En direct

Hydraulique La Sogreah lie aménagement et environnement

NORA HACHACHE |  le 13/02/1998  |  AménagementMaîtrise d'œuvreTransportsEnergieDéchets

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Maîtrise d'œuvre
Transports
Energie
Déchets
International
France entière
Dordogne
Architecture
Environnement
Transports mécaniques
Valider

La Société grenobloise d'études et d'applications hydrauliques intervient dans l'environnement (énergie, déchets et eau), aussi bien en conseil ou en conception qu'en maîtrise d'oeuvre.

Pour Jacques Gaillard, directeur général de Sogelerg-Sogreah, « la protection de l'environnement ne doit pas condamner tout aménagement. Les deux objectifs doivent être placés au même niveau ». L'essentiel de l'activité du bureau d'études se concentre sur les ouvrages hydrauliques, du barrage à l'alimentation en eau. Jacques Gaillard détaille : « A Hô-Chi-Minh-Ville, nous travaillons sur la restructuration du réseau d'eau potable, en Afrique nous aménageons des systèmes d'irrigation plus économes en eau. »

Projets portuaires et fluviaux

La Sogreah intervient du conseil, très en amont, à la maîtrise d'oeuvre. Elle est parfois prescripteur dans le nettoyage et la dépollution des rivières et intervient dans l'identification des sources de pollution des eaux souterraines. On la retrouve dans la gestion des rivières (contrat de rivière de la Savoureuse et de l'Arve), ou l'établissement de schéma directeur d'assainissement comme en région Ile-de-France. Sogreah, qui travaille souvent avec Voies navigables de France, met à disposition sa capacité à étudier le système de transport fluvial, de l'amont à l'aménagement.

La Sogreah s'implique dans le domaine maritime, avec des aménagements portuaires de plaisance ou de commerce comme à Montevideo (Uruguay) et pourrait l'étudier de l'impact sur l'environnement, de l'extension du port du Havre. « Elle permettra, si le projet se réalise - les débats sont en cours -, d'intégrer un site portuaire avec le respect des contraintes d'environnement, en particulier dans le domaine de l'hydraulique et de la sédimentation », explique Jacques Gaillard.

60 % de l'activité à l'international

La Sogreah-Sogelerg (750 personnes dont 220 à la Sogreah, 600 millions de francs de chiffre d'affaires) réalise aujourd'hui plus de 60 % de son activité en dehors de la France. De gros contrats allant de la conception à la maîtrise d'oeuvre, comme pour le barrage de Katse (185 mètres de hauteur) au Lesotho qui vient d'être livré. A Taiwan, dans la ville de T'ai-nan, la Sogreah va étudier l'impact sur la morphologie du littoral du grand projet d'extension par terre-plein sur la mer. Une avancée de deux à trois kilomètres sur 20 kilomètres de côte.

« Mais, souligne Jacques Gaillard, nous augmentons régulièrement notre part d'activité en France car c'est là que l'on peut faire de l'innovation. » D'autant plus que le bureau d'études a développé des compétences dans la gestion et la valorisation des déchets, dans la dépollution des sites et dans la cogénération.

PHOTO : Une maquette du mont Saint-Michel de 900 m2, simulant ce qui s'est produit dans la baie de 1975 à 1997, devrait permettre d'envisager ce qui va se passer dans les vingt années à venir.

Un laboratoire d'hydraulique

Le bureau d'études expérimente par modélisation ses futures réalisations dans un laboratoire de la banlieue grenobloise à Pont-de-Claix.

Dans un espace de 10 000 m2, sous l'observation d'Olivier Cazaillet responsable du laboratoire, le mont Saint-Michel réduit à l'état d'une maquette de 900 m2 subit l'invasion des marées et des courants. Un échosondeur placé sur une passerelle permet de mesurer l'ensablement. En fait, la modélisation du mont reproduit ce qui s'est passé dans la baie de 1975 à 1997. Si le modèle arrive en mai-juin 1998 (fin de l'expérience) à l'état de l'année 1997, c'est qu'il peut permettre d'envisager ce qui va se passer dans les 20 années à venir. Les modèles permettent de tester la stabilité des plages et des côtes, des débouchés de rivières en mer comme à Sainte-Suzanne à la Réunion. Ou bien encore, avec un système de volets, de simuler l'action de la houle pour étudier la stabilité des digues ou des ouvrages portuaires.

Dans ce même laboratoire, on reproduit les crues torrentielles de montagnes, on modélise une piste cyclable à réaliser sous un pont et juste au-dessus d'un torrent pour évaluer les risques. On étudie également le moyen de contrôler les laves torrentielles, qui peuvent être catastrophiques, en créant des obstacles ralentisseurs de débits. Et avant de construire le pont sur la Dordogne destiné au doublement de l'A10, on vérifie l'impact de l'affouillement sur deux piliers. Enfin le laboratoire vient de commencer les études pour la réalisation d'un barrage, celui de Namleuk au Laos.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur