En direct

HQE: Certivéa affiche ses ambitions à l'international
"Notre handicap, c'est le manque de notoriété" - © © DR

HQE: Certivéa affiche ses ambitions à l'international

Propos recueillis par Jean-Charles Guézel |  le 12/06/2012  |  HQENormesInternationalFrance entièreEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
HQE
Normes
International
France entière
Europe
Immobilier
Réglementation
Environnement
Valider

La nouvelle offre de certification HQE tertiaire à l'internationala été lancée le 7 juin à Bruxelles. Quelques semaines avant cet évènement important pour la filiale certification du CSTB, Patrick Nossent, son président, faisait le point pour le Moniteur sur le développement du référentiel français de haute qualité environnementale.

En quoi le développement à l'international est-il une priorité pour Certivéa ?

En six ans d'existence, Certivéa n'a cessé d'étoffer son offre en prenant en compte de nouvelles catégories de bâtiments, comme l'hôtellerie, les salles multisports ou encore les piscines, pour lesquelles nous testons un référentiel et devrions être opérationnels d'ici à la fin de l'année. Par ailleurs, nous prenons désormais en compte les ouvrages en phase d'exploitation et passons de l'échelle du bâtiment à celle du territoire avec la certification HQE Aménagement, testée sur 17 opérations pilotes. Avec cette gamme de plus en plus complète, l'international constitue un axe de développement important. C'est tout l'enjeu de ce nouveau référentiel et du service de certification que nous allons ouvrir officiellement le 7 juin.

Quels atouts la certification HQE peut-elle faire valoir à l'étranger ?

Précisons tout d'abord que nous ne partons pas de zéro puisque Certivéa a déjà certifié une dizaine de bâtiments privés à l'international tandis que notre partenaire Aqua a de son côté certifié une trentaine de bâtiments tertiaires ainsi qu'une vingtaine d'opérations de logements au Brésil. L'exemple d'Aqua est intéressant car il démontre l'adaptabilité de notre offre. Ce partenaire certifie sur la base d'un référentiel issu de l'expérience de Certivéa en s'appuyant également sur les normes et les outils réglementaires brésiliens, avec des niveaux de performance qui sont différents des nôtres. Contrairement à notre concurrent Leed par exemple, qui tend à prescrire les technologies américaines, le référentiel français est avant tout performantiel. Ceci nous permet de mieux prendre en compte le contexte local pour juger les performances environnementales des projets. Cette différence fait que HQE est mieux adapté aux marchés étrangers, même si  les choses évoluent aussi du côté des systèmes anglo-saxons. J'ajoute que la plupart des consultants reconnaissent la valeur des fondements scientifiques et techniques de la certification HQE et le fait qu'elle produise les bâtiments les plus performants. Notre seul handicap, c'est en fait le manque de notoriété et de visibilité par rapport à nos concurrents Leed et à Breeam.

Comment comptez-vous faire pour accroître cette notoriété ?

Le « passeport bâtiment durable », qui est déjà déployé en France et le sera bientôt à l'international, est un premier levier. De la même façon que nos concurrents, grâce à une échelle comportant cinq niveaux, il permet à un investisseur de voir immédiatement à quel type de bâtiment il a affaire du point de vue de la performance environnementale. Mais nous attendons aussi beaucoup des pouvoirs publics car force est de constater que l'expérience internationale que nous avons acquise jusqu'à présent est uniquement le fait d'opérateurs privés. Aucun bâtiment diplomatique français à l'étranger par exemple n'a été certifié HQE. Au Japon, notre ambassade a été certifiée CASBEE, ce qui n'est pas critiquable, bien au contraire, mais il aurait pu y avoir une double certification. Il serait bon de profiter des réalisations exemplaires à l'étranger pour valoriser notre savoir-faire en général, et nos certifications en particulier. Les anglo-saxons, eux, l'ont bien compris. J'observe que la France possède des champions dans toutes les catégories du BTP - architectes, bureaux d'études, maîtres d'ouvrage, entreprises, etc. - mais que nous arrivons sur les projets le plus souvent dispersés. D'autres pays, avec moins d'atouts au départ, obtiennent de meilleurs résultats grâce à un plus grand esprit d'équipe.


Agrandir le plan

Commentaires

HQE: Certivéa affiche ses ambitions à l'international

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur