En direct

Haute-Savoie Le Chablais attend son désenclavement

PHILIPPE CLARET |  le 11/06/1999  |  Collectivités localesRéglementationHaute-Savoie

Un projet estimé à 3,2 milliards de francs.

L'annulation par le Conseil d'Etat en mars 1997 de la déclaration d'utilité publique de l'A400, ou autoroute du Chablais, a écarté à long terme la solution autoroutière pour améliorer la desserte du nord de la Haute-Savoie. Les problèmes demeurant, Jean-Claude Gayssot, ministre de l'Equipement, a missionné Pierre Breuil, préfet de Haute-Savoie, pour élaborer un schéma de transports alternatif, fondé sur une analyse fine des flux, et intégrant différents modes de transports.

Le nouveau plan de désenclavement du Chablais s'élève à 3,2 milliards de francs. S'il intègre quelques composantes ferroviaires (notamment une meilleure connexion à Genève) et de transports en commun, l'essentiel du document reste bien routier.

La DDE de Haute-Savoie, opérateur technique de l'étude, a inclus l'agglomération genévoise dans son étude. Elle a en revanche peu tenu compte du transit international empruntant le Chablais à destination de Saint-Gingolph et de la Suisse.

« Nous avons identifié cinq fonctions de déplacement, dont deux sont prioritaires », explique Michel Phelep, directeur départemental de l'Equipement de Haute-Savoie : la déviation de Thonon-les-Bains et le « Plat de Saint-Cergues ». Ces deux dossiers reprennent les tracés de l'A400. Le premier très avancé (les acquisitions foncières sont réalisées) est d'ores et déjà prêt pour la consultation publique avec un avant-projet sommaire possible fin 1999 : l'investissement est de 600 millions de francs.

Le second consacre l'actuel aménagement de la RN206 entre Machilly et l'A40 comme « voie de dégagement » du Chablais. Egalement avancé sur le plan technique, ce dossier pourrait être mis à l'enquête publique en 2000 : son coût est estimé entre 150 et 170 millions de francs.

A plus long terme, la DDE préconise la création d'une voie de délestage des RN5 et RD903 entre Machilly et Thonon-les-Bains, voie qui pourrait desservir « en peigne » les communes du bord du lac et contournerait Douvaine. Entre Evian et Saint-Gingolph, la DDE ne prévoit plus que des aménagements mineurs.

Aucune programmation n'est encore réalisée et aucun crédit affecté, les arbitrages nécessairement difficiles restent à rendre au niveau du ministère (Jean-Claude Gayssot vient de recevoir les élus du Chablais) et des collectivités avec la sollicitation du conseil général de Haute-Savoie.

TRACE : Désenclavement du Chablais - Un schéma de transports a été établi. Il est fondé sur une analyse fine des flux, et intègre différents modes de transports.

Commentaires

Haute-Savoie Le Chablais attend son désenclavement

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur