Qualité/Sécurité

Incendie de Londres : le fabricant stoppe la vente du revêtement extérieur mis en cause

L’industriel Arconic cesse la commercialisation du revêtement en polyéthylène Reynobond PE pour les revêtements extérieurs des immeubles de plus de 12 mètres. Selon les autorités anglaises, les panneaux auraient accéléré la propagation de l’incendie.   

Nouveau rebondissement dans les suites du dramatique incendie de la tour Grenfell, à Londres. La compagnie américaine Arconic annonce ce lundi 26 juin dans la soirée l’arrêt de la vente, pour l’isolation extérieure des immeubles de plus de 12 mètres de hauteur, des panneaux en polyéthylène (PE) soupçonnés d’être responsables de la propagation et de la virulence de l’incendie de la tour, haute de plus de 60 mètres. Le drame avait causé la mort d’au moins 79 personnes dans la nuit du 13 au 14 juin. 

« Arconic va arrêter la vente du Reynobond PE pour usage dans les immeubles en hauteur. Nous pensons que c’est la bonne décision à cause de la disparité des réglementations à travers le monde et des questions soulevées par la tragédie de la tour Grenfell », a déclaré un porte-parole.

Arconic fabrique essentiellement trois types de panneaux Reynobond pour l’isolation extérieure. Le premier avec une « âme » -couche centrale- en polyéthylène (PE), prises entre deux plaques d’aluminium qui convient pour des immeubles d’une hauteur allant jusqu’à 10 mètres (R+3). Le second, avec une âme à retardateur de flammes, peut être utilisé jusqu’à 30 mètres. Au-delà de cette hauteur, une troisième catégorie de panneaux avec âme A2, incombustible, devrait être utilisée, détaille Arconic dans sa brochure.

 

Réglementations locales

 

Alors qu’une enquête est en cours au Royaume-Uni, où 75 immeubles viennent d’être déclarés non conformes aux normes anti-incendie, l’une des interrogations porte sur les agissements d’Arconic. Selon Reuters, six e-mails de 2014 envoyés par et à la directrice des ventes de l’industriel américain interrogent sur la fourniture par l’industriel d’un certain modèle de plaque d’isolation à un distributeur pour la tour Grenfell. Arconic avait alors prévenu publiquement que les panneaux en question -en polyéthylène – présentaient un risque en cas d’incendie dans des immeubles de grande hauteur. La directrice des ventes échangeait ces e-mails avec des cadres des sous-traitants, engagés dans l’appel d’offres pour le contrat de rénovation de la tour Grenfell.

Sur ce point précis, Arconic a également réagi ce lundi 26 juin par communiqué, déclarant avoir su que les plaques seraient utilisées pour la tour Grenfell, mais que son rôle n’était pas de décider si cela était, ou non, conforme aux réglementations locales de construction.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X