En direct

Ingénierie : ADPI se développe au Moyen-Orient

DOMINIQUE ERRARD |  le 28/03/2011  |  International

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
International
Valider

La filiale ingénierie d'Aéroports de Paris, ADPI, a réussi son décollage au début des années 2000. Depuis, l'ingénieriste français qui fait face à une solide concurrence anglaise, multiplie les escales dans le Proche-Orient et engrange les succès malgré la crise des années 2008-2009. Prochaine étape : Oman.

Aéroport international d'Abu Dhabi, 24 mars 2011. Les autorités de l'aéroport du plus grand des Emirats arabes unis remercient Pierre Graff, président d'Aéroports de Paris pour son rôle de partenaire dans le développement de cet aéroport international en cours d'extension. Formule de politesse ? Pas seulement, si l'on en juge par les succès remportés par l'ingénieriste français depuis 30 ans au Moyen-Orient (voir encadré), malgré une solide concurrence anglaise et américaine bien implantée dans cet ancien protectorat britannique. « Forte de son expérience acquise en France avec la conception et l'exploitation des aéroports d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle, ADP a développé un savoir-faire qu'elle a décidé d'exploiter au sein de sa filiale ADPI (Aéroports de Paris-ingénierie) créée en 2000 », précise Pierre Graff. Essentiellement composée d'ingénieurs et d'architectes, ADPI a développé une expertise en bâtiments et process qui la place aujourd'hui parmi des leaders mondiaux de l'ingénierie aéroportuaires (3e au classement Engineering news record 2010 pour le volume d'activité aéroportuaire à l'export). Quelques 600 personnes dont 360 hors de France ont participé et participent à quelque 500 projets dans 80 pays différents, depuis 10 ans.
« En 10 ans, ADPI a réussi à s'illustrer comme un acteur important de l'architecture et de l'ingénierie dans les Emirats, avec la construction de plus de 2,2 millions de mètres carrés, soit plus de 20 fois l'équivalent du Terminal 2F de Roissy-Charles de Gaulle » se félicite Alain Le Pajolec, PDG d'ADPI.

Aéroport de 120 millions de passagers


Ainsi, lauréate en 2006 d'un concours international, ADPI livrera dans quelques jours la nouvelle tour de contrôle de l'aéroport international d'Abu Dhabi (photo). Profilée comme un spinnaker (ou un poignard de bédouin), la tour de 110 m de haut bardée de technologies de pointe dans son socle, préfigure la future aérogare de 27 à 30 millions de passagers de capacité dont les fondations sortent à peine de terre. A une cinquantaine de kilomètres de là, l'ingénieriste français mettra également en service dans quelques jours un « terminal passagers low cost » (photo) pour l'aéroport international Al Maktoum à Jebel Ali (Emirat de Dubaï). Deux livraisons, dont les programmes ont été ralentis par la crise financière de 2008-2009, mais aujourd'hui menés à terme.
D'autres projets auxquels ADPI est associée sont en cours ou à venir dans l'Emirat de Dubaï : le satellite 3 (1) en cours de construction du terminal 3 de l'aéroport de Dubaï, les études et la supervision d'une nouvelle extension du terminal 2 de ce même aéroport, et la réalisation de l'aéroport Al Maktoum à Jebel Ali (2) avec sa capacité de 120 millions de passagers à terme. Cet équipement pharaonique devrait compléter l'aéroport de Dubaï prévu arrivé à saturation dans une dizaine d'années.
Au Moyen-Orient, ces opérations s'ajoutent à celles dans lesquelles ADPI est partie prenante en Arabie Saoudite (conception du terminal passagers de l'aéroport international King Abdulaziz), au Qatar (études préliminaires des bâtiments du centre de maintenance de Qatar Airways et nouvel aéroport international à Doha), dans le Sultanat d'Oman à Muscat et à Salalah (maîtrise d'ouvrage déléguée des aéroports internationaux), et à Bahreïn (plan de masse de l'aéroport international). Autant de missions, plus ou moins importantes qui positionnent ADPI comme un ingénieriste largement reconnu au Proche-Orient et peuvent déboucher sur des contrats d'études encore plus consistants.
Mais ADPI ne se limite pas aux équipements aéroportuaires. Les succès remportés ces dernières années l'ont amenée à participer également à la maîtrise d'œuvre de tours de bureaux (Creek towers, Abu Dhabi), et à la supervision des travaux d'une tour de 332 appartements (Tour Onyx, Abu Dhabi) pour ne citer que le Proche-Orient. Grâce aux aéroports, le français songe notamment aux 1.700 km de côtes quasi vierges d'urbanisation du Sultanat d'Oman... « Futur Eldorado de l'immobilier » selon Alain Le Pajolec.
Seule ombre dans le carnet de commande, mais elle ne vient pas du Golfe Persique, la Lybie. Avec la révolution en cours, ADPI a plié bagages, rapatrié ses équipes qui travaillaient à la conception de l'extension de l'aéroport international de Tripoli, et qu'elle redéploye sur ses autres terrains d'action. Un retournement de situation qui impacte directement le chiffre d'affaires à hauteur d'une vingtaine de millions d'euros, soit plus de 20% du carnet de commande actuel... Un trou d'air qui n'est pas prêt de faire décrocher le spécialiste des avions.

La filiale ingénierie d'Aéroports de Paris, ADPI multiplie les escales dans le Proche-Orient et engrange les succès malgré la crise des années 2008-2009.
La filiale ingénierie d'Aéroports de Paris, ADPI multiplie les escales dans le Proche-Orient et engrange les succès malgré la crise des années 2008-2009. - © © Dominique Errard/Le Moniteur
Les chiffres-clés d'ADPI (filiale à 100% d'ADP)

. Création : 2000
. Effectif 2011 : 606 personnes
. Chiffre d'affaires 2010 : 99 millions d'euros (le chiffre d'affaires a triplé entre 2005 et 2010)
. Présente dans 80 pays, dont Arabie Saoudite, Liban, Jordanie, Qatar, Emirats arabes unis et Oman pour le Proche et Moyen Orient.

Les étapes du développement d'ADPI dans les Emirats.

1980 - Conception du plan masse de l'Aéroport international d'Abu Dhabi (capacité de 3,1 millions de passagers, 45 000 m2) le terminal conçu ensuite par ADPI a constitué un élément structurant dans la composition de l'aéroport.
1997-2003 - Etudes de planification et de conception de l'aéroport d'Abu Dhabi, et projet d'extension du terminal côté ville.
1999 - Concours remporté pour le terminal 3 (500 000 m2), et les satellites 2 et 3, de l'aéroport international de Dubaï, face aux grands noms de l'ingénierie aéroportuaire : Atkins, Dar Al Handasah, Arup, etc. En 1999, les équipes d'Aéroports de Paris ont remporté le concours, grâce au concept de terminal enterré (voir photo) pour répondre à un site insuffisant.

(1) Mission : supervision et mise en place de tous les systèmes liés aux opérations (tri bagages, systèmes de gestion de l'information, pré-câblage, réseaux, contrôle d'accès, vidéo surveillance, sonorisation, applications informatiques liées à l'exploitation de l'aéroport...). Ce nouveau satellite fait actuellement l'objet d'une étude de révision afin de tenir compte des dernières innovations technologiques. C'est ainsi qu'il aura la particularité d'accueillir les nouvelles techniques de câblage en fibre optique. Le satellite 3 ouvrira ses portes fin 2012.

(2) Mission : réalisation des études d'aménagement de la première phase de développement de l'aéroport, en partenariat avec Dar Al Handassah, qui comprend, entre autres, une tour de contrôle (95 mètres de hauteur) un premier terminal d'une capacité de 7 millions de passagers, ainsi que toutes les installations de cargo et logistique. En juin 2010, l'aéroport a été ouvert pour l'activité cargo. Avec une capacité totale de 120 millions de passagers à terme, ce projet de cité aéroportuaire (Dubaï World Central) répond à l'ambition de construire le plus gros aéroport du monde, sur une surface de 14 000 hectares, soit quatre fois l'emprise de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur