En direct

Installation complexe d’une éolienne à très haute altitude

CONRAD FREELING |  le 10/02/2012  |  EuropeIngénierieEnergies renouvelablesEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Europe
Ingénierie
Energies renouvelables
Energie
Valider

2 465 m : c’est l’altitude record en Europe pour une éolienne. Elle vient d’être installée en Suisse, non sans mal…

L’entreprise Welti-Furrer Pneukran & Spezialtransporte AG, associée à Voser Transport AG pour le transport, a érigé une éolienne d’une puissance de 2,3 MW dans les Alpes suisses, non loin de la frontière italienne. L’accès au site s’effectue par le col du Nufenen (Ulrichen, Valais) via une étroite route empierrée comprenant neuf virages en épingle d’un diamètre de seulement 30 m. Comment y faire passer les pales de 35 m ? Le transporteur s’est fait faire par Scheuerle une remorque spéciale, équipée d’un système de levage télécommandé capable de relever la pale à un angle de 23° pour négocier les virages. « Plus la charge est lourde, meilleure est la traction. Nous avons pu négocier des pentes jusqu’à 17 % », remarque Markus Binder, de Voser Transport. Ce système de levage a également été utilisé pour les sections du mât sur les 800 derniers mètres du parcours, là où la pente atteint 15 %. Une fois les éléments apportés sur place, reste à les assembler.

Un emplacement de 20 x 20 m

L’emplacement disponible pour la grue n’est que de 20 x 20 m. D’où le choix d’une Terex TC 2800, une grue à flèche treillis mais montée sur un châssis sur roues. Configuration plutôt rare qui a deux avantages. Sur route, elle n’exerce une pression au sol que de 12 t par essieu, ce qui lui permet d’emprunter le petit chemin de montagne. Surtout, ses stabilisateurs se déploient à l’intérieur d’une surface de 14 x 14 m seulement, à condition de ne pas ajouter de contrepoids déportés, ce qui limite les capacités. Mais même si elle ne pouvait pas atteindre ses 600 t de charge maximale, la grue était suffisamment puissante pour lever tous les éléments, dont la nacelle de 50 t à placer à 85 m de haut. Il a fallu cependant faire monter une seconde grue mobile, avec une flèche télescopique cette fois, non pas pour l’aider au levage mais pour monter la flèche treillis de la TC 2800, livrée en plusieurs éléments. Autre difficulté : la réalisation préalable d’une plateforme stabilisée et, surtout, la gestion de la météo avec du gel même au cœur de l’été, du brouillard et des bourrasques de vent à 150 km/h. Car si les éoliennes aiment le vent, les grues, elles, détestent ça !

PHOTO - 612587.BR.jpg
PHOTO - 612587.BR.jpg - © terex cranes

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur