En direct

Infrastructures Cyclone Dean : l’heure des bilans pour la Martinique et la Guadeloupe

Jean-Philippe Defawe |  le 23/08/2007  |  UrbanismeRéglementationDroit de l'environnement

Ces deux départements de l’Outre-Mer français ont été durement touchés, vendredi 17 août, par le cyclone Dean. Selon une première estimation partielle qui concerne surtout les infrastructures dépendant de l’Etat, les routes, les circuits électriques, les dégâts occasionnés s’élèveraient à environ 250 millions d’euros.

En Martinique, où les dommages étaient le plus visibles, les réseaux électriques et de télécommunications ont été fortement endommagés. Environ 105 000 clients martiniquais d’EDF (sur 180 000 en tout) étaient privés de courant, dimanche 19 août, notamment dans le sud de l’île. C’est la zone de la Martinique qui a été la plus touchée et une centaine de chantiers en 20 000 volts sont à réaliser.

Travail titanesque. Pour EDF Martinique c’est un travail titanesque qui attend les techniciens antillais, mais aussi les équipes arrivées de métropole par avion. En Guadeloupe, moins durement frappée, 34 000 clients d’EDF ont malgré tout été coupés au plus fort de la tempête, 30 % du réseau ayant été endommagé. Faute d’électricité, de nombreux habitants ont été également privés d’eau. A Fort-de-France, la régie des eaux a été contrainte d’effectuer des coupures tournantes pour permettre d’approvisionner certains quartiers jusqu’alors privés d’eau. Côté télécommunication, France-Télécom a recensé 100 poteaux téléphoniques cassés (sur 100 000) et 30 % du réseau mobile et 25 % du réseau fixe étaient hors service.

Au niveau des constructions, selon un recensement réalisé auprès des mairies, 50 maisons ont été détruites ou endommagées, 1 800 maisons partiellement dégradées et 300 familles ont dû être hébergées. Sur 42 collèges, deux (un à Fort-de-France « La Meynard », et un à Saint-Esprit) nécessitent des travaux de réhabilitation et de bâchage des toitures.

Enfin, le réseau des routes nationales a été dégagé en priorité. A l’heure où nous mettions sous presse, il était entièrement praticable, à l’exception de la RN3, tandis que les routes départementales étaient toutes ouvertes sur une ou deux voies à deux exceptions près.

Fonds de secours.Le secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, Christian Estrosi, venu dès le lendemain du passage du cyclone pour constater les dégâts, a annoncé la mobilisation d’un fonds de secours visant à « alléger les conséquences des dommages subis par le patrimoine non assuré des particuliers, des entreprises à caractère artisanal ou familial, ainsi que des exploitants agricoles pour leurs pertes de fonds et de récolte ».

Par ailleurs, la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par les communes et les préfets des deux îles est engagée.

PHOTO - ACTUmartin.eps
PHOTO - ACTUmartin.eps
PHOTO - ACTUmartin2.eps
PHOTO - ACTUmartin2.eps

Commentaires

Infrastructures Cyclone Dean : l’heure des bilans pour la Martinique et la Guadeloupe

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur