En direct

Habitat individuel Un semis de volumes pour une maison

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 02/08/2007  |  ArchitectureRéalisationsHauts-de-Seine

Créer un lieu de vie et de travail pour un couple de particuliers, dont l’un est en fauteuil roulant. Tel était le programme de la réalisation demandée aux architectes parisiens Augustin Rosenstiehl et Pierre Sartoux pour cette maison au centre de Montrouge (Hauts-de-Seine). Le terrain ? Une longue parcelle de 12 × 35 m, dans une impasse pavillonnaire. « Au vu du site, notre parti a été de répondre aux contraintes en multipliant les espaces et les volumes intérieurs et extérieurs, pour les relier par un plan continu et créer une immersion progressive par séquences », expliquent les concepteurs.

Ainsi, au lieu de bâtir frontalement sur la largeur des 12 m du terrain et de créer un vaste étage nécessitant un ascenseur, l’idée a été de créer une série de volumes orientés selon la profondeur, qui préservent la beauté du site. Une option qui multiplie les orientations et qui favorise les ouvertures sud-ouest. Cette progression, imaginée comme une promenade, a donné lieu à une construction étirée en longueur, desservie par un cheminement intérieur de 24 mètres. Sur cette épine dorsale s’organisent les petits espaces de vie et de travail, quatre volumes en cuivre accrochés à deux autres bardés de grès, reliés par des aménagements en Maçaranduba (une essence sud-américaine).

Calage altimétrique rigoureux. Une manière de répondre également au désir des maîtres d’ouvrage de vivre dans plusieurs lieux à la fois, où cuivre, bois et pierre vieilliront chacun selon leurs caractéristiques propres, « comme un organisme s’adaptant à son environnement », expliquent encore les architectes. Chaque espace ainsi créé est mis en relation avec une parcelle extérieure : sur rue, un bureau indépendant avec sous-sol d’archivage et à l’extérieur un parking, puis le volume massif de l’entrée et de la salle à manger ouverte sur une terrasse par l’intermédiaire de deux baies de 2,60 m, enfin les volumes de la cuisine et du séjour ouverts sur le jardin. Pour réussir à aménager des espaces agréables et adaptés au fauteuil roulant, la réalisation a fait l’objet d’un calage altimétrique très soigné. Depuis la chaussée extérieure, tous les niveaux (pelouse, terrasse, sols intérieurs) sont en continuité, avec des seuils de 5 mm au plus. Une harmonisation exigeante, délicate à respecter compte tenu de la présence d’un plancher chauffant et de plusieurs matériaux de finition : chape mince, parquet, terrasse bois, sans oublier le trottoir, la terre végétale et la présence d’une douche à l’italienne… Enfin, toutes les allèges sont situées à 80 cm de hauteur, les portes sont automatisées et une partie des éclairages y est assujettie.

Maîtrise d’ouvrage : privée.

Maîtrise d’œuvre : atelier SoA, architectes (Augustin Rosenstiehl & Pierre Sartoux).

Surface : 181 m2 HON.

Principales entreprises : Seti (terrassement, fondations, ossature bois, couverture, bardage, étanchéité), CM Mezaches (menuiseries extérieures, serrurerie), Evelec (électricité intérieure), La forêt en ville (jardin, plantations).

Budget total : 397 747 euros HT (hors jardin) ; jardin et plantations : 38 250 euros HT.

PHOTO - Archi402 montrouge3.eps
PHOTO - Archi402 montrouge3.eps
PHOTO - Archi402 montrouge2.eps
PHOTO - Archi402 montrouge2.eps
PHOTO - Archi402 montrouge1.eps
PHOTO - Archi402 montrouge1.eps
PHOTO - Archi402 montrouge4.eps
PHOTO - Archi402 montrouge4.eps

Commentaires

Habitat individuel Un semis de volumes pour une maison

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur