En direct

Information et etudes en ligne

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI, XAVIER FODOR |  le 14/12/2001  |  CommunicationNumériqueMaîtrise d'ouvrage

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Communication
Numérique
Maîtrise d'ouvrage
Valider

Avant toute chose, les internautes du BTP veulent s'informer, communiquer et échanger. Les chiffres 2001 du baromètre « Le Moniteur »/ BVA Online en attestent. Neuf internautes du BTP sur dix utilisent Internet pour s'informer sur leur environnement, la réglementation, les produits. Et l'offre en ligne de manque pas. « Mais l'information de qualité n'est pas encore banalisée, regrette Marie-Luce Bassil, architecte DPLG. Il faut souvent payer et décrocher son téléphone pour en savoir plus. »

Que les opérateurs se le tiennent pour dit : l'accès à l'information ne suffit plus. Les professionnels du secteur attendent des sites un tri et un croisement pertinents de l'information. Une réelle plus-value en somme. Les bases produits, comme Batiproduits, créée par le groupe Moniteur, en sont un exemple. Elles devront à terme devenir de véritables aides à la prescription.

Autre utilisation très prisée d'Internet : l'échange d'informations entre partenaires. Un internaute BTP sur deux utilise à cet effet l'e-mail. Mais une telle communication cherche ses prolongements : interactivité en ligne, dialogue instantané avec des techniciens, voire co-browsing (navigation accompagnée), restent encore au stade expérimental.

Quant aux BET « 100 % Internet », l'offre - quasi inexistante - reflète l'absence réelle de demande : si le calcul et la simulation sont dévolus aux logiciels, l'optimisation des résultats repose encore sur le dialogue entre l'ingénieur et son client. Seul frémissement notable côté éditeurs : l'offre d'accès en ASP à des outils spécialisés.

Statistiques : Les informations sur les produits intéressent...

...52% des maîtres d'ouvrage

...81% des maîtres d'oeuvre

...75% des entreprises du btp (10 salariés et plus)

...61% des négociants

« Les maîtres d'ouvrage doivent encore progresser en matière d'utilisation de l'Internet » ANNE-CHARLOTTE ZANASSI, architecte DPLG, Atelier Phileas

Il y a encore peu de temps, photos et animations rendaient rédhibitoire la consultation de certains sites par le RTC classique. Avec l'ADSL en réseau sur les postes et Internet en connexion permanente, le Web irrigue l'agence ! Je suis à l'affût de nouveaux coloris ou de tendances sur les sites des fabricants. Malheureusement, l'information technique ou les tarifs font souvent défaut et obligent encore à téléphoner pour obtenir une documentation, un nuancier ou un échantillon. De même, le Net échoue à transmettre certains attributs : aspect de surface, nuances, texture des matériaux. On ne peut pas encore prescrire directement depuis le Web. Pour l'information réglementaire (Code des marchés publics, TVA à 5,5 %), je privilégie le site du ministère des Finances. Pour la technique (thermique, sécurité incendie...), je reste fidèle au papier ! En matière de communication entre partenaires d'un projet, les échanges avec les bureaux d'études se banalisent ; plus rétifs, les maîtres d'ouvrage continuent de privilégier plans et courriers papier. Certains ne savent pas encore se servir d'une messagerie électronique ! Enfin, Internet nous sert énormément à communiquer avec trois autres agences partenaires (Koz, Atelier du Pont, B + P) via un site commun, plan01.com. A la fois forum privé et journal de bord public, il s'agit d'une vitrine que nous allons rendre encore plus visible auprès des maîtres d'ouvrage « connectés ».

L'agence d'architecture Phileas et ses partenaires vont à la rencontre des maîtres d'ouvrage grâce au Web, sur plan01.com

« L'essor des BET en ligne dépend surtout de la demande qui se fera jour ! » DOMINIQUE LEBERT, directeur d'Ecométal, BET charpentes métalliques

Notre bureau d'études utilise l'Internet pour la veille sur les textes réglementaires, sur des sites comme ceux d'Afnor ou du CSTB. Mais nous effectuons aussi la mise à jour de nos ressources logicielles par le Net. Nous utilisons enfin le portail de calcul développé par Robobat pour effectuer des modélisations « à la volée », de manière ponctuelle, lorsque nous ne disposons pas en interne de l'outil ou de la fonctionnalité nécessaire.

Pour cette utilisation, une connexion ADSL est indispensable pour un fonctionnement fluide. Le principal avantage est qu'une fois les données saisies, le serveur effectue le calcul. Il suffit de s'y reconnecter, depuis le bureau, sur le chantier ou bien en déplacement, pour disposer des résultats. Cette offre nous est proposée aujourd'hui pour une somme « symbolique » par Robobat, mais il est évident que pour disposer d'outils en ligne toujours plus « pointus », il faudra abandonner le modèle quasi gratuit !

L'essor des bureaux d'études en ligne dépendra de la demande qui se fera jour. C'est une tendance à la fois inéluctable... et regrettable par certains aspects. Nous avons de moins en moins de relations avec les clients, il faut aller de plus en plus vite et coûter de moins en moins cher. Je reste toutefois sceptique sur l'émergence de bureaux d'études 100 % Internet. Le contact direct reste encore indispensable !

Pour Ecometal, le Net sert à la mise à jour de toutes les ressources logicielles mais aussi de points d'accès à des sites de calculs et de modélisation en ligne

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil