En direct

Habitat façon conteneur

Raphaëlle Saint-Pierre |  le 13/11/2015  |  BâtimentEnvironnementMatériel de chantierTransportsGironde

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Environnement
Matériel de chantier
Transports
Gironde
Santé
Technique
Valider
Logements -

Deux immeubles basse consommation prennent place face aux berges de la Garonne, dans une ancienne zone portuaire de Bordeaux.

Adapter ses connaissances de la maison individuelle simple et économique à un projet de petit collectif. C’est la mission qui a été confiée aux architectes Matthieu de Marien et Julie Fabre. Le duo, qui compte à son actif une vingtaine de maisons dans le Bordelais, a été sollicité par le directeur général d’Aquitanis (office public de l’habitat de Bordeaux Métropole), Bernard Blanc, après avoir découvert leur travail au centre d’architecture Arc en Rêve. Ce dernier leur a confié la construction de deux immeubles de logements BBC pour Axanis, sa filiale accession à la propriété. « C’est une opération atypique, avec pratiquement carte blanche », se réjouit Matthieu de Marien.

Le but est de se glisser dans un tissu urbain déjà constitué, entre des maisons habitées du quartier populaire Bacalan, une ancienne zone portuaire, au nord de Bordeaux. Les parcelles qu’ils se voient attribuer sont deux étroites dents creuses de 600 m2 chacune, dans une rue voisine de leur propre agence. Sur ce site compliqué, ils parviennent à construire 19 logements répartis sur deux immeubles (3 T2 et 16 T3), l’un en accession sociale à la propriété et l’autre en locatif. « Nous avons densifié, car le foncier est précieux », expliquent-ils. Vu la piètre qualité du sol, ils réservent les rez-de-chaussée aux places de stationnement et aux halls d’entrée. Pas plus haut que les mitoyens, le gabarit des deux bâtiments suit la réglementation. En revanche, c’est le choix des architectes de privilégier une toiture à double pente - aux mêmes proportions que ses voisines - qui dissimule la VMC. « Nous ne faisons pas de pastiche mais un objet contemporain tout en nous inspirant des formes alentour. » Le bâtiment B s’étend en longueur, en retrait de 4 m devant un mur en pierre mitoyen. S’il adopte la même volumétrie, le bâtiment A, lui, se retourne pour former un crochet. Tous deux sont séparés par un chemin privé en terre battue que les architectes tiennent à conserver car il fait partie de l’identité du quartier.

Monomatériau.

« Pour rappeler le passé portuaire de Bacalan et ses containers », ils privilégient un bardage alu-zinc, pérenne et peu coûteux, que Matthieu de Marien affectionne depuis son passage par l’agence Lacaton-Vassal. Ils appliquent ainsi le même traitement aux façades et à la couverture. Ils optent également pour des menuiseries en aluminium, une dépense rendue possible grâce aux économies réalisées par la volumétrie simple et compacte, la toiture en fermettes et les sols souples. Les logements obéissent à un principe commun : une généreuse pièce de vie traversante en position centrale de 35 à 45 m2. « Nous avons gonflé le bâtiment en supprimant l’espace extérieur, balcon ou loggia », précisent les architectes. Intégré au logement, il en augmente la surface habitable, qui passe ainsi de 71 à 81 m2 pour les T3. Les deux faces du séjour, de 10 m2 chacune, sont vitrées toute hauteur et toute largeur, sans linteau ni poteau. La protection solaire est assurée par des stores motorisés extérieurs. Grâce à la structure poteaux-poutres et au cloisonnement en plaques de plâtre, il est possible de fermer une partie du séjour. D’un côté, se trouvent la cuisine et le cellier. De l’autre, les chambres et la salle de bains avec fenêtre, pour une ventilation naturelle.

PHOTO - 873568.BR.jpg
PHOTO - 873568.BR.jpg - ©
PHOTO - 873570.BR.jpg
PHOTO - 873570.BR.jpg - © Photos : STEPHANE CHALMEAU
PHOTO - 873569.BR.jpg
PHOTO - 873569.BR.jpg - ©
PHOTO - 873567.BR.jpg
PHOTO - 873567.BR.jpg - ©
PHOTO - 873571.BR.jpg
PHOTO - 873571.BR.jpg - © Fabre/de Marien, architectes

Maîtrise d’ouvrage : Axanis. Maîtrise d’œuvre : Fabre/de Marien, architectes. BET : Cetba (TCE). Principales entreprises : Clefer (gros œuvre), Plebac (couverture, bardage métallique), Batipose (menuiseries extérieures), AG Menuiserie (menuiseries intérieures), Tessier (charpente bois). Surface : 1 814 m2. Montant des travaux : 2 129 000 euros HT (1 174 euros/m2 Shon).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur