En direct

Innover avec des bois locaux
Saint-Jean d’Arvey - © Copyright 2009

Innover avec des bois locaux

Stéphane Miget |  le 29/05/2013  |  ImmobilierTechniqueLandesLoire-AtlantiqueVosges

Sommaire du dossier

  1. Appartements en balcon sur un vallon
  2. Villas urbaines pédagogiques
  3. Internat passif pour lycéens actifs
  4. Le navire de bois du lycée maritime de Saint-Malo
  5. Les derniers défis du bois en construction
  6. Une nouvelle union professionnelle pour développer la construction bois
  7. Le bois prend enfin son envol
  8. Du bois dans tous ses états pour l’extension d’un lycée agricole
  9. La filière bois-construction trouve son salut dans la rénovation et l'extension-surélévation
  10. Pour rebondir, la construction bois convoite de nouveaux espaces
  11. Un manifeste de la construction bois à Epinal
  12. Le décret bois finalement abrogé : et maintenant ?
  13. Un centre commercial tout en bois : une première en France
  14. Les derniers verrous à faire sauter
  15. Un lamellé-croisé de hêtre
  16. Quand le logement social s’essaie au bois
  17. Le bois norvégien atteint des sommets
  18. La construction en bois poursuit son ascension
  19. Resconstruction d’un collège vosgien
  20. Une association pour favoriser le développement du lamellé-croisé
  21. Construction d’une maison à ossature bois en 10 étapes
  22. La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de "filière stratégique"
  23. Un ensemble bois à énergie positive
  24. Le bois au carrefour d’un nouveau développement
  25. Rougier regroupe ses activités d’importation
  26. Surélever et rénover en toute légèreté
  27. Quand le pin veut réhabiliter la campagne
  28. Un bâtiment manifeste en porte-à-faux
  29. Un groupe scolaire rhabillé d’une résille pliée
  30. Extension sur pilotis pour la Cité des machines
  31. « La filière bois entre dans une logique d’innovation »
  32. Première tour passive R+7 de logements en bois
  33. Un concept de maison en bois à coût réduit
  34. La filière bois a désormais son comité stratégique
  35. CLT : des panneaux structuraux adaptés à toute construction
  36. La filière bois construction se met en marche
  37. Quatre maisons individuelles en bois
  38. Innovation et savoir-faire avec le bois local
  39. Bois massif et toiture végétalisée sur le chemin des écoliers
  40. La construction bois résiste (mieux) à la crise
  41. Structure bois inédite pour un immeuble de 10 logements
  42. Bois à tous les étages pour un « bâtiment image »
  43. Quatre étages en bois massif contrecollé pour un lycée parisien
  44. Logements R 7 à ossature bois
  45. Un rapport pour relancer la filière bois
  46. Innover avec des bois locaux
  47. Utilisation du bois dans certaines constructions
  48. Construction / bois Quantité minimale de matériaux en bois dans certaines constructions nouvelles
  49. Une icône architecturale pour la filière bois en Pays de la Loire
  50. Le Conseil constitutionnel rend le décret « bois » inapplicable
  51. Mélèze et épicéa, bien entendu !
  52. L’Inra choisit la forêt des Vosges comme ressource locale
  53. A l’école des cinq essences
  54. Un bois structurel aux qualités proches du béton
  55. Préfabrication pour une enveloppe efficace
  56. Un travail de précision autour de l’étanchéité à l’air
  57. Une chaudière gaz à condensation économe
  58. Une ventilation double flux performante
  59. Menuiseries double ou triple vitrage selon l’orientation
  60. Un immeuble de quatre étages à structure en bois massif
  61. La construction bois : épicentre de l’innovation
  62. Construction BBC en bloc bois à montage rapide et simplifié
  63. L’Entrepreneur TV – juin 2012 – La construction bois
  64. Surélévation-extension bois : requalification d'un pavillon des années 70
  65. Le bois perce sur tous les marchés
  66. «Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)
  67. Veiller à l’isolation acoustique entre logements
  68. Construction bois : un Forum pour des majors de plus en plus impliqués
  69. Introduction
  70. Création de France bois industries entreprises (FBIE)
  71. Le bois certifié prend racine dans la construction
  72. Une résidence étudiante en bois massif
  73. Des maisons de gendarmes à ossature bois
  74. Une maison en bois à doubles murs
  75. 4 modules bois pour un logement
  76. Chaniters Loire-Atlantique Techniques ancestrales pour une maison passive ossature bois
  77. Une maison passive en bois testée, mesurée et contrôlée pendant 5 ans
  78. Feuilleton 3/9 Maisons passives à ossature bois
  79. Maisons en bois à géométrie variable
  80. Guide de l’achat public éco-responsable Le bois matériau de construction
  81. Vers une pénurie du bois dans la construction !
  82. Le bois français va-t-il servir à chauffer les Anglais ?
  83. La filière bois-énergie menace-t-elle l’industrie du bois ?
  84. Un décret multiplie par 10 la quantité de bois imposée dans les logements
  85. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions
  86. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions (rectificatif)
  87. Bois : nouvelle méthode de calcul du volume incorporé dans les constructions

L'utilisation de bois estampillés “origine France” est de plus en plus fréquente dans la construction. Ce choix du circuit court est dans l’air du temps, mais ici pas d’effet de mode, seulement la volonté d’innover et de développer les savoir-faire régionaux par définition non délocalisables.

Construira-t-on un jour en France les structures des bâtiments en bois avec des bois en majorité français et, plus encore, régionaux, au lieu d’importer ? L’idée n’est pas saugrenue : elle permet de produire localement, de préserver et développer ainsi emplois et savoir-faire. Pourtant, elle ne coule pas encore de source. Plusieurs raisons à cela. Arguments invoqués par les uns et les autres : l’impossibilité d’imposer dans les appels d’offres la provenance du bois, le manque de certification des bois locaux pour des applications dans la construction – un point de moins en moins vrai. Ou encore une filière qui n’est pas suffisamment structurée, autrement dit trop atomisée, et qui peine à offrir volume et qualité nécessaires à la construction. Là aussi, les évolutions sont notables et les acteurs de ladite filière se mobilisent pour développer les circuits courts.

100 constructions en bois local

 

L’ensemble du territoire est désormais parsemé de bâtiments, souvent publics, construits avec des bois provenant de la forêt d’à côté. Ce, en partie grâce au programme « 100 constructions en bois local » de la Fédération nationale des communes forestières (Fncofor), ainsi qu'à quelques initiatives locales. Des réalisations parfois très prestigieuses, comme le refuge du Goûter – dernière étape à 3800 mètres d’altitude avant le Mont Blanc – construit entre autres avec de l’épicéa local, le Bâtiment B d’Atlanbois sur l’Ile de Nantes, quartier de la création, qui cumule douglas, chêne et pin des Landes, le laboratoire de l’Inra à Champenoux, près de Nancy, estampillé sapin des Vosges. Ou plus modestes, mais tout aussi intéressantes, comme le bâtiment périscolaire de la commune de Tendon, dans les Vosges, et le bâtiment multifonctionnel de Saint-Jean-d’Arvey, tous deux construits avec des grumes prélevées dans la forêt communale, le hêtre pour le premier, le sapin pour le second.

Nouvelles techniques constructives

Outre l’utilisation de bois en circuit court avec tous les avantages que cela induit, ces ouvrages ont un autre point commun : ils stimulent le développement de nouvelles techniques constructives valorisant le travail des scieurs et des entreprises de construction bois. En effet, le recours à des essences locales entraîne parallèlement l’émergence de nouveaux procédés de construction. Il s’agit d’intégrer les caractéristiques propres à chaque essence. Ainsi à Tendon, les concepteurs ont élaboré un système structurel de poutres caissons susceptible d'intégrer le maximum de bois de hêtre d’une longueur inférieure à un mètre. Ce bois, nerveux, a tendance à se tordre, il ne peut donc être utilisé en structure dans des longueurs excédant les trois mètres.

Sélection des grumes

Autre exemple avec le bâtiment de l’Inra. Ici, c’est le bois massif – sapin des Vosges – qui est à l’honneur sur deux étages, et le système constructif intègre cette donnée. Le parti constructif a consisté à utiliser un bois massif avec des petites portées et un rythme dense sur une trame de 1,20 x 6 m. Une option possible en raison des qualités intrinsèques des résineux utilisés. Ces derniers ont un grain fin et régulier qui autorise des sections intéressantes. Dans ce cas, la sélection des grumes et le travail des scieurs sont essentiels. Les arbres ont été sélectionnés sur pied pour leurs caractéristiques dimensionnelles et mécaniques avec des sciages hors cœur ce qui demande un savoir-faire spécifique. A noter, dans les deux cas : il n’y a pas de collage.

Bois-béton

 

Ce qui n’est pas le cas à Nantes où le procédé technique, non moins original, a consisté pour ce bâtiment tertiaire de quatre étages à mettre en place des poteaux en douglas et chêne de 15 mètres autour d’un noyau central en béton. Lesdits poteaux sont composés d’un montant en chêne massif pris en fourrure entre deux montants de douglas lamellés-collés. Bois-béton également à Saint-Jean d’Arvey. Ici, un noyau central en béton, qui regroupe l’ensemble des pièces humides, techniques et les gaines des réseaux divers, assure le contreventement. Autour, la structure bois forme les planchers et les façades. Là aussi, le choix du bois provenant de la forêt communale est exemplaire d'un point de vue qualitatif. L’originalité du projet réside dans la fourniture du bois à l’entreprise de construction et dans le suivi de la qualité des bois tout au long de la chaîne d’exploitation et de transformation avec, à la clef, une certification Bois des Alpes.

Les entreprises aiment le bois français

Dans sa dernière étude portant sur la construction bois en 2011 (les chiffres 2012 ne sont pas encore disponibles), l’Observatoire national de la construction bois, mis en place dans le cadre de l’Observatoire économique France Bois Forêt, relève que la majorité des entreprises de construction bois ont recours à du bois français. Ainsi, elles seraient 23 % à n’utiliser que du bois français, 58 % à choisir du bois français et du bois d’importation, 11 % à recourir exclusivement à des bois d’origine étrangère. Enfin, 8 % d’entre elles ignorent l’origine du bois qu’elles utilisent.

Commentaires

Innover avec des bois locaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur