueur-payeur, comme pour les nuisances sonores aéroportuaires. Reste la question de la rénovation et du renouvellement urbain, pour lesquels la réglementation acoustique est encore floue, voire inexistante…

Le CIDB fêtera ses 40 ans l'an prochain.

Quelle nouvelle impulsion désirez-vous lui donner ?

Mon objectif est de l'inscrire dans la continuité tout en nous adaptant aux évolutions évoquées plus haut. Notre site Internet [www. bruit.fr, NDLR] nous permet de faire passer des messages pédagogiques ou de prévention. La difficulté tient beaucoup à la transversalité du sujet « bruit » qui concerne presque tous les ministères. Or, malgré les 57 milliards d'euros par an que coûte le bruit à la société en France (rapport CNB/ Ademe/EY de juin 2016), ni la qualité acoustique ni les risques liés au bruit ne sont considérés comme des enjeux prioritaires par les pouvoirs publics. Nous devons donc coupler, chaque fois que possible, la thématique « bruit » aux actions les plus porteuses : la thermique des bâtiments, les plans climat-air-énergie des territoires, la préservation de la biodiversité, etc.

Et s'il y a des raisons d'être inquiet quant aux effets du bruit sur la santé, en particulier sur la qualité du sommeil et l'apprentissage, il y a aussi des raisons d'espérer : apport des nouvelles technologies pour maîtriser le bruit des transports notamment, avec les véhicules électriques, optimisation de la mobilité dans les smart cities , etc.

PHOTO - 10087_634465_k2_k1_1528961.jpg
PHOTO - 10087_634465_k2_k1_1528961.jpg

Commentaires

« Intégrer l'acoustique le plus en amont des projets »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur