En direct

Hanovre, quartier Kronsberg L’eau de pluie dessine le paysage urbain
PHOTO - AME 5415 HANOVRE 1.eps - ©

Hanovre, quartier Kronsberg L’eau de pluie dessine le paysage urbain

le 06/09/2007  |  SantéEnergieArchitectureAménagementTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Santé
Energie
Architecture
Aménagement
Technique
Performance énergétique
Environnement
Europe
Energies renouvelables
Communication
Valider

Jouxtant le site de l’Exposition universelle de l’an 2000, le quartier de Kronsberg à Hanovre (Allemagne) s’est construit sur une armature paysagère très présente, qui découle d’une gestion écologique des sols et des eaux pluviales.

Situé à la périphérie de Hanovre, le quartier de Kronsberg compte 3 300 logements (6 000 logements prévus à terme) pour 6 500 habitants. Il s’est développé à la fin des années 1990 sur un plan rigoureusement quadrillé et compact, qui fait la part belle aux espaces naturels. Les îlots multifonctionnels, de grandes dimensions, s’organisent autour de jardins semi-naturels privatifs ou collectifs, de cours d’immeubles traversées par des chemins piétons, de couloirs de verdure, dévolus aux jeux et aux sports, et de squares plus urbains.

La densité de construction est forte le long de l’axe principal nord-ouest (Bassistrasse), avec des immeubles de quatre à cinq étages, et décroît à mesure que l’on s’approche de la colline de Kronsberg. L’urbanisation du quartier a épargné le sommet de la colline, boisé dans les années 1980, et aménagé depuis en lieu de promenade.

Belvédères et merlons. En matière de performance énergétique, le bilan s’est avéré aussi très positif : chaque logement n’excède pas 55 kWh/m2/an pour la consommation annuelle de chauffage. Ce standard, imposé dans les contrats de vente de terrain aux promoteurs, est aujourd’hui devenu la norme pour tous les lotissements réalisés dans la région. L’eau chaude et le chauffage sont produits par deux usines de cogénération en sous-sol d’immeuble, fonctionnant au gaz naturel. Ce réseau de chauffage urbain a contribué à réduire de 23 % les émissions de CO2, sur un objectif global de 60 %, atteint grâce aux énergies renouvelables et aux économies d’électricité.

L’objectif de mixité sociale se traduit par une grande diversité d’habitat, dont 50 % dévolus à du logement social, et des typologies variées : maisons mitoyennes, logements pour personnes âgées ou à mobilité réduite…

Mais l’une des originalités de l’opération réside dans la gestion écologique des sols et des eaux de pluie. La trame paysagère du quartier en découle. Source de pollution, l’évacuation des déblais de chantier a été limitée au maximum. Ces déblais ont servi à modeler les belvédères sur la colline, les merlons antibruit le long de l’autoroute, ou encore à remblayer une ancienne décharge. Ceux qui ne pouvaient être réutilisés sur place ont été recyclés sur des sites à proximité - dans un rayon de 4 km -, puis remis dans le circuit économique. Préalablement, une banque de données avait été constituée, rassemblant les caractéristiques géologiques du site, les quantités de matériaux de déblaiement et de terre végétale pouvant être excavées îlot par îlot, ainsi que les sites de recyclage.

Tous les promoteurs devaient s’engager à participer à ce programme de gestion écologique à l’achat du terrain. La structure du sol a ainsi été peu remaniée, et les écosystèmes préservés. Ce programme a aussi impacté sur le coût des transports : 100 000 trajets de camions ont pu être évités lors de la construction des 3 000 logements.

Etangs et ruisseaux. Autre caractéristique du quartier, les installations de retenues et d’infiltration des eaux de pluie. Complétant les bassins de rétention et les dalles engazonnées pour les parkings, l’un des systèmes a consisté à creuser, de chaque côté des voies publiques, des fossés enherbés, les Mulden Rigolen, qui stockent l’eau et la filtrent à travers une couche de graviers.

Grâce à ces différents dispositifs, l’eau de pluie regagne la nappe phréatique dans les espaces publics et privés, et devient un élément prégnant du paysage : elle sillonne sous la forme de petits ruisseaux les cours intérieures d’îlots, traitées en espaces communaux, remplit les étangs dans les espaces semi-naturels ou alimente encore les fontaines dans les squares.

Le quartier n’a pas encore pris sa forme définitive. La dernière section, Kronsberg-Süd, n’est toujours pas réalisée et ne le sera probablement pas avant longtemps, la croissance démographique étant au point mort en Allemagne. Bien qu’inachevé, Kronsberg reste une référence en matière de développement durable : les cibles appliquées à l’époque de sa construction, à la fin des années 1990, sont encore à ce jour considérées comme trèsexigeantes.

PHOTO - AME 5415 HANOVRE 8.eps
PHOTO - AME 5415 HANOVRE 8.eps - ©
PHOTO - AME 5415 HANOVRE 4.eps
PHOTO - AME 5415 HANOVRE 4.eps - © DOCS : LANDESHAUPTSTADT HANNOVER GERMANY
PHOTO - AME 5415 HANOVRE 3.eps
PHOTO - AME 5415 HANOVRE 3.eps - ©
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Ville de Hanovre.

Concours de planification urbaine : Arnaboldi, Cavadini et Hager lauréats pour l’ensemble du quartier (parc des expositions compris) en 1992 ; Welp/Welp et Sawadda lauréats du concours de construction urbaine ; Cabinet Kienast, bureau d’études paysagères pour l’armature paysagère.

Superficie : 70 ha dont 44 ha constructibles et 6 ha d’espaces verts.

Densité de logements : 86 logements par hectare (à terme).

Coûts globaux : 2,2 milliards d’euros d’investissement dont 500 millions pour la construction.

Cet article fait partie du dossier

Feuilleton Ecoquartiers

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur