En direct

Haute-Normandie Une expérience de gestion des déchets de chantier

RICHARD GOASGUEN |  le 20/06/1997  |  France entièreApprentissage BTPNordCollectivités localesChantiers

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Apprentissage BTP
Nord
Collectivités locales
Chantiers
Déchets
Entreprises
Formation continue
Seine-Maritime
Technique
Environnement
Valider

La convention expérimentale entre l'Ademe et l'Aforc BTP pour la gestion des déchets d'un chantier lui-même expérimental.

Dans la foulée de son assemblée générale du 21 mai dernier, l'Aforc BTP (Association pour la formation professionnelle continue du BTP de Haute-Normandie) a signé avec l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) une convention pour la gestion des déchets d'un chantier « expérimental », celui du futur centre de formation régional de Bourgtheroulde (Eure).

Depuis la mi-mai, fin de la période où n'intervenaient que les entreprises de gros oeuvre, quatre bennes ont été installées sur le chantier commencé le 28 novembre dernier. Elles recueillent les déchets banals, les gravats inertes, les cartons, papiers et emballages, et les aciers et métaux.

Au fur et à mesure de l'entrée en scène d'autres corps d'état (électricité, peinture, revêtement de sol, etc.), cette configuration évoluera.

Au commencement et pendant le chantier, des actions de formation sont menées pour sensibiliser les différents intervenants. « L'objectif est bien sûr de sensibiliser les entreprises, les maîtres d'oeuvre et les maîtres d'ouvrage à la gestion des déchets de chantier. Mais il est aussi d'étudier les quantités, les caractéristiques des déchets de chantier et le coût de leur gestion », indique Bernard Ameil, responsable de l'environnement BTP à l'Ademe.

Rappelons que les instances régionales du BTP ont voulu que ce chantier soit en tout point modèle (concours d'architectes, choix du mieux-disant, corps d'état séparés, mise en oeuvre de techniques variées et de pointe, etc.). Son coût se monte à 21,6 millions francs HT. Le centre régional de formation devrait être opérationnel au 1er janvier 1998.

« Le surcoût du tri sélectif a été estimé à 100 000 francs environ, dont 50 % sont pris en charge par l'Ademe. Cela semble très facilement supportable par des entreprises qui d'ordinaire prennent en charge elles-mêmes l'évacuation des déchets », analyse Yannick Bonfils, directeur de l'Aforc BTP, organisme qui vient de décider de mettre en place, dès septembre prochain, des formations au tri sélectif pour tous les corps d'état.

A noter, enfin, que l'Ademe est en passe de signer, avec une entreprise générale et non plus un maître d'ouvrage cette fois (en l'occurrence, Quille), une convention du même type pour le chantier de la faculté de médecine de Rouen. Et qu'elle a conclu en décembre 1996, avec le département de l'Eure, une autre convention dans le but de rechercher des sites de valorisation des déchets, autres qu'inertes.

PHOTO : Le chantier du futur centre de formation de Bourgtheroulde, où quatre bennes ont été installées après la fin du gros oeuvre.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur