En direct

Evénement

Insertion Une mise en place signée Borloo

le 28/03/1997  |  PatrimoineDroit de l'environnementNordLozèreHaute-Corse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Patrimoine
Droit de l'environnement
Nord
Lozère
Haute-Corse
Urbanisme
Réglementation
Valider

Après avoir conçu deux amendements à la loi pour donner une dimension d'insertion au projet de Fondation du patrimoine, Jean-Louis Borloo, député maire de Valenciennes, a été chargé en juillet 1996 par le Premier ministre d'une « mission de suivi de la mise en place de la Fondation du patrimoine, et particulièrement de l'élaboration d'un outil opérationnel d'insertion ». Il a donc à la fois proposé les grandes lignes pour lancer cette nouvelle procédure (en termes de montage financier et administratif des dossiers), et repéré, avec un budget de 350 000 francs dégagé par le ministère de la Culture, des opérations susceptibles d'être lancées rapidement.

Grâce à ce budget, une opération a démarré en novembre 1996 à Malaval, un hameau de Lozère. Quatre jeunes Valenciennois ont rejoint deux jeunes Lozérois employés en « contrat emploi solidarité », pour travailler sous la direction de l'entreprise Loureiro (gros oeuvre), avec l'intervention d'un encadrant social. Le chantier, qui représentait près de 1,4 million de francs, portait sur la transformation, après rénovation, d'une ferme en deux logements T4 et une salle d'exposition. Devaient suivre un four à pain et une passerelle, ainsi que divers travaux d'aménagements.

D'autres projets ont été examinés : en Lozère, une opération analogue à celle de Malaval est possible à Saint-Germain-de-Calberte. A Bastia, la reconstitution de trompe l'oeil sur des façades dans un vieux quartier est envisagé mais pose le problème d'un manque de savoir-faire façadier dans l'île. Dans le Marais poitevin, sur la commune de Coulomb, un chantier de remise en eau de canaux d'accès a été étudié à la demande du ministère de l'Environnement. Pour Valenciennes, c'est la réhabilitation d'une maison à pans de bois.

Dans son rapport, Jean-Louis Borloo préconise notamment de mettre en place un encadrement significatif (1 pour 7 personnes), de confier à une entreprise (rémunérée spécifiquement) la conduite de l'opération, d'élaborer un mécanisme de gestion rigoureux et de ne fonctionner que marginalement avec des contrats emploi-solidarité (CES). Le député suggère plutôt des contrats emploi ville ou des contrats consolidés au taux maximum (30h + 10 h de formation).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur