En direct

Ile-de-France : un projet de contrat de plan de 7,3 milliards d'euros
Le Premier ministre Manuel Valls et le président de la Région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, ont signé lundi 16 février le contrat de plan Etat-Région 2015-2020 - © ©

Ile-de-France : un projet de contrat de plan de 7,3 milliards d'euros

Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 16/02/2015  |  AménagementEtatTransportsFrance entièreGuadeloupe

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Aménagement
Etat
Transports
France entière
Guadeloupe
Essonne
Architecture
Valider

En Ile-de-France, le contrat de plan Etat-région 2015-2020 a été signé, le 16 février par Manuel Valls et Jean-Paul Huchon. D’un montant de 7,3 milliards d’euros, il consacre 4,3 milliards d’euros à la modernisation et à l’amélioration du réseau de transport en commun existant.

Le 16 février, le Premier ministre et le président du conseil régional d’Ile-de-France ont signé le projet de contrat de plan Etat-région 2015-2020. « C’est toujours avec beaucoup d’émotion que je reviens au conseil régional d’Ile-de-France. J’y ai siégé pendant seize ans, dont quatre au côté de Jean-Paul Huchon comme premier vice-président en charge des finances », a rappelé le Premier ministre.

D’un montant de 7,3 milliards d’euros (4,420 milliards pour la région et 2,894 milliards pour l’Etat) ce nouveau contrat de plan représente une hausse de 25% par rapport à la programmation précédente. « Ces 7,3 milliards d’euros que nous nous apprêtons à investir pour les six années qui viennent nous rapprochent chaque jour davantage de l’horizon d’une région plus juste et équilibrée, plus durable et plus unie, en un mot une région où l’égalité prend tout son sens », a déclaré Jean-Paul Huchon.

71% des financements pour les mobilités

Le volet mobilité mobilise à lui seul  71% des financements (5,244 milliards) dont 4,331 milliards alloués à la modernisation et au développement du réseau de transport en commun existant (le Nouveau Grand Paris) : modernisation des RER, prolongement du RER E (Eole) à l’ouest, des lignes de métro 11 et 14…. « La mise en place du Pass Navigo unique accompagnera cette amélioration de l’offre de transport. J’ai toujours soutenu cette évolution tarifaire car c’est un signe fort de la solidarité entre les Franciliens. Il incarne la région Ile-de-France et son maillage en matière de transport », a souligné le Premier ministre.

« Le volet territorial est essentiel »

L’enseignement supérieur et la recherche bénéficient de 788 millions d’euros, les deux partenaires investissant à parité. L’Etat et la région consacreront aussi 309 millions d’euros à la transition écologique et énergétique. Enfin, dernière priorité : le volet  territorial. « Ce volet est essentiel pour que la région puisse affronter les fractures sociales, territoriales, ethniques, cette situation d’apartheid que j’ai déjà dénoncée. 641 millions d’euros lui seront consacrés », a indiqué le Premier ministre avant d’insister sur deux dispositifs. Le premier concerne  une meilleure articulation entre les projets de logement et de transport. « L’enjeu est de passer d’un projet de réseau à un vrai projet d’aménagement. C’est pour cette raison que j’ai souhaité que le plan de mobilisation pour le logement en Ile-de-France soit étroitement coordonné avec la réalisation du Grand Paris Express. Pour cela, un comité de pilotage sera réuni prochainement autour de la ministre du Logement et du président du conseil régional », a précisé Manuel Valls.  A ce propos, le Premier ministre a redit l’engagement du gouvernement en faveur des maires bâtisseurs et sa volonté d’imposer les sanctions prévues dans la loi SRU par rapport aux élus qui ne construisent pas de logement social.

Renforcement des intercommunalités

Le second dispositif concerne le renforcement des intercommunalités en seconde couronne. Selon le Premier ministre, élu de grande couronne -il fut député-maire d’Evry, en Essonne- des pôles majeurs vont se structurer autour de la métropole du Grand Paris : Roissy, Marne-la-Vallée, Seine-Aval et le centre de l’Essonne, d’Evry à Sénart. «  L’Etat avec la région a souhaité qu’une attention forte soit portée aux territoires situés hors de la métropole du Grand Paris. Il faut prendre en compte les dynamiques territoriales de toute la région et défendre la cohérence même de l’Ile-de-France », a-t-il ajouté.  Le projet de contrat de plan francilien va à présent être soumis à une consultation publique pendant six semaines et fera l'objet d'un vote définitif des élus régionaux en avril ou mai.

Elargissant son propos à l'hexagone, le Premier ministre a indiqué que l’Etat mobilisera 12,5 milliards d’euros aux côtés des régions dans le cadre de cette nouvelle génération de contrats de plan, « supérieur au montant consommé lors de la précédente programmation des CPER ». Manuel Valls signera tous ces contrats de plan, à l’exception de Midi-Pyrénées, Alsace et Guadeloupe, qui le seront par le président de la République.

Commentaires

Ile-de-France : un projet de contrat de plan de 7,3 milliards d'euros

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur