En direct

HAUT-DOUBS Un groupe scolaire en bois au Val-de-Mouthe

CHRISTIANE PERRUCHOT |  le 07/07/2000  |  Collectivités localesBoisEducationArchitectureConcours

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Bois
Education
Architecture
Concours
Doubs
Immobilier
Etat
Hygiène
Professionnels
Valider

Un exemple pour les communes forestières

La rentrée des classes, dans le Val-de-Mouthe, se déroulera sous le signe du matériau bois. Le syndicat intercommunal du Val-de-Mouthe (23 communes, 2000 habitants) attend pour la fin de l'été la livraison d'un groupe scolaire de 9,6 millions de francs (1,46 millions d'euros), qui fait figure d'étendard de la solution bois et béton dans le Haut-Doubs. Pourtant, cette collectivité n'avait pas envisagé la solution bois lorsqu'elle lança le concours d'architecte.

« Cette proposition nous a donné l'occasion de montrer l'exemple aux communes forestières du Haut-Doubs qui, malgré les ressources locales, sont réticentes à l'utilisation du bois dans les bâtiments publics », explique Jacques Panier, président du syndicat intercommunal. La direction départementale de l'équipement du Doubs, conductrice d'opération, souligne aussi ce rôle d'exemple.

De son côté, l'architecte Michèle Bourgeois, lauréate du concours, a voulu « démontrer la variété des formes que le bois peut prendre en tant que matériau de construction et d'aménagement intérieur ». Installée depuis 1985 à Cussey-sur-l'Ognon, elle s'est taillée une réputation dans le domaine. « J'essaie d'utiliser le bois là où ses performances dépassent celles des autres matériaux », explique-t-elle. Cela lui a valu récemment de décrocher le projet de gymnase de Mouthe et les nouveaux locaux de l'Office national des forêts à Vesoul.

Le bâtiment à ossature bois sur deux niveaux, d'une capacité d'accueil de 168 élèves, épouse le mouvement des montagnes environnantes. La forme du toit, en ondes, permet à la neige de glisser sans piège. Egalement utilisé dans les cloisons, poteaux verticaux et plafonds, le bois déploie ses qualités acoustiques et contribue à créer une ambiance chaleureuse à l'intérieur de l'école.

L'autre avantage, non négligeable, est la réduction des délais d'exécution, compte tenu de l'impossibilité de faire des travaux de maçonnerie pendant les longs mois d'hiver. L'architecte a cependant ajouté d'autres matériaux : le zinc protège la toiture ainsi que la façade la plus exposée aux intempéries.

PHOTO : Livré en septembre, le groupe scolaire conçu par Michèle Bourgeois est bien adapté aux intempéries et à la neige, notamment par la forme en ondes du toit.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur