En direct

Hauts-de-Seine : élargissement de l'A86 nord

le 04/09/1998  |  Hauts-de-SeineNordFrance ParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Hauts-de-Seine
Nord
France
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Seine-et-Marne
Collectivités locales
Aménagement
Travail
Val-d'Oise
Architecture
Valider

A l'automne 1997, une enquête publique s'est déroulée sur l'élargissement de l'A86 nord entre le pont de Rouen à Nanterre et la RD 911 à Gennevilliers (mise à deux fois quatre voies entre le pont de Rouen et la RN192 et à deux fois trois voies jusqu'à la RD 911). Les travaux, qui concernent une section longue de 8,2 km, sont estimés à 450 millions de francs. « Si cette opération est inscrite dans le prochain contrat de Plan Etat-région, les travaux pourraient démarrer en 2000 », précise Lucien Bollotte, directeur départemental de l'équipement des Hauts-de-Seine.

La ville de Nanterre souhaite une meilleure insertion de l'A86 dans son environnement et Gennevilliers un renforcement des murs antibruit devant la cité du Luth.

La commune de Colombes, pour sa part, a précisé ses demandes dans sa délibération du 27 novembre 1997. La première concerne l'enterrement de la bretelle intérieure de l'A86 (échangeur A86/RN192) pour permettre une meilleure jonction entre la ville et le parc départemental de l'île de Marante (coût : 150 millions). La deuxième concerne la suppression de deux viaducs à hauteur de la RD106 - l'un existant et l'autre inscrit dans le projet et qui reste à construire - et l'enfouissement de l'A86 à cet endroit (coût : 250 millions). Enfin la troisième porte sur la couverture complète de l'A86 le long de la cité des Fossés-Jean et son prolongement jusqu'au pont ferroviaire d'Argenteuil. Aujourd'hui, le quartier n'est que partiellement protégé du bruit par une semi-couverture.

Jean-Claude Gayssot, ministre de l'Equipement, a demandé à la DDE d'engager, en concertation avec la ville de Colombes, les études correspondantes, avec le concours éventuel d'architectes et d'urbanistes - il était sur place le 10 juillet.

Une première rencontre devrait avoir lieu en septembre. « Dans cette zone, les entrées de ville sont particulièrement inesthétiques, a souligné le ministre. Elles recevront donc un traitement architectural. L'objectif sera de rendre ces espaces publics plus humains et plus urbains. »

A propos du bruit, il a annoncé le prolongement de la semi-couverture de l'A86 sur plus de 300 m, jusqu'au pont d'Argenteuil, pour un coût estimé entre 50 et 100 millions de francs. « Des gains notables allant jusqu'à 6 décibels seront enregistrés grâce à cette nouvelle protection », a conclu le ministre.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

(Ré)investir les toits

(Ré)investir les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil