En direct

Immobilier d'entreprise : la métropole lilloise tire son épingle du jeu

alix de vogüé |  le 19/02/2010  |  Collectivités localesNord

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Nord
Valider
Nord -

Le marché des bureaux de la métropole lilloise a reculé de 14,6 % en 2009 à 110 000 m² (hors compte propre). Avec 40 812 m² de transactions, le neuf inscrit paradoxalement son meilleur score depuis 2002. La métropole reste soutenue par un développement endogène (86 % des transactions entre 2005 et 2009 visaient une augmentation de surfaces) qui renforce sa résistance.

Ainsi, en intégrant les opérations pour compte propre (29 328 m²), le marché lillois représente un volume total de 139 438 m², en recul de 13,7 %. Cette performance est meilleure que celles de Lyon (-30 %) et Nantes (-32 %) et Lille garde ainsi sa 3 e  place derrière Paris et la capitale des Gaules. Mais son activité tertiaire est inférieure à celle de 2002. Le stock des surfaces disponibles ou livrables sous trois mois atteint 91 600 m² (contre 131 000 en 2008) soit deux ans et demi de commercialisation.

Autorégulation du marché

Après une année faste qui a vu la mise sur le marché du bâtiment Le Blan-Lafont à Euratechnologies, des programmes Le Plaza ou Le Grand Cottignies à Wasquehal ou Parc Europe à Marcq, le total des surfaces en construction a fondu comme neige au soleil, passant de 48 000 m 2 à 55 00 m² de fin 2008 à fin 2009. « Le marché s'est autorégulé. Les promoteurs ont mis des projets de côté », a indiqué André Bartoszak, responsable des études économiques à la CCI Grand Lille, lors du point annuel de l'Apim. Selon lui, les professionnels tablent plutôt sur une stabilisation en 2010.
L'effet de la crise se manifeste surtout au niveau des bureaux de seconde main dont le niveau de commercialisation a baissé de 22,3 % à 69 298 m². Désormais, ce stock atteint 160 000 m². De plus, ce chiffre n'intègre pas quelque 40 000 m² de bureaux obsolètes. La différence de prix entre le neuf (138 euros le m 2 ) et le marché de seconde main (122 euros) se réduit. Enfin, 40 % des implantations tertiaires, accompagnées par l'Apim en 2009, se sont réalisées sur Euralille, Eurasanté, Euratechnologies, la Haute Borne et l'Union. -

PHOTO - 292742.BR.jpg
PHOTO - 292742.BR.jpg - © photos-aeriennes.net

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur