Entreprises de BTP

Hausse de 2,7% de la consommation d’électricité en France en 2001

La consommation d’électricité en France a augmenté de 2,7% en 2001, à 452,5 térawatt-heures (TWh) contre 441 TWh en 2000, tirée par la croissance économique et les disparités climatiques, notamment en fin d’année, a indiqué le gestionnaire du Réseau de Transport d’Electricité (RTE).

Corrigée des variations climatiques, la consommation intérieure 2001 s’établit à 457,5 TWh, soit une hausse de 1,9% par rapport à 2000, corrigé de l’effet année bisextile, a précisé le RTE dans son bilan 2001 rendu public jeudi 3 janvier 2002.

Pour 2002, « on s’attend à une croissance de l’ordre de 2% étant donné que l’activité (économique) ne va pas être très forte d’après les perspectives », a déclaré à l’AFP le directeur du RTE André Merlin.
L’an dernier, le record de consommation d’électricité a été battu à plusieurs reprises. Le nouveau record (77080 MW), atteint le 17 décembre 2001 est supérieur de 4700 MW à celui atteint en 2000, selon le communiqué.

Le dirigeant du gestionnaire de réseau d’électricité a souligné que « l’on « constate des consommations à la pointe plus élevées que l’an passé et qui ne sont pas liées aux conséquences climatiques ». « Il y a sans doute une évolution du comportement des consommateurs qui consomment davantage aux heures de pointe », a-t-il dit ajoutant que cela « n’est pas étranger au fait que le marché est plus ouvert ».

Ce sont surtout les échanges avec les pays étrangers, notamment voisins, qui ont augmenté sensiblement en 2001. Le volume total des importations et des exportations d’électricité s’est élevé à 119,6 TWh contre 76 TWh en 2000. Les importations d’électricité ont doublé à 26 TWh tandis que les exportations ont progressé de 15% à 93,6 TWh.

Les échanges ont surtout eu lieu avec l’Espagne, l’Italie, la Suisse, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Angleterre, a précisé André Merlin qui a affirmé s’attendre à « une hausse des échanges pour l’année en cours, en raison de l’évolution du marché en Europe ».

Interrogé sur les investissements prévus dans le développement d’infrastructures transfrontalières, il a estimé que la capacité d’échanges avec l’Espagne devra être renforcée vers la mi-juin 2002 et celle avec l’Allemagne en 2003.

La production d’électricité en France a pour sa part crû de 1,9% en 2001 par rapport à l’année précédente, à 526,7 TWh.
Le RTE a observé une hausse de la part de la production d’origine hydraulique (+10,8%), notamment au cours des huit premiers mois de l’année, et une progression modeste du nucléaire (+1,5%). La production thermique classique régresse quant à elle de 7,6%.
Le directeur du RTE s’est par aillleurs déclaré confiant « d’une plus grande ouverture du marché de l’électricité en France dans les années à venir ». La loi votée en février 2000, en application de la directive européenne, va conduire à une plus grande ouverture du marché et à une plus forte concurrence ».

Cette loi prévoit de baisser, à partir du 1er janvier 2003, le seuil d’éligibilité à 9 gigawatt-heure (GWh) contre 16 GWh actuellement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X