Industrie/Négoce

Inquiets, les salariés du groupe Saint-Gobain manifestent

Environ 500 salariés de Saint-Gobain ont manifesté mercredi devant le siège du groupe, qui a annoncé 6.000 suppressions d’emplois en 2008-2009 dans le monde, pour exprimer leur désaccord avec la direction et exiger « un réel dialogue social ».

A l’appel de la CGT et de la CFDT, des délégations de plusieurs sites français du groupe de construction avaient fait le déplacement à La Défense, ainsi que des syndicalistes belges, espagnols et italiens.
« Notre pouvoir d’achat baisse, alors que certains se servent dans le groupe, avec l’augmentation de 50% des dividendes versés aux actionnaires en trois ans », a expliqué à l’AFP Gabriel Miranda, coordinateur CGT pour le groupe.
« Il y a des inquiétudes en France pour tous les secteurs du groupe, surtout dans la distribution de matériaux de construction en raison du ralentissement de l’immobilier, mais aussi à cause de la volonté de la direction de rationaliser, de regrouper géographiquement des services – financiers, achats, informatiques – dans le cadre du plan dit Symphonie », a poursuivi M. Miranda.
Paul Lootens, secrétaire fédéral de la FTGB, le syndicat belge, présent à La Défense, a aussi fait part de « l’inquiétude » des salariés et du « manque de concertation sociale avec un plan annoncé sans concertation et aucune information sur les impacts dans chaque pays et chaque boite ».
Fin juillet, la direction de Saint-Gobain a annoncé 6.000 suppressions d’emplois, dont 4.000 en 2008, essentiellement aux Etats-Unis (1.500), au Royaume Uni (1.500) et en Espagne (500) dans la distribution de matériaux de construction qui pâtit du ralentissement de l’immobilier dans ces pays.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X