En direct

ILE-DE-FRANCE Vallée de la Seine Deux étudiants se penchent sur la problématique routière

GRAZIELLA RIOU |  le 20/08/1999  |  France ParisHauts-de-SeineSeine-Saint-DenisVal-de-Marne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Paris
Hauts-de-Seine
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Valider

Pendant un an et demi, Gaëlle Olsen et Laurent Pateau, étudiants en architecture à Paris-Tolbiac (aujourd'hui regroupés au sein de l'atelier Excelsior avec onze autres architectes), ont travaillé sur la problématique routière de la vallée de la Seine, en amont de Paris (Val d'Yerres-Val de Seine), dans le cadre de leur mémoire de fin d'études.

« Nous avons imaginé le réaménagement de la vallée autour d'un maillage qui, dans certains secteurs comme le long de la Seine, permet l'interconnexion entre le rail et la route, expliquent-ils. Nous proposons une somme de micro-projets qui concourent à la diffusion du trafic plutôt qu'à sa canalisation (voir encadré ci-dessous). Pour cela nous avons sillonné la zone avec tous les modes de transports possibles ».

Les deux étudiants revendiquent en effet une approche basée « sur l'analyse du terrain pour faire des propositions d'aménagement qui ne soient pas déconnectées de la réalité ».

Douze communes à cheval sur deux départements (Essonne et Val-de-Marne) sont concernées par leur travail. C'est la première fois qu'une étude interdépartementale est menée sur le sujet. « En nous plaçant en dehors de rivalités communales et interdépartementales, nous avons fait sauter des barrières. Mais nous avons dû en permanence jongler entre l'intérêt général et les intérêts particuliers », se souviennent-ils.

Le fruit de leur réflexion a été présenté lors d'une commission d'urbanisme élargie organisée à l'initiative de la mairie de Montgeron. Elus, responsables de services techniques, représentants d'associations et de l'Etat ont pu apprécier la précision de l'analyse. Le directeur départemental de l'équipement de l'Essonne, Thierry Masnou, a jugé pertinentes certaines des préconisations présentées. Gaëlle Olsen et Laurent Pateau espèrent ainsi que certaines de leurs préconisations seront mises en oeuvre.

Les solutions préconisées

Une connexion en site propre entre les gares RER C d'Athis-Mons et C de Vigneux, afin de désengorger Juvisy.

La création d'une voie le long de la ligne SNCF pour désenclaver Villeneuve-Saint-Georges.

L'aménagement d'un boulevard circulaire de tramway autour d'Orly.

La construction de quatre ponts multi-usages sur la Seine.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil