En direct

Il était une fois... la Maison de la radio à Paris
Chantier de construction de la Maison de la radio à Paris - © © Ina.fr

Il était une fois... la Maison de la radio à Paris

CATHERINE SABBAH |  le 16/12/2009  |  ArchitectureParisConcoursProfessionnelsTravaux publics

Le 16 décembre 2009, le ministre de la Culture et le patron de Radio France ont posé la première dalle de verre de la rénovation de la Maison de la radio, à Paris. Un chantier de six ans et 328,2 millions d'euros qui donnera une nouvelle vie à l'œuvre de l'architecte Henry Bernard. Retour sur l'histoire du bâtiment.

Le bâtiment de la Maison de la radio, inauguré en 1963, fut bien accueilli par ses riverains malgré les transformations qu'il imposait au paysage et sa forme de soucoupe volante. La maison, installée au bord de Seine à Paris, redessine, en fait, le contour de la lettre grecque Omega et enroule, autour d'une tour centrale, deux cercles concentriques. "Simplissime et génial, presqu'un logo", s'extasie toujours Jean-Luc Rossi, jeune dessinateur chez un des architectes au moment de la construction et longtemps architecte-conseil de la Maison de la radio. "Ce choix formel n'était pas esthétique, il permettait de respecter le programme à la lettre et de découper dans les anneaux des tranches trapézoïdales, la forme idéale recherchée par tous les acousticiens", poursuit-il.

Concours

Lancé en 1952, le concours vise à regrouper sur un seul site de 100.000 m2 la Radio Télévision Française dispersée dans 39 bâtiments. Dans le même immeuble, l'entreprise devra se loger, fabriquer et diffuser ses programmes. Le jeune lauréat, Henri Bernard, a respecté la commande à la lettre et son projet éclipse les autres par son modernisme et la netteté de son trait. La maison ronde se love dans la parcelle sans perte d'espace et contient, sans les compresser, les 920 bureaux, les 54 studios d'enregistrement, dont un de télévision, et les trois grandes salles destinées à accueillir des spectacles en public confiés aux frères Niermans...
Au centre, l'architecte a placé la mémoire dans une tour à structure métallique de 21 niveaux qui abrite les archives. Autour, dans le plus petit des anneaux, sont installées les surfaces techniques protégées du bruit extérieur par les bureaux de la seconde couronne. L'axe du projet est perpendiculaire à la Seine, déterminé par la façade principale, ouverte par des baies vitrées et un peu plus basses que les dix niveaux arrières. C'est le seul endroit où elle est transparente car pour la coque de son vaisseau, Henri Bernard a opté pour d'immenses panneaux d'aluminium de 6 mètres sur 11 qui composent le mur-rideau découplé de la structure béton.

Chantier

Le chantier fut long et complexe dans cette partie du XVIe arrondissement de Paris qui tenait plus de la zone que du quartier bourgeois. Il fallut dix ans pour mettre au point les performances acoustiques et isoler le bâtiment de la Seine : les trois grandes salles sont construites sur leurs propres fondations reposant sur un radier lourd protégeant des crues du fleuve. A l'intérieur, de part et d'autre d'un couloir de deux mètres de large qui tourne en rond, tous les bureaux disposent de la lumière du jour. Les doubles fenêtres à guillotine, fabriquées sur mesure, s'ouvrent et chacune est dotée d'un inverseur qui permet avec la même poignée de débloquer la vitre ou de baisser le store. Précurseur, Henri Bernard avait déjà pensé aux cloisons amovibles et presque à la climatisation : l'air était rafraîchi par un système utilisant une source dans le sous-sol. Autour des studios et des salles publiques, les circulations sont étudiées pour que les flux ne se croisent pas. En comptant les radiales entre les couronnes, le parcours entier s'étend sur cinq kilomètres. Aujourd'hui, à l'ère du numérique, ce bâtiment conçu pour des amplificateurs à lampes n'est plus franchement adapté. L'agence parisienne Architecture-Studio est actuellement chargée de sa réhabilitation.

Voir aussi un reportage complet au sujet du bâtiment achevé sur le site Internet www.ina.fr

Maquette de la Maison de la radio à Paris
Maquette de la Maison de la radio à Paris

Commentaires

Il était une fois... la Maison de la radio à Paris

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur