En direct

Gustav fait trembler l’Amérique
Photo infrarouge de Gustav frappant les côtes américaines lundi matin. Cliché pris par le satellite GOES-12 fourni par l’US Naval Research Laboratory de Monterey en Californie - ©

Gustav fait trembler l’Amérique

Pouthier Adrien |  le 01/09/2008  |  InternationalEnergieSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Environnement
Energie
Santé
Technique
Valider

Aux premières heures du lundi 1er septembre aux Etat-Unis, l'ouragan Gustav a frappé la Louisiane. Bien que rétrogradé de la catégorie 3 à la catégorie 2 (sur une échelle qui en compte 5), Gustav pourrait provoquer de très importants dégâts en entraînant notamment une montée des eaux extrêmement dangereuse, entre trois et quatre mètres au-dessus du niveau normal.

Gustav a d’abord frappé à la porte. A 13 heures GMT lundi 1er septembre, le centre de l’ouragan était situé à 125 km au sud sud-ouest de La Nouvelle-Orléans, ses vents balayant la Louisiane à 175 km/h avec des pics plus élevés. Un ouragan tourbillonnant sur une large superficie, avec de très fortes rafales de vent s'étendant dans un rayon de 370 km autour de son centre. Et puis il s’est installé, touchant terre deux heures plus tard près de Cocodrie sur la côte de la Louisiane. Moins puissant que Katrina (Gustav est désormais un ouragan de catégorie 2, Katrina était de catégorie 3), Gustav pourrait cependant se démarquer par son « endurance ». Les météorologues pensent en effet qu’il devrait s’installer sur la Louisiane et le Texas pour plusieurs jours. De 3 à 5 selon les estimations.
Des projections fédérales ont d’ores et déjà chiffré les dommages matériels que pourrait causer Gustav à 8 milliards de dollars. Une somme gigantesque. Mais qui ne représente que 25 % du montant total calculé dimanche 31 août (32,8 milliards de dollars) sur la base d'un vent soufflant à 200 km/h. Les projections actuelles annoncent la destruction de 13 286 bâtiments, 78 036 autres ne se trouvant « que modérément endommagés ». Selon ces mêmes projections Gustav laisserait derrière lui 13 millions de tonnes de débris.

Le spectre de Katrina
Les spécialistes pensent également que l'ouragan devrait mettre à rude épreuve les digues occidentales de la Nouvelle-Orléans, celles qui n'avaient pas été atteintes par Katrina en 2005. Et le spectre d’inondations monstres ressurgit. En 2005, la ville était protégée au sud des crues du Mississippi par une digue en béton de 3 mètres de haut tandis que sa partie nord était protégée des débordements du lac Portchartain par une digue en terre de 563 km de longueur; un dispositif conçu pour contenir la puissance d'une mer démontée par un cyclone de catégorie 3 mais pas supérieure. Le 29 août 2005, une montagne d'eau de plusieurs dizaines de kilomètres de longueur et haute de 5 mètres déferla sur la Louisiane. En quelques heures la ville fut envahie par l'eau suite à la rupture d'une digue en terre sur 60 mètres. Peu de temps après une digue céda sur le canal industriel et noya la ville jusqu'au Mississippi. La moitié de la ville, pour l'essentiel constituée de bungalows et de villas de plein pied, se retrouva sous 1 à 3 mètres d'eau. Katrina dévasta 233.000 km2 de terres. Il y eut entre 1211 et 1337 victimes et pour environ 200 milliards de dollars de dommages.

Evacuation
Un million d'habitants furent déplacés après le passage de Katrina. Trois ans après, des milliers de personnes déplacées vivent toujours dans des caravanes, qui plus est insalubres pour une partie d'entre elles. La reconstruction des quartiers dévastés de La Nouvelle-Orléans progresse lentement.
Pour éviter une nouvelle catastrophe, les autorités de Louisiane ont donc procédé cette fois à une évacuation massive des habitants. Près de deux millions de personnes ont fui l'Etat de Louisiane avant l'arrivée de l'ouragan, dans ce qui est décrit comme la plus vaste évacuation de l'histoire américaine.

Adrien Pouthier







Un parcours meurtrier dans les caraïbes



Avant de frapper le sud des Etats-Unis, Gustav a fait des ravages dans les Caraïbes, tuant au moins 85 personnes en Jamaïque, en Haïti et en République dominicaine. Samedi, l'ouragan a frappé la partie occidentale de Cuba avec une rare violence, des vents se situant en moyenne à 240 km/h mais avec des rafales atteignant 340 km/h. De nombreuses habitations ont été détruites, des écoles rasées, des routes coupées, des ponts submergés et des villages inondés. Dans la seule localité de Los Palacios, 7000 maisons ont été endommagées. Mais les autorités ne font pas état de morts pour l’instant.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Mener une opération d'aménagement

Mener une opération d'aménagement

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur