En direct

«Arrêter les chantiers. Maintenir un service minimum d’urgence», Denis Dessus, président du Cnoa
Denis Dessus, président de l'Ordre des architectes. - © Bruno Lévy/Le Moniteur

«Arrêter les chantiers. Maintenir un service minimum d’urgence», Denis Dessus, président du Cnoa

Service Architecture & Urbanisme |  le 19/03/2020  |  ProfessionCoronavirusFrance Marchés privésMarchés publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Profession
Coronavirus
France
Marchés privés
Marchés publics
Réglementation
Force majeure
Exécution du marché
Valider

Dans un communiqué diffusé le 18 mars, Denis Dessus, président du Conseil national de l’Ordre des architectes (Cnoa) plaide pour un arrêt des chantiers «dans les meilleures conditions»…

Les mesures gouvernementales de confinement laissent un grand nombre d’acteurs dans le doute sur leurs possibilités de maintenir une activité. Il est évident qu’il faut, partout où cela est possible, arrêter les chantiers dans les meilleures conditions, après les avoir sécurisés. Il faut néanmoins maintenir un service d’intérêt général. Les artisans, notamment les plombiers et électriciens, doivent pouvoir répondre aux urgences des particuliers (panne de chauffage, fuites d’eau et de gaz, pannes électriques). Il est nécessaire que ces interventions soient réalisées avec du personnel formé aux mesures de prévention, en maintenant les distances de sécurité avec les usagers notamment et avec à disposition très vite les masques indispensables.

Les architectes sont en mesure de diagnostiquer les situations qui relèvent de l’urgence et de coordonner l’intervention des entreprises. Répartis sur tout le territoire, ils se tiennent à la disposition des artisans locaux et de leurs représentants syndicaux, pour organiser ce service aux particuliers et aux copropriétés, en lien avec les mairies. Nous devons également répondre aux besoins des établissements qui le nécessitent (hôpitaux, maisons de retraite, bâtiments administratifs devant maintenir une continuité de service public) et, là encore, nos entreprises des lots dits "techniques", doivent rester en activité.

La période exceptionnelle que nous devons passer tous ensemble met en péril l’économie de notre pays et va fragiliser nombre d’entreprises de travaux et de maîtrise d’œuvre. Afin de ne pas aggraver cette situation déjà difficile, nous invitons les maîtres d’ouvrage, publics et privés, à procéder, dans les meilleurs délais au paiement des notes d’honoraires et factures correspondant à des prestations ou travaux réalisés et donc dues. Nous demandons en contrepartie aux entreprises de ne pas réclamer de compensations usuraires liées à ces arrêts de chantier pour cas de force majeure. Le gardiennage, par exemple, doit faire l’objet d’un accord de prise en charge entre la maîtrise d’ouvrage et les entreprises, car il ne s’agit que d’une interruption momentanée et non définitive.

Les cahiers des clauses administratives générales (CCAG) et les clauses contractuelles de nos marchés ne sont clairement pas adaptés à un phénomène touchant l’ensemble du territoire. Il conviendra à Bercy de se pencher sur les dispositions à mettre en œuvre avec les représentants de la maîtrise d’œuvre et des entreprises du BTP sur ce sujet. Le Conseil national rappelle la demande faite dès lundi matin à l’ensemble des acteurs, maîtrise d’œuvre, coordonnateurs sécurité, maîtrise d’ouvrage et entreprises, d’organiser au cas par cas les conditions de l’arrêt du chantier dans les meilleures conditions de sécurité pour les ouvriers et le public.

Commentaires

«Arrêter les chantiers. Maintenir un service minimum d’urgence», Denis Dessus, président du Cnoa

Votre e-mail ne sera pas publié

JCBLYON

19/03/2020 11h:22

D'accor avec ça...mais pas vraiment en phase avec les propos de Mme Pénicaud ! On va où, là ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Imhotep

20/03/2020 10h:38

L'une des inquiétudes des maîtres d'ouvrage est de savoir qui va supporter les sur-locations d'échafaudages et d'installations de chantier compris les frais de voirie lorsque les entreprises ont arrêté leurs interventions pour des mesures évidentes de sécurité vis à vis de leurs salariés mais que le maître d'ouvrage considère que rien n'empêche la poursuite du chantier surtout après avoir entendu les propos de notre ministre du travail.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur