En direct

Jurisprudence

HAUTE ET BASSE-NORMANDIE L'estuaire de la Seine fédère les régions

RICHARD GOASGUEN |  le 04/08/2000  |  France entièreCollectivités localesAménagementTransportsManche

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Collectivités locales
Aménagement
Transports
Manche
Loire-Atlantique
Seine-Maritime
Europe
Architecture
Réglementation
Valider

La directive territoriale d'aménagement en cours d'élaboration

Constitués à l'automne 1999 par le préfet de Haute-Normandie, Bruno Fontenaist, en charge depuis le 24 juin 1999 de conduire et de coordonner l'élaboration de la DTA (directive territoriale d'aménagement) de l'estuaire de la Seine, les trois groupes de travail coprésidés par des élus des Haute et Basse-Normandie ont rendu leur copie en juin.

Pour Bruno Fontenaist, qui se réjouit de la « forte adhésion de l'ensemble des élus à une vision commune des problématiques et actions d'aménagement à mener pour leur développement », l'approbation de cette DTA, ponctuée d'un décret du Conseil d'Etat, pourrait intervenir fin 2001.

Si les trois groupes de travail (Réseau de villes, Développement économique et portuaire, Environnement) se sont avant tout préoccupés d'entendre différents experts, parfois extérieurs à la Normandie (Joël Batteux, maire de Saint-Nazaire, par exemple), et de recenser de façon synthétique, cohérente et pragmatique, les enjeux soulevés, leurs différents rapports n'en comportent pas moins quelques idées neuves.

Une aire métropolitaine autour de Caen, Cherbourg et Le Havre

La première et non des moindres serait, après avoir semble-t-il convaincu la Datar (Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale) de sa pertinence, de créer, à partir des trois pôles urbains et portuaires de Caen, Le Havre, et Rouen (1,1 million d'habitants), une nouvelle « aire métropolitaine à vocation maritime et basée sur l'échange ». Ce projet se doterait d'un organe (la Conférence métropolitaine des maires) et de quatre outils dont l'EPBS (Etablissement public de la Basse-Seine), pour les aspects fonciers et financiers, ou encore le Pôle universitaire normand. Ses objectifs seraient principalement de faire de l'estuaire de la Seine, élargi de Cherbourg à Dieppe, la porte ouest de l'Europe ; et ensuite de réaliser la « Métropole-parc normande », associant pôles urbains (villes-ports), villes intermédiaires et bourgs-centres, sans oublier l'atout littoral et le cadre paysager normand.

Rapporteur du groupe Réseau de villes, François Solignac-Lecomte, premier adjoint au maire de Caen, n'hésite pas à évoquer « les potentialités d'une nouvelle forme d'urbanisme dans un cadre de vie novateur fondé sur une "urbadiversité" ».

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur