En direct

Haussimont, étendard des communes fleuries en transition
Le 5 février, la commune de Haussimont recevra sa Fleur d'or, distinction suprême des villes et villages fleuris. - © Commune de Haussimont

Haussimont, étendard des communes fleuries en transition

Laurent Miguet |  le 06/01/2020  |  MarneBiodiversité

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Marne
Biodiversité
Valider

Haussimont (Marne, 144 habitants) résume la métamorphose du label des villes et villages fleuris, qui a fêté ses 60 ans, fin novembre à Aix-les-Bains. La culture de la biodiversité en pleine terre a succédé à celle des géraniums en balcon. Le maire Bruno Roulot recevra le 5 février la Fleur d’or, distinction suprême des villes et villages fleuris.

« En 1985, la première fois que Haussimont a décroché les quatre fleurs des villes et villages fleuris, il n’y avait aucun jardin. Seuls des balcons fleuris avaient justifié le label », rappelle Bruno Roulot, maire du village de la Marne depuis 2001. L’aménagement de sept jardins et la gestion différencié des espaces verts ont jalonné sa route vers la reconquête de la nature.

« Tout est réparable »

Fort de sa vision à long terme, d’une équipe de bénévoles et d’un jardinier municipal, Bruno Roulot déroule depuis sa première élection un programme qui transforme la commune de 144 habitants en fer de lance de la biodiversité : jardins thématiques, mares alimentées en eau par des éoliennes et équipées de caméras pour permettre l’observation des insectes en salle, piste cyclable conduisant au dernier bosquet rescapé des deux remembrements d’après-guerre...

« Tout est réparable », estime l’élu de la région de la Champagne crayeuse, morne plaine défrichée après-guerre pour laisser la place à la grande culture, « au cœur de la diagonale du vide et au milieu de nulle part », comme il se plaît à le rappeler. Seuls les arbres inclus dans des emprises militaires ont pu échapper aux abattages.

Sources multiples

Des sources d’inspiration multiples et le sens des opportunités ont guidé les deux décennies d’aménagement : Haussimont a récupéré des pavés du chantier de la place Jeanne-d’Arc de Reims ; la commune s’est inscrite dans l’appel à projets d’Etat sur la stimulation des cinq sens dans l’espace public. Un voyage à Montréal a déterminé Bruno Roulot à dépasser en qualité le jardin des sens de la métropole québécoise.

jardin des 5 sens
jardin des 5 sens - © commune de Haussimont

Cinq chambres structurent le jardin sensoriel, alimenté en eau par des éoliennes.


« Fan du Sahara, j’ai réalisé une oasis », résume le maire de la commune de l’agglomération de Châlons-en-Champagne, membre du bureau de l’agence d’urbanisme, qui a régulièrement soutenu les stratégies foncières mises en place par la commune pour reconquérir la biodiversité. Les pics de température de l’été dernier ont conforté cette politique : la survie de l’îlot de nature de Haussimont a reposé sur l’eau des mares, pompées par des éoliennes.

Retour de la biodiversité

106 espèces d’oiseaux, 43 pour les papillons, 31 pour les sauterelles, 23 pour les libellules, et 340 espèces de plantes : sans équivalent dans les environs, l’inventaire de la biodiversité réalisé en 2012 par la Ligue pour la protection des oiseaux nourrit l’optimisme de Bruno Roulot.


Une communication tous azimuts donne à un nombre croissant de visiteurs l’occasion de prendre connaissance de ces résultats. La biodiversité s’ajoute aux équipements sportifs multigénérationnels et gratuits, pour stimuler l’attractivité du village, comme en témoigne le kit d’initiation à l’escalade installé sur la paroi du château d’eau.

Fréquentation multigénérationnelle
Fréquentation multigénérationnelle - © commune de Haussimont

Une communication tous azimuts stimule la notoriété multi-générationnelle du village.

Changement de braquet

L’étape suivante, en cours de formalisation, associera 11 communes et quelque 80 exploitants agricoles volontaires, y compris la famille Roulot, pour métamorphoser 30 000 hectares : le plan biodiversité en gestation avec l'association Symbiose se traduira par la multiplication des bosquets au bord des champs, pour inviter les pollinisateurs et auxiliaires à prendre le relais des produits phytosanitaires.


Pour résumer sa pensée, Bruno Roulot aime citer Romain Gary : « Il faut toujours connaître les limites du possible, pas pour s’arrêter, mais pour tenter l’impossible ».

Commentaires

Haussimont, étendard des communes fleuries en transition

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Date de parution : 04/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur