En direct

« Il faut des règles pour restreindre l’usage du téléphone au volant »

Propos recueillis par Caroline Gitton |  le 22/06/2012  |  Politique socialeTravail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Politique sociale
Travail
Valider
Sécurité au travail -

A l’occasion de la publication d’un sondage (1) sur l’utilisation du téléphone au volant par les salariés et les chefs d’entreprise, Gérald Ploquin, délégué de l’association Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise (PSRE), préconise la mise en place d’une démarche de prévention.

Quels sont les enseignements de ce sondage sur l’usage du téléphone au volant ?

Premier constat : la persistance d’un comportement à risque. En effet, près de deux salariés sur trois sont appelés à avoir une conversation téléphonique au volant dans le cadre professionnel. Dans 60 % des cas, il s’agit d’entretiens avec le siège de l’entreprise. Les appels téléphoniques passés ou reçus à l’arrêt ne concernent en outre que 20 % des cas. Autre enseignement : le risque lié à l’utilisation du téléphone au volant reste le parent pauvre des actions de prévention du risque routier. En effet, seulement un tiers des employeurs interrogés déclarent avoir cherché à évaluer le risque du téléphone au volant lors des déplacements professionnels.

Les employeurs sont-ils conscients du risque de voir engager leur responsabilité en cas d’accident ?

Le sondage fait apparaître une méconnaissance de ce risque : un employeur sur deux ignore que, lors d’un accident impliquant un salarié au téléphone au moment de l’accident, la responsabilité de l’entreprise pourrait être engagée. Pire : 41 % des chefs d’entreprise interrogés considèrent que téléphoner au volant est l’affaire du conducteur et n’engage que lui ! De plus, des idées fausses persistent : 67 % des employeurs et 58 % des salariés estiment que l’usage du kit mains libres réduit le risque. Or il n’en est rien : c’est l’attention portée à la conversation téléphonique dans le cadre du travail, susceptible d’être stressante, qui est dangereuse en elle-même.

Que conseillez-vous aux entreprises ?

Les entreprises doivent établir, idéalement avec les représentants du personnel, des protocoles de communication téléphonique avec les salariés. L’un des objectifs est de réglementer l’émission d’appels de l’entreprise vers les salariés, mais aussi d’imposer au salarié de stationner pour écouter un message. Autre mesure : sensibiliser les salariés sur les dangers d’une conversation au volant, aussi bien avec le téléphone en main qu’avec un kit mains libres. Il s’agit, enfin, de se donner les moyens de vérifier la bonne application de ces mesures. D’ailleurs, les salariés se montrent plutôt ouverts à ces mesures : sept salariés sur dix trouveraient ainsi « normal » ou « raisonnable » que l’entreprise édicte des règles pour restreindre l’usage du téléphone au cours des déplacements professionnels.

PHOTO - 649483.BR.jpg
PHOTO - 649483.BR.jpg - © Valery Joncheray / Le Moniteur

(1) Sondage réalisé par l’Ifop, en janvier 2012, auprès de 400 dirigeants d’entreprise et 1 000 salariés dans les secteurs de l’industrie, du BTP, du commerce et des services.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur