En direct

Haute-Marne Le mémorial Charles-de-Gaulle enchâssé à flanc de colline
PHOTO - NORD DE GAULLE 76.eps - © Philippe Lemoine

Haute-Marne Le mémorial Charles-de-Gaulle enchâssé à flanc de colline

Frédéric Marais |  le 06/11/2008  |  Haute-MarneNordFrance entière

Le 11 octobre, le président de la République Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont inauguré ensemble le mémorial Charles-de-Gaulle, à Colombey-les-Deux-Eglises. Avec un jour d’avance sur le public, mais quatre mois de retard par rapport au calendrier initial (l’édifice aurait dû symboliquement ouvrir ses portes le 18 juin), ils ont pu découvrir en avant-première ce musée dédié à la vie et à l’œuvre du grand homme.

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel auront peut-être été surpris par l’absence de pompe d’un bâtiment censé glorifier le libérateur de la France. Les deux architectes du projet, Jacques Millet et Jean-Côme Chilou, ont en effet adopté une ligne résolument minimaliste en concevant un immense parallélépipède en pierre de Bourgogne, massif, sobre et épuré. « Anguleux et sans fioritures, ajoutent même les deux associés. Notre parti pris a été l’intégration du monument dans le paysage, humble dans son empreinte paysagère pour ne pas contrarier le domaine familial de La Boisserie, ni le cimetière où repose le général, ni ce grand symbole qu’est la Croix de Lorraine, en surplomb du mémorial. »

Contrairement au mémorial de Caen, leur précédente réalisation, qui avait été « fait pour être vu », le mémorial De Gaulle s’efface presque derrière les autres lieux témoins de la présence gaullienne en terre haut-marnaise. Un profil bas pensé aussi pour ne pas étouffer une scénographie extrêmement riche et élaborée qui s’insère dans un volume unique d’exposition en duplex. Mais l’apparence un peu brute du nouveau musée ne saurait masquer l’exploit architectural. Le mémorial a été érigé au flanc d’une colline qu’il a fallu déboiser et creuser en partie pour enchâsser le bâtiment. Pas moins de 45 000 m3 de terre ont été charriés pour passer d’un versant en pente douce à une falaise abrupte de 15 m de haut auquel l’édifice vient s’adosser. Posé sur le socle de la colline, le fronton du mémorial s’aligne avec la lisière, constituant une fenêtre sur le paysage.

Commentaires

Haute-Marne Le mémorial Charles-de-Gaulle enchâssé à flanc de colline

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur