En direct

Individuel-collectif Les Français sont de plus en plus exigeants

FRANCOISE VAYSSE |  le 09/05/1997  |  LogementMaison individuelleImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Maison individuelle
Immobilier
Valider

L'environnement social du logement représente une préoccupation importante pour 86 % des candidats à l'accession.

Traditionnellement, on attribue aux Français un amour inconditionnel pour l'habitat individuel. Une enquête menée par le journal « De particulier à particulier » (1) montre clairement que le choix entre l'individuel et le collectif est très lié au profil socio-économique et à la tranche d'âge des futurs accédants :

- les 30-50 ans plébiscitent la maison individuelle, en raison de la présence d'enfants dans le ménage ;

- les jeunes citadins (20/30 ans) préfèrent rester en appartement et être proches du centre-ville ;

- les ménages ouvriers et employés continuent de rêver la maison individuelle, quel que soit leur âge ;

- ceux qui achètent pour effectuer un placement choisissent dans neuf cas sur dix un appartement ;

- Mais on note, aussi, un retour en appartement en centre-ville des personnes âgées qui ne peuvent plus entretenir une maison.

Les critères des candidats à l'accession

Toutefois, lorsqu'on a goûté à une maison individuelle, le retour à un appartement semble difficile : les 34,8 % de ménages qui possèdent déjà une maison veulent en racheter une autre dans 89,3 % des cas. Les 65,2 % qui détiennent un appartement souhaitent à 48,7 % acquérir une maison individuelle.

Autre grand enseignement de cette enquête : la montée des exigences des acquéreurs. L'environnement social du logement est une préoccupation importante pour 86 % des candidats à l'accession. Mais les 30-40 ans sont 76 % à se préoccuper autant de la qualité des écoles. Ceux qui cherchent un appartement sont 71 % à vouloir être proches du centre ville, chiffre qui tombe à 53 % lorsqu'ils recherchent une maison.

Mais quel que soit le type du logement recherché, 91 % des candidats à l'accession veulent que leur logement soit correctement desservi. Les candidats à l'accession d'un logement neuf situé en région parisienne sont 58,2 % à considérer que le temps maximal de transport ne doit pas excéder 45 à 50 minutes. 25,8 % pensent qu'ils peuvent supporter jusqu'à une heure et 16 % le limitent à une demi-heure. Enfin, ils sont 21 % à se préoccuper de la pollution.

Une nuisance rédhibitoire : le bruit

Parmi les nuisances rédhibitoires, les futurs accédants citent à 86 % le bruit et à 89 % un quartier de mauvais standing ou mal fréquenté. A noter encore que 62,4 % d'entre eux préfèrent que les locaux situés au rez-de-chaussée des logements neufs ne soient pas réservés à certaines catégories d'occupants : personnes âgées, candidats à un habitat social, commerces ou services collectifs.

Quelles sont les raisons pour lesquelles ils préfèrent l'ancien au neuf ou l'inverse ? Les premiers mettent en avant le charme, avant le différentiel de prix. Les seconds l'absence de travaux et la meilleure conception des logements.

Sensibles à l'environnement, les Français le sont aussi à la sécurité : 77,9 % des personnes décrivant l'appartement idéal le voient avec une entrée accessible avec un digicode et un interphone. Nouveauté : 54 % sont prêts à payer un peu plus de charges (250 francs environ) pour avoir une concierge.

(1) Enquête réalisée du 25 décembre 1996 au 15 mars 1997 auprès du lectorat du journal « De particulier à particulier ». 6 848 personnes ont répondu.

La maison type

Elle a une forme en « L » pour 58,9 % des futurs accédants, le « U » restant marginal. Elle mesure plus de 100 m2 et est à étage (52 % la voyant mansardée avec des lucarnes contre 38 % sans mansarde et avec des fenêtres normales). Elle est plantée sur un terrain de 1 000 m2 (65,6 %), clos. Le garage est incontournable pour 88 %. Bien sûr, elle a une cheminée (87,8 %) et une alarme pour 61,3 %.

A moins de 500 000 francs, les Français sont 63,3 % à opter pour une maison rustique, avec poutres apparentes et lucarnes, les autres préférant le style néoclassique; à ce prix-là, personne ou presque ne choisit une architecture contemporaine avec de grandes baies vitrées. Mais, plus on s'élève en tranches de prix et plus le rustique perd du terrain.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil