En direct

Ingénierie : Ginger devient Grontmij France
Jan Bosschem, directeur général de Grontmij France - © © S. Stoepker/Ginger

Ingénierie : Ginger devient Grontmij France

T.B. |  le 25/04/2013  |  InfrastructuresConception réalisationEuropeInternationalBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Profession
Infrastructures
Conception réalisation
Europe
International
Bâtiment
Valider

Le groupe français d’ingénierie Ginger a été rebaptisé Grontmij France. La filiale du groupe néerlandais aligne sa stratégie sur celle de sa maison mère et mise sur les infrastructures de transports.

Ginger est mort, vive Grontmij France?! La marque Ginger a officiellement disparu depuis le 26?avril. Pour Jan Bosschem (notre photo), directeur général, il s’agit d’aligner la stratégie de Grontmij France sur celle de sa maison mère hollandaise. Cela passera notamment par un recentrage sur l’ingénierie, illustré par la vente de Ginger CEBTP (CA 2011?: près de 110?millions d’euros) qui devrait avoir lieu d’ici à la fin juillet. «?Pour faire face à une conjoncture en berne et des carnets de commandes qui se réduisent, ce désinvestissement va nous permettre de constituer un "?trésor de guerre?", explique Jan Bosschem. L’autre intérêt, c’est de retrouver notre capacité à reprendre la croissance externe dans nos domaines cibles que sont le bâtiment durable, le transport urbain, les énergies renouvelables et l’eau.?» Dès septembre, les acquisitions de Grontmij pourraient donc reprendre.

Création d’une équipe « transports et énergie »

En attendant, le groupe s’est positionné – en groupement avec Assystem – sur les appels d’offres du Grand Paris. «?Ginger n’a pas de grande référence sur les infrastructures de transports, explique Jan Bosschem. En revanche, Grontmij est l’un des leaders européens du domaine. Nos clients sont réceptifs à cet argument. Les villes d’Europe du Nord restent une référence en matière de villes durables.?» Le groupe commence à répondre sur des marchés de transports en commun en site propre et une équipe «?transport et énergie?» est en cours de création. L’autre axe stratégique du groupe, c’est l’export. Feu Ginger est déjà actif en Algérie, en Tunisie, en Arabie saoudite et en Russie, ce qui représente 15?% de son chiffre d’affaires. «?L’objectif est d’atteindre 20?% d’ici deux ans en privilégiant les pays producteurs de pétrole?», dévoile Jan Bosschem.

Commentaires

Ingénierie : Ginger devient Grontmij France

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur