Immobilier

Immobilier : légère baisse de moral chez les professionnels

Mots clés : Financement du logement - Gestion et opérations immobilières

Entre janvier et avril 2018, le moral des professionnels de l’immobilier s’est légèrement dégradé, d’après le baromètre Crédit Foncier/CSA, publié ce 2 mai. La majorité d’entre eux veulent revenir sur la quasi-suppression de l’APL accession. 

Le moral des professionnels commencerait-il à se dégrader ? Il affiche en tout cas une légère baisse entre janvier et avril 2018, selon le 11e baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l’immobilier. 74% d’entre eux considèrent que le marché du logement s’est stabilisé (42%) ou amélioré (32%). Ainsi, la proportion estimant que le marché s’est détérioré progresse à 26% contre 16% en janvier 2018.

Plus largement, 77% des professionnels sont optimistes pour le marché immobilier résidentiel pour les 12 mois à venir. « Même s’il est en recul par rapport au record de septembre 2017 (82%), ce taux d’optimistes est globalement au même niveau depuis deux ans », observe le Crédit Foncier. En revanche, l’écart tend à s’accentuer entre l’Île-de-France (89% d’optimistes) et la province (75%). « Le niveau bas des taux d’intérêt et le dynamisme du marché nourrissent cet optimisme, lorsqu’à l’inverse les professionnels se déclarent inquiets pour la diminution des aides à l’accession », continue l’organisme financier.

 

Une majorité contre la quasi-suppression de l’APL accession

 

Dans le neuf, 45% des répondants pensent que le niveau des transactions devrait se maintenir et 32% qu’il devrait progresser. Quant aux prix, ils devraient rester stables (56% des professionnels interrogés) ou augmenter (37%). 

Interrogés sur le projet de loi Elan (sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique), les professionnels estiment plusieurs mesures prioritaires, à commencer par la simplification des normes et procédures d’urbanisme (pour 70% d’entre eux). D’autres sujets préoccupent les répondants comme la revitalisation des centres villes (41%), la lutte contre les recours abusifs (39%), la rénovation énergétique et la transformation des bureaux en logements (27%). Pour la majorité d’entre eux (74%), il faut revenir sur la quasi-suppression de l’APL accession intervenue depuis le 1er janvier 2018.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X