En direct

Ile-de-France : débats sur la ZAC Seine-Rive gauche

PAUL CHEMETOV |  le 27/11/1998  |  France entièreAménagementDroit de l'urbanismeParisArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Aménagement
Droit de l'urbanisme
Paris
Architecture
Urbanisme
Réglementation
Valider

Paul Chemetov appelle à prendre davantage en compte les banlieues voisines et les constantes de l'urbanisation des rives de Seine.

Le schéma urbain vertébré autour du tracé de l'avenue de France peine à trouver réponse à deux questions : comment aboutir vers la gare d'Austerlitz, comment se raccorder, par delà le périphérique, à la banlieue sud ? A l'origine des choix, la gare était de fait sacrifiée, puisqu'un viaduc prolongeant l'axe du boulevard Saint-Marcel traversait les verrières de la grande halle pour aboutir à l'actuel pont Charles-de-Gaulle.

Depuis peu, la potentialité d'Austerlitz - comme gare et comme espace public - est reconnue. Autrefois terminus aux confins de Paris, elle se trouve aujourd'hui en position centrale, d'autant que la proximité de la Bibliothèque de France, du Muséum national d'histoire naturelle et les futurs projets universitaires ont changé la donne.

Le choix de l'avenue de France comme axe de composition consiste à construire un pont dans le sens du fleuve des voies ferrées, alors qu'une série de larges avenues plantées débouchant sur la Seine aurait permis un engagement progressif des franchissements et donc des dépenses. Une telle décision eut été conforme au système des espaces publics parisiens de bord de Seine, qui lui sont perpendiculaires. Le volontarisme du tracé de l'avenue de France vers la banlieue reste celui d'une flèche décochée vers aucune cible, mais là il est encore temps de réagir. Au lieu de se penser comme une forteresse assiégée dans l'enceinte du périphérique, la ville devrait engager une coopération avec les municipalités concernées pour trouver réponse à ce problème. Les communes du val de Seine ont bien inventé un syndicat mixte pour urbaniser les terrains Renault, une même approche permettrait de considérer que la ZAC Seine-Rive gauche est la tête d'un projet Seine Amont. Aujourd'hui, même si le marché immobilier semble à nouveau demandeur, le prix des infrastructures anticipées pèse négativement dans le bilan de la ZAC. Mais la dalle, dans sa partie centrale du pont National au boulevard Vincent-Auriol, est engagée, Météor dessert ce quartier. Il serait ruineux de changer, sur cet endroit, le parti d'infrastructure ; ce qui n'empêche pas l'évolution des programmes et des projets.

Jusqu'à présent, la recherche de la variété formelle, de l'affirmation de la forme par delà la fonction, a prévalu. Or, l'évolutivité des projets est aujourd'hui la question qui se pose aux aménageurs. A la liberté d'implantation des bâtiments dans le quadrillage des voies a succédé un urbanisme d'espaces et d'îlots. Leur mixité est aujourd'hui affirmée et revendiquée. Mais ne faudrait-il pas aller plus loin et accepter l'évolutivité même des bâtiments ? L'évolution de la ville contemporaine demande la mixité des usages dans l'immeuble même. De ce point de vue, les logements de Soler ou de Brunet-Saunier, l'hôtel industriel de Dominique Perrault sont, structurellement, des avant-goûts de ce qu'il faudrait encourager.

Les enjeux de Seine-Rive gauche sont encore ouverts. Il serait donc déplorable que les jeux politiques transforment les projets de ce quartier en quilles d'un bowling municipal, où les lanceurs seraient autant de droite que de gauche. Car la facture pourrait être salée si les jeux se prolongent. Il est donc urgent que soient discutées les conditions de la poursuite de la ZAC Seine-Rive gauche.

Lors d'un débat au pavillon de l'Arsenal, l'un des intervenants résumait d'une boutade sa pensée sur le projet engagé et le tracé de l'avenue de France : « D'Austerlitz à Waterloo ! ». Pour démentir cette catastrophe annoncée, Seine-Rive gauche doit répondre avec force et évidence à deux objectifs : donner le fleuve comme horizon et ses quais comme limite au XIIIe arrondissement, resituer le projet dans son territoire, celui des rives de Seine.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur