Aménagement

Inondations en Chine : l’utilité du barrage des Trois Gorges contestée

Beaucoup de riverains du Yangtsé sont persuadés que grâce à la construction du barrage des Trois Gorges, les inondations de cette année seront les dernières, mais des experts sont nettement plus sceptiques. A partir de juin 2003, la mise en service du barrage, le plus grand du monde, créera en amont un lac de réserve dont la longueur atteindra en 2009 plus de 600 km. « A l’avenir, il y aura moins d’inondations, ou peut-être plus du tout », estime Tong Guoqing, un docker de Wuhan, interrogé près d’un monument aux milliers de victimes des inondations de 1954. « Une fois le barrage des Trois Gorges achevé, nous allons pouvoir commencer à réguler le débit du Yangtsé », assure-t-il.

De nombreux observateurs indépendants se montrent pourtant nettement moins enthousiastes sur les vertus du colossal et onéreux chantier.
« Le barrage des Trois Gorges ne peut résoudre à lui tout seul tous les problèmes d’inondations du Yangtsé », selon Jim Harkness, représentant en Chine du Fonds mondial pour la nature (WWF). Lorsqu’il sera achevé à la fin de la décennie, sa réalisation aura coûté plus de 20 milliards de dollars, ce qui incitera Pékin à continuer de faire tourner les turbines, même lorsque le niveau du fleuve aura dépassé la cote d’alerte. « Pour maintenir la production d’électricité, ils ne vont probablement pas utiliser le barrage pour contrôler une crue comme celle de cette année », a estimé un observateur basé à Pékin sous couvert de l’anonymat.

Le barrage ne pourra rien, de surcroît, contre les crues des affluents du Yangtsé qui se jettent dans le fleuve en aval du barrage de Trois Gorges, et qui sont les principaux responsables des crues de cet été. Certains détracteurs du barrage craignent même que ce dernier, en diminuant la quantité d’alluvions présents dans le fleuve, provoque une accélération de son débit et fragilisera ses digues. « Le barrage pourrait en fait accroître le risque d’inondations en aval », a déclaré l’observateur basé à Pékin. Le barrage des Trois Gorges est le projet fétiche de l’ancien Premier ministre et actuel président du parlement Li Peng, mais d’autres hauts responsables chinois paraissent moins convaincus de ses vertus.

Suite aux graves inondations de l’été 1998 qui ont fait plus de 4100 morts dans le bassin du Yangtsé, de hauts responsables autour du Premier ministre Zhu Rongji ont ainsi décidé d’adopter une série de mesures peu spectaculaires, mais systématiques pour réduire les dommages causés par les inondations. Une interdiction immédiate d’abattre de arbres a par exemple immédiatement été promulguée pour de vastes régions dans le bassin du fleuve, la déforestation et l’érosion des sols qu’elle entraîne étant des facteurs aggravants en cas de crue. Un programme de restauration des lacs et des marécages qui servaient de retenues d’eau et ont été asséchés depuis les années 50 a également été adopté.

Dans la province centrale du Hubei, seuls un tiers des plus de 1000 lacs d’avant 1949 existent encore actuellement, alors que la rapide croissance de la population a exercé une pression pour que de nouvelles terres soient gagnées pour l’agriculture. Mais si la politique initiée en 1998 est appelée à durer, les deux plus grands lacs qui s’écoulent dans le Yangtsé, le Dongting et le Poyang, devraient retrouver leur taille d’avant 1949, ce qui devrait leur permettre de retenir quelque 10 milliards de tonnes d’eau supplémentaires, soit l’équivalent de la moitié de la capacité du lac de retenue des Trois Gorges.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X