En direct

Il y a trente ans le tunnel sous la Manche était percé
Il y a 30 ans, le britannique Graham Fagg et le français Philippe Cozette perçaient les derniers centimètres de roche entre la France et l'Angleterre. - © Eurotunnel
Vidéo

Il y a trente ans le tunnel sous la Manche était percé

Emmanuelle Picaud |  le 01/12/2020  |  Vie du BTPEuropeTunnelTunnelierPas-de-Calais

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Infrastructures
Vie du BTP
Europe
Tunnel
Tunnelier
Pas-de-Calais
Valider

Le 1er décembre 1990, le BTP signait l'achèvement d’un des plus grands chantiers du XXe siècle. Le percement du tunnel sous la Manche s'achevait et les équipes pouvaient se rencontrer. Ce chantier exceptionnel fête aujourd'hui son trentième anniversaire sur fond de Brexit.

« L’Angleterre n’est plus une île. Il est désormais possible de traverser la Manche à pied, au sec ». Ces mots extraits du journal télévisé de TF1 ont été prononcés il y a trente ans, le 1er décembre 1990. Ce jour-là, sous la Manche les derniers centimètres de roche étaient percés et le BTP achevait l’un des chantiers les plus importants du vingtième siècle.

En guise de symbole, les ouvriers français et britanniques Philippe Cozette et Graham Fagg avaient alors échangé une poignée de main historique, immortalisée à 100 m sous la mer par les caméras de télévision. L’anecdote, au fort pouvoir symbolique, résonne particulièrement à l’heure où l’Angleterre a décidé de refermer ses frontières à ses voisins européens dans le cadre du Brexit.

Chantier symbolique

Outre sa portée symbolique, le chantier du tunnel sous la Manche a, par ailleurs, marqué les esprits par sa technicité.

Creuser un tunnel aussi profond et sous des contraintes géologiques nécessitant le recours à des tunneliers « étanches » relevait de l’exploit. En ce sens, ce projet a constitué une première qui a inspiré plusieurs autres chantiers de ce type dans le monde, portant toujours plus loin les réalisations techniques des hommes.

Enfin, comme la plupart des grands projets, celui-ci portait également une dimension politique. Tout au long de sa réalisation, il a été marqué par les critiques sur son coût et sur sa réalisation.

De fait, 10 000 personnes ont oeuvré à sa concrétisation, dont 6 000 sous terre. Pendant deux ans, les opérateurs se sont relayés 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pour achever cet ouvrage emblématique.

Le Moniteur a consacré un hors-série au projet. L'article du journaliste Didier Counas, paru le 23 novembre 1990 est disponible en ligne : "Tunnel sous la manche - La Performance".

Commentaires

Il y a trente ans le tunnel sous la Manche était percé

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

(Ré)investir les toits

(Ré)investir les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil