En direct

Olivier Salvat, le président du Syndicat national de l'exploitation climatique (Snec). - © Snec

"Il y a un décalage très important entre les résultats et les objectifs de la PPE"

Propos recueillis par Augustin Flepp |  le 24/06/2019  |  Rénovation énergétique Contrat de performance énergétiqueEnergieSNEC

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Rénovation énergétique
Contrat de performance énergétique
Energie
SNEC
Valider

Olivier Salvat, président du Syndicat national de l’exploitation climatique (Snec). Selon une enquête du Snec, les bâtiments de logements collectifs sous contrat de performance énergétique (CPE) consomment en moyenne 18% de moins que les bâtiments sous contrat de maintenance simple. Pour atteindre les objectifs de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), Olivier Salvat plaide pour une approche segmentée par marché.

Il y a un an et demi, le Snec* avait déjà critiqué le retard pris par la France dans le cadre des objectifs fixés par la PPE en matière de réduction des consommations d’énergie des bâtiments. La situation s’est-elle améliorée ?

La nouvelle PPE fait ressortir un décalage très important des résultats et des objectifs par rapport à la PPE antérieure. On constate ainsi un décalage significatif des objectifs d’économies d’énergie sur les bâtiments : en 2018, -3% contre -10.7% prévus dans l’ancienne PPE et en 2023, -6% contre -17.9% prévus.


Vous venez de publier une étude, en partenariat avec l’institut I+C, sur l’efficacité énergétique du chauffage collectif dans les logements. Quels sont les principaux résultats à retenir ?

Notre enquête a été réalisée auprès des 60 adhérents du Snec qui gèrent 70% du parc collectif résidentiel sur la base d’un panel représentant 33,1 millions de m2, soit environ 494 000 logements. Le principal résultat est que les bâtiments sous contrat de maintenance du chauffage avec engagement de résultats sur la performance énergétique consomment en moyenne 18% de moins que les bâtiments sous contrat de maintenance simple. Ces chiffres confirment les résultats des enquêtes Snec des années précédentes.

"Obtenir une bonification significative des CEE"

Vous militez depuis plusieurs années pour une généralisation des contrats de performance énergétique pour le parc de logements avec chauffage collectif. Quelle approche préconisez-vous ?

Afin d’atteindre les objectifs de la PPE, le Snec propose d’appliquer une stratégie adaptée à la réalité énergétique du parc de logements, articulée autour de trois axes :


-Une généralisation sur tous les bâtiments des contrats comprenant une garantie de résultats énergétiques (pilotage énergétique notamment) permettrait d’économiser 0,7 TWh par an, soit une diminution des émissions de 110 000 tonnes de CO2.
-Les rénovations techniques dans le cadre de Contrats de performance énergétique (CPE) doivent être encouragées, prioritairement sur les bâtiments intermédiaires (étiquettes D et E). Les actions de performance sur les installations techniques (changement de chaudière, isolation des réseaux de chauffage…) incluses dans des CPE « techniques » permettraient un gain garanti de 25 à 30%. Une massification rapide de ces contrats, sur le parc des logements consommant entre 150 et 330 kWh/m²/an (D et E), permettrait d'économiser 8,6 TWh, soit 15% des objectifs de la PPE en matière d’efficacité énergétique des bâtiments. Dès lors, nous éviterions l’émission de 1,3 millions de tonnes de CO2.

-Les bâtiments les plus énergivores doivent être rénovés en profondeur. Les CPE « rénovations globales » (incluant des actions sur le bâti, isolation, etc.) génèrent un gain garanti pouvant aller jusqu’à 60% sur les consommations. Une généralisation de ces CPE sur les immeubles les plus énergivores (F et G) dégagerait une économie 7,7 TWh, soit 14% des objectifs de la PPE, et permettrait ainsi d’éviter l’émission de 1,2 Mt de CO2.

-Le déploiement à grande échelle des Contrats de performance énergétique adaptés à chaque catégorie de bâtiments permettrait d’atteindre un tiers des objectifs 2028 de la PPE en matière d’efficacité énergétique. Il est indispensable d’avoir cette approche segmentée afin de garantir un coût maitrisé des aides publiques à la rénovation énergétique.


Selon vous, les CEE ne sont pas suffisamment incitatifs pour déclencher des opérations de rénovation énergétique. Comment améliorer ce dispositif pour le monde de la copropriété et du logement social ?

Nous sommes convaincus que le levier des Certificats d’économie d’énergie (CEE) est essentiel pour déclencher les opérations dans les copropriétés, et plus généralement pour tous les bâtiments qu’ils soient privés ou publics. C’est pour cela que nous travaillons actuellement avec les pouvoirs publics sur une bonification significative des CEE pour les actions de rénovation énergétique lorsqu’elles sont réalisées dans le cadre d’un Contrat de performance énergétique.


Quel est votre plan d’action pour faire entendre votre voix auprès des pouvoirs publics ?

Notre syndicat, le Snec, à travers la Fedene, le syndicat qui regroupe les sociétés de service en énergie, a apporté sa contribution à la nouvelle PPE et nous participons activement au groupe de travail sur la rénovation énergétique des bâtiments sous l’égide de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition énergétique et solidaire, Emmanuelle Wargon.

*Le Syndicat national de l'exploitation climatique (Snec) regroupe une soixantaine d'entreprises de services spécialisées dans l'efficacité énergétique des bâtiments. Leurs activités vont de la conception, la réalisation et l’exploitation de systèmes et d’équipements jusqu’à la sensibilisation des usagers, en passant par la gestion optimisée de l’approvisionnement en énergies. La filière affiche un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros.

Commentaires

"Il y a un décalage très important entre les résultats et les objectifs de la PPE"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur