En direct

Il y a 15 ans … «L’édification du stade de France» (14/14)
Il y a 15 ans - © © photomontage LeMoniteur.fr /Medy SEJAI

Il y a 15 ans … «L’édification du stade de France» (14/14)

Florent Lacas |  le 26/08/2011  |  EuropeFrance Architecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Europe
France
Architecture
Valider

A quoi pensait le BTP il y a 15 ans ? Du 8 au 26 août, Le Moniteur.fr vous propose de retourner en 1996 et de (re)découvrir ce qui faisait alors l’actualité du secteur. Où l’on mesure les progrès réalisés et ceux qui restent à faire. Aujourd’hui, épisode 14/14, «L’édification du stade de France».

En cet été 1996, le chantier du Stade de France traverse sa phase la plus technique : l’assemblage et la pose du toit de l’édifice, représentant une surface de 6 hectares. Ce qui nécessitera de placer les trente-six secteurs de la charpente, de 350 tonnes chacun, mais aussi les 18 mâts aiguilles, les haubans et les tirants. Deux grues monumentales ont donc été transportées jusqu’au centre du chantier, une Demag CC 2 400 (800 tonnes, 126 mètres de flèche), plus haute que le deuxième étage de la tour Eiffel, et une Demag PC 9 600 (2 000 tonnes, 112 mètres de flèche).

Le premier élément de charpente métallique est posé le 22 août 1996 en cinq heures, par un vent inférieur à 36 km/h, sans quoi la grue ne peut travailler. Il est appuyé sur quatre tours-étais, en attendant l’application des aiguilles de 60 mètres de haut auxquelles le toit sera attaché. Malgré les retards de livraison de la charpente, le délai de neuf mois pour la construction du toit sera respecté, puisque la tâche sera achevée le 10 juin 1997. Outre la charpente, l’habillage est constitué de bacs acier en sous-face et de PVC au-dessus, ainsi que d’une verrière opalescente côté intérieur. La plus grande grue du monde - à l’époque - sera ensuite démontée et quittera le chantier, emportée par 86 semi-remorques…
André Touzet, directeur du clos couvert au GIE, se souvient de cette étape du chantier : « Techniquement, nous naviguions dans l’inconnu. Nous opérions avec les deux plus grosses grues du monde, d’une capacité de 2 000 t/m. Notre tâche consistait à mettre en place, à 42 mètres de haut, un anneau monolithique de 60 000 m², pesant 17 000 tonnes en comptant l’habillage et les équipements. » Le Stade de France, d’un coût officiel de 400 millions d’euros, sera livré le 28 novembre 1997, après trente et un mois de chantier. Sur cette période, plus de 500 entreprises sont intervenues, ainsi qu’un millier d’ouvriers. Une performance pour le secteur du bâtiment qui précédera un succès sportif.

Et précédemment :

- Il y a 15 ans..."Viaduc de Millau, la victoire de Norman Foster" (1/14)

- Il y a 15 ans..."Les marchés publics suspectés de favoritisme" (2/14)

- Il y a 15 ans ... "La certification des entreprises prend son envol" (3/14)

- Il y a 15 ans ... "Vers une réforme du Code des marchés publics" (4/14)

- Il y a 15 ans ... "Baisse des prix du m² dans l'immobilier parisien" (5/14)

- Il y a 15 ans ... "Les premiers pas du BTP dans l'Internet" (6/14)

-
Il y a 15 ans ... "Mise en sécurité du site de Tchernobyl" (7/14)

- Il y a 15 ans ... "Peut-on diriger une entreprise sans enfreindre la loi ?" (8/14)

- Il y a 15 ans ... "L'offensive bois dans l'habitat" (9/14)

- Il y a 15 ans ... "Le BTP milite pour la TVA à 5,5 % sur l'entretien-rénovation" (10/14)

- Il y a 15 ans ... "Que faire des déchets de chantier ?" (11/14)

- Il y a 15 ans ... "Le canal Seine-Nord prend forme" (12/14)

- Il y a 15 ans..."Les premiers bâtiments HQE en France" (13/14)

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil